Soixantième sommet de la Cédéao: comment gérer les coups d’État au Mali et en Guinée?

2

Les chefs d’État de la Communauté des États d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) se retrouvent en sommet ordinaire, ce dimanche 12 décembre, à Abuja, capitale fédérale du Nigeria. Les dirigeants vont se pencher sur plusieurs questions : le terrorisme et l’extrémisme violent dans la sous-région, la mise en place de la monnaie commune, et sur deux crises politiques au Mali et en Guinée, qui ont connu des coups d’État ces derniers mois. Avec donc une question en tête : à quand le retour au pouvoir pour les civils dans ces deux pays ?

Premier dossier abordé sera le Mali avec une impasse : l’incapacité des autorités à tenir leur engagement pour organiser une élection présidentielle le 27 février 2022. Pour les dirigeants de la Cédéao, les signaux envoyés par la junte sont pour le moment mauvais. Le report des assises de la réconciliation, jusque-là posées comme une étape avant le scrutin présidentiel, en est un exemple. Le mois dernier, la Cédéao avait déjà imposé des sanctions ciblées contre une centaine de personnalités (gel des avoirs et interdiction de voyager…).

Selon Jean Hervé Jézequel, le directeur du projet Sahel à l’International Crisis Group, la Cédéao pourrait encore aller plus loin. « Ce qui est en jeu aujourd’hui, explique-t-il, ce sont des sanctions plus dures. Il serait tout à fait envisageable pour la Cédéao de recourir par exemple à la fermeture des frontières. La Cédéao espère surtout que les autorités maliennes vont découpler la tenue des assises nationales de la réconciliation du processus électoral. C’est l’objectif du bras de fer diplomatique qui se joue actuellement entre les États de la Cédéao et les autorités maliennes. »

Le cas de la Guinée

En Guinée, les nouvelles autorités n’ont elles aussi toujours pas annoncé de chronogramme sur la durée de la transition. Le colonel Mamadi Doumbouya et son entourage sont déjà frappés par des interdictions de voyager. La Cédéao pourrait étendre ces sanctions à l’ensemble de l’équipe gouvernementale.

Toutefois les autorités civiles et militaires tentent de répondre aux attentes de la Cédéao. Avec d’abord, le transfert d’Alpha Condé au domicile de son épouse. Même s’il est en résidence surveillée, cela tend à décrisper le climat. Par ailleurs, un gouvernement a été formé. Et, on devrait connaître sous peu les noms des 81 personnes qui siègeront dans le Conseil national de transition. Reste par contre, une interrogation, la durée de cette transition.

« Le problème de la Guinée sera celui de la fixation de la durée de la transition, observe Mathias Hounkpé, administrateur du programme gouvernance politique à la Fondation OSIWA (Initiative pour les sociétés ouvertes en Afrique de l’Ouest). De mon point de vue, poursuit ce chercheur, il y aura toujours un lien entre ce qui se passe au Mali et ce qui se passe en Guinée. Les Guinéens demanderont au moins la même durée de transition que celle que l’on aura accordée aux Maliens. Et donc, plus on donne de marge de manœuvre aux Maliens, plus les autorités guinéennes demanderont les mêmes marges de manœuvre. Maintenant, c’est le délai “raisonnable” qu’il faut fixer, qui est la vraie question. Quel Est-ce délais qu’il faut fixer pour ne pas donner le sentiment que la transition dure en longueur ? Et ce délai est en partie lié à la manière dont la Cédéao va se comporter avec le Mali », conclut M. Hounkpé.

La Cédéao face aux crises institutionnelles et politiques

Pas évident pour la Cédéao d’imposer des sanctions sans que cela n’ait d’impact sur les citoyens. Ces derniers lui reprochent régulièrement d’agir beaucoup trop tard face aux crises politiques.  Pas évident non plus de changer l’image d’une Cédéao « silencieuse » face aux crises… Pour remédier à cela, la réflexion est lancée pour modifier certains protocoles qui régissent les règles d’intervention de la Cédéao, pour la rendre plus réactive.

« Un amendement permettrait d’articuler correctement les réactions par rapport aux problèmes qui se posent aux pays, de ne pas se limiter simplement aux réactions lorsqu’il y a des coups d’État ou bien des violences graves comme l’extrémisme violent, explique le chercheur Mathias Hounkpé. Mais [cela permettrait] aussi de prendre en compte par exemple, les abus de pouvoir et les questions de corruption. Je pense que la Cédéao pourrait avoir plus de moyens à travers la Commission et à travers d’autres instances dont elle dispose, pour intervenir et au moins, laisser aux citoyens le sentiment que quand ils se retrouvent en face de leaders problématiques, que la Cédéao est là pour les protéger et ne pas donner le sentiment que la Cédéao est juste un instrument pour protéger les présidents entre eux. »

En attendant le sommet des chefs d’État, prévu dimanche, le Conseil des ministres se tient ce vendredi à Abuja pour aborder ces questions.

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. QUI A DIT QUE SEULS LES CIVILS PEUVENT GÉRER UN PAYS..??

    QUI A DIT QUE SEULS LES MILITAIRES SEULS PEUVENT ACCOMPLIR UN COUP D’ ÉTAT..??

    QUI POURRAIT NOUS QU’ UNE ÉLECTION MANIPULÉE, VOIRE VOLÉE N’ EST PAS UN COUP D’ ÉTAT.??

    UN ÉTAT NORMAL DOIT ETRE PRÉSIDÉ PAR UN MILITAIRE ET Á SES ORDRES DES CIVILS COMPÉTENTS.

  2. ECOWAS organization is big disappointment that is filled with kind of cowardice that seemingly will not do what is clearly in Negroid African best interest. Instead it focus on satisfying desires of Foreigners with ECOWAS seemingly thoughtless concerning our Negroid history show following desires of Foreigners keep us in chaos that allows psychological enslavement to foreign religions plus ways of actions that have us in steps plus stages on door step of quick Negroid genocide.
    We must break this very very slow old men pace of performing good actions plus we must perform enough good actions to exceed survival pace of developed world. ECOWAS as it exist will not do that. It must abruptly change or quickly be replaced with capable organization that will. Capable organization will make its primary goal to quickly eradicate terrorists /jahadists/ violent criminals or at least reduce their presence plus effectiveness to where police force of a nation alone may suitably manage them. If we do not manage security problems whatever else we desire will not be. Therefore ECOWAS planning plus actions should be to quickly plus winningly resolve major security issues of ECOWAS nations. As ECOWAS in steps plus stages solve terrorists /jahadists/ violent criminals security problem of West Africa doors will open to solving unity problems of having common currency, minimum requirement of governance, availability of free modern world class high school graduate degree of education etc. A new plus better way of doing things that open benefits to all law abiding citizens of ECOWAS nations.

    Problem with Guinea plus Mali was corruption with impunity that psychological enslavement to foreign religions plus ways led government of those nations to facilitate without having mechanism that could quickly expose corruption plus quickly remove corrupt government officials. Therefore military with approval of majority of citizens plus emergency in order to save nation was forced to convince corrupt presidents to resign or be removed from leadership position. Had there been mechanism to immediately end those corrupt officials terms those presidents removal from office by military would not have happened.
    Lack of independent of presidential administration mechanism authorizing investigating plus removal of corrupt officials is intentional plus cleverly exist across much of Negroid Africa plus ECOWAS show it is corrupt by supporting that kind of existence or we would not be addressing this issue . That need soon change or we accept our Negroid genocide. We are unable to run from being Negroid.

    In case of Guinea plus Mali as long as they are making noticeable plus worthwhile progress in bringing about governance plus security in their citizens best interest ECOWAS should give them space to continue to move toward having transparent, inclusive plus fair elections. Guidelines should be set but given flexibility where reasonable under circumstance favoring that nation best interest. It make little difference if their form of Democracy is one party African Democracy, or Caucasian democracy that have been use to psychologically enslaved plus abuse Negroids excess 300 years. Yeah it should be embarrassing to think we have for excess 300 years tolerated abuse of Caucasian democracy plus have many that embrace psychological slavery wanting to continue to embrace Caucasian democracy. We do not need anymore Negroids like them no matter how well educated their stupid asses may be.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here