Cheick Oumar Sissoko au Club de lecture Kalan blon de Mahamadou samaké : « Il faut un sursaut national pour mettre fin à la crise »

2

Le livre du cinéaste Cheick Oumar Sissoko, ‘’Lettre ouverte au peuple malien’’ était au centre d’une conférence-débat le vendredi 06 août 2021 à l’Institut d’enseignement supérieur Privé (IP-Smarth) sis à Niamakoro.

Gagny Traoré, étudiant en Mécanique et Energie à l’Ecole nationale d’Ingénieurs Abdramane Baba Touré, a magistralement exposé sur le contexte de publication de l’ouvrage, publié par les éditions à plus d’un titre, Ebena et du Mandé, préfacé par le célèbre artiste musicien Salif Kéita. Aussi, dit-il, cette lettre de 64 pages structurée en douze parties, dépeint et explique la crise politique et sécuritaire que vit notre pays, propose des pistes de solutions et invite les populations à s’impliquer dans la gestion des affaires publiques pour redonner à notre pays sa grandeur d’antan.

Comment en sommes-nous arrivés là ?

Dans ses éléments de réponses aux nombreuses questions du public, l’auteur Cheick Oumar Sissoko soutient que la situation de crise politique, sécuritaire, économique et morale, est due à la fois à des conjonctures internes et internationales. Selon lui, « l’Etat en charge de la gouvernance ne fait plus face à ses devoirs, les leaders religieux et la classe politique n’en demeurent pas  moins des références ».

Dans ce capharnaüm, les puissances d’argent en quête de zone d’influence ont fait haro sur notre pays dont 80% du territoire, est riche en ressources minières (Or, uranium, lithium, Coltan et cobalt) et énergétique. Aussi, révèle-t-il, que depuis le 18ème siècle, le capital financier pour avoir des débouchés pour ses produits finis et extraire les matières premières a partagé l’Afrique au cours de la Conférence de Berlin.

Selon l’auteur, 1855-1898 équivaut à la guerre de colonisation dans notre pays a fait face de 1898 à 1916 à diverses formes de résistance (Bwa de San, Sikasso, et Beledougou) avec comme période de calme de 1916 à 1946, date de création du Rassemblement Démocratique Africain.

En outre, il a affirmé que le Sahara contient de l’eau pouvant nourrir l’humanité pendant 200 ans. Ce qui explique, selon lui, les enjeux géostratégiques de la crise  pour la France endettée à hauteur de  2. 600 milliards d’Euros.

Pour ce qui est de la crise sécuritaire au nord du pays, l’auteur Cheick Oumar Sissoko, affirme que celle-ci peut s’expliquer par le retrait des postes de sécurité par l’accord de Tamanrasset. Lequel retrait a été confirmé par le Pacte national de 1992, l’accord d’Alger de 2006 et l’accord pour la Paix et la Réconciliation Nationale de 2015. A ses dires, cette situation a laissé libre au cours aux terroristes qui ont développé une véritable économie criminelle (trafic de drogues, de cigarettes, prise d’otage etc.).

Concernant sa participation au Mouvement du 5 juin et Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RFP) et la prétendue contradiction avec sa personnalité, l’auteur de la lettre ouverte au peuple malien, persiste et signe que c’est son mouvement Espoir Mali Koura  (EMK) qui a lancé l’appel au peuple malien. Lequel appel a été répondu par la CMAS affiliée à l’imam Mahmoud Dicko et le Front pour la Sauvegarde de la Démocratie (FSD) élargi à d’autres forces politiques et sociales après le succès du Rassemblement du 5 juin. Il précise que son appartenance au M5-RFP en dépit de la présence de certaines personnalités controversées, visait à susciter un sursaut national pour éviter le chaos à notre pays.

Invitant les jeunes à lire, il a martelé que la lecture est la clé de voûte de la culture intellectuelle et annonce avoir entretenues  et animées 60 bibliothèques publiques équipées de 5.000 à 15 000 livres, lors de son passage dans le gouvernement du président Amadou Toumani Touré, comme ministre de la Culture.

Pour finir, il a lancé un appel pour la pacification du pays : « Il faut un sursaut national pour mettre fin à la crise », a lancé le cinéaste auteur.

Alpha Sidiki Sangaré

 

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. Et les guerres omariennes, monsieur le ministre de la culture? Il éviter une lecture partielle de l’histoire. Elhadj Omar Tall et L’Almamy Samory Touré ont tué plus de Maliennes/Maliennes que ne l’ont fait les conquêtes coloniales françaises. Au contraire, ces deux djihadistes, en détruisant les structures étatiques, économiques et sociales existantes, ont facilité la tache à la colonisation française.
    Il faut certes un sursaut national, mais en enseignant bien l’histoire aux jeunes générations pour que celles-ci ne tombent pas dans les mêmes travers.
    Monsieur le ministre, le problème de l’esclavage par ascendance qui dévaste la région de Kayes actuellement, est-ce qu’il s’agit d’esclaves des Français ?

  2. Beaucoup de choses ont été dites sur cette crise qui n’en finit pas de secouer pays , sincèrement je ne crois pas qu’il faille chercher tant d’explications autour du siècle passé qui n’auront aucune prise sur la situation que nous vivons ! Politiquement , il faut juste partir de notre ‘indépendance pour une sérieuse d’analyse d’introspection de l’échec d’intégration politique certaines régions. Exemple , dans les années 60 et 80 la ville du départ de rébellion Kidal était connue comme un lieu de sanctions extrêmes du fait politique , presque tous les premiers gouvernants de la première république y ont presque séjourné en détention , et pourquoi ce lieu a-t-il eu une telle réputation ? Et pourtant ils y vivaient de citoyens maliens libre et honnête dans plus grande précarité pour cause de manque d’infrastructures pour améliorer les conditions de vie tout simplement . La mission essentiel de la politique est de changé la vie des citoyens , j’en veux pour preuve les responsables des rébellions une fois nommé ministre mettent en veilleuse certaines revendications tel que le séparatisme et condamnent la violence ! Le salut du sursaut , c’est la recherche de la confiance perdue de certains citoyens à la nation , on ne saurait la rétablir qu’en passant par une profonde introspection nationale en donnant une certaine priorité de construction à nos régions les plus défavorisées

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here