Face aux sanctions de la CEDEAO et de l’UEMOA contre le Mali : Le RDS invite les autorités de la Transition de privilégier le dialogue en se concentrant sur les objectifs internes

0

Depuis le dimanche 09 janvier 2022, notre pays, le Mali est frappé par des sanctions économiques et financières de la CEDEAO et de l’UEMOA. Face à cette situation, le parti RDS (Rassemblement pour le Développement et la Solidarité) dans une déclaration en date du 10 janvier dernier et signée par son président, Pr El Hajj Younouss Hamèye Dicko, a condamné fermement ces sanctions contre un pays déjà fragile. Aussi, le RDS appelle les Maliens à soutenir de toutes leurs forces ce processus de Transition vital pour notre peuple souverain et à s’unir pour l’intérêt supérieur de la Nation. Le parti invite les autorités de la Transition de privilégier le dialogue en se concentrant sur les objectifs internes. Lisez plutôt la déclaration !

 

DÉCLARATION SUITE AUX SANCTIONS PRISES CONTRE LE MALI PAR LA CEDEAO ET L’UEMOA

Le Rassemblement pour le Développement et la Solidarité (R.D.S.), parti historique malien de la SOLIDARITE a constaté, sans surprise, l’ensemble des sanctions prises par les entités de la CEDEAO et de L’UEMOA, à l’encontre du MALI et du PEUPLE MALIEN à l’issue de leur Sommet conjoint du 09/01/2022 à Accra (Ghana).

Cela conforte le R.D.S. dans son analyse qui est que ces différentes entités créées au départ pour le biendes PEUPLES ont été déviées de leurs missions premières et sont devenues un instrument de pressionau service de l’IMPERIALISME et de l’INGERENCE de la politique NEOCOLONIALISTE des nostalgiques du passé.

Le Destin de la Nation malienne APPARTIENT et REVIENT aux MALIENS !!!

L’infantilisation de notre PEUPLE et l’ingérence dans notre politique interne ne sont pas acceptables !!!

Le R.D.S., sans faiblesse continuera à soutenir la Transition pour la sauvegarde du Mali, tout en restant fidèle à ses principes de PARTI de VERITE et D’ADVERSAIRE de la POLITIQUE-MENSONGE.

Nous invitons chaque malienne et chaque malien, comme nous l’avons toujours fait depuis Aout 2020, à soutenir de toutes leurs forces ce processus de Transition vital pour notre Peuple Souverain et à s’unir pour l’intérêt supérieur de la Nation.

Le R.D.S. constate également avec regret que ce dernier segment de la Transition, le plus exclusif de tous les régimes maliens connus, avec son corollaire d’exclusion, de manque de volonté pour le retour à l’ordre constitutionnel, de manque de résilience concernant le front social, a sa part de responsabilité dans la situation actuelle et invite le Président de la Transition à prendre toute l’ampleur de la situation et à situer les responsabilités de cet état de fait pour le bien du PEUPLE MALIEN.

S’il est bien vrai que le PEUPLE SOUVERAIN DUMALI n’acceptera aucune INGÉRENCE de quiconque, il n’acceptera également aucune mesure interne mettant en danger notre Transition vers une nouvelle dynamique pour notre Patrie.

Le R.D.S. demande aux maliennes et aux maliens d’apporter leur soutien massif au processus de Transition le vendredi 14 janvier 2022 partout où cela sera possible et nécessaire.

Enfin, le R.D.S. estime que toute Transition politiqueest fragile et ne peut souffrir d’aucune lenteur. Les Autorités sont entreprises par des sirènes aux chants ensorcelants. Mais les sirènes sont des démonsmarins qui poussent le timonier à aller fracasser, lui-même, son bateau sur des rochers et subir un naufrage fatal !

Nous invitons donc les Autorités de la Transition de continuer à privilégier le dialogue, la coopération et l’amitié avec les peuples voisins et amis tout en se concentrant sur les objectifs internes à atteindre.

 

TOUS UNIS POUR LA TRANSITION !!

Vive le R.D.S. !!

Vive le Mali pour un Développement Solidaire !!

Bamako, le 10 janvier 2022.

P/Le Conseil Exécutif

Le Président

Pr. El Hajj Younouss Hamèye DICKO

Commandeur de l’Ordre National du Mali

Chevalier de l’Ordre International des palmes Académiques du CAMES

Ancien Ministre

 

 

Sanctions de la CEDEAO et de l’UEMOA

L’ATIR réaffirme son soutien à la transition

Suite aux sanctions infligées par la CEDEAO et l’UEMOA contre le Mali à l’issu d’un sommet extraordinaire tenu le dimanche 09 janvier dernier, l’ATIR (Alliance pour une Transition Intelligente et Réussie) a, dans une déclaration datée du 11 janvier dernier, réaffirmé tout son soutien aux autorités de la Transition avant de faire des suggestions.

DÉCLARATION DE L’ALLIANCE POUR UNE TRANSITION INTELLIGENTE ET RÉUSSIE (ATIR).

Le 9 janvier 2022, la CEDEAO, créé à Lagos, au Nigéria, le 28 Mai 1975 et dont le Mali est membre fondateur, a entrainé l’UEMOA créée à Dakar, au Sénégal le 10 Janvier 1994 et dont le Mali est encore membre fondateur, dans une réunion sans honneur dont l’unique objectif est de concrétiser l’agression longtemps élaborée contre le Mali

En effet, le sommet conjoint CEDEAO-UEMOA, dont la haine, la cruauté et l’inhumanité des sanctions prises contre notre peuple, s’inscrivent logiquement et directement, tout en les complétant, dans la ligne des propos insultants du Président Macron, contre notre gouvernement, suite au discours du Mali à l’Assemblée générale des Nations Unies en 2021.

Rappelons que l’UEMOA a été créée 19 ans après la CEDEAO pour regrouper le pré-carré autour du franc CFA et pour faire contrepoids aux anglophones de la CEDEAO.

Ainsi, deux choses montrent clairement que les peines infligées au Mali sont téléguidées par une main étrangère non africaine :

Le sommet honteux CEDEAO-UEMOA et le rappel folklorique des ambassadeurs CEDEAO-UEMOA au Mali.

L’Alliance pour une Transition Intelligente et Réussie (ATIR) s’attriste de voir le Sénégal de MackiSALL, le Ghana de Kwamé NKRUMAH et le Nigéria de Dan Fodio DAN DICKO se salissent dans une croisade hideuse anti-malienne. ATIR est également convaincue que notre peuple constitue une vieille nation qui a des ressorts inouïs pour se reconstituer chaque fois que le sort l’éprouve.

Notre nation possède une capacité de résilience insoupçonnée et elle ressortira sans nul doute de ce mauvais pas.

ATIR condamne et rejette les sanctions de la CEDEAO-UEMOA et demande à nos voisins de rester dans la dynamique d’aider le Mali au lieu de chercher à le détruire.

ATIR félicite et encourage le Président AssimiGoïta, le Gouvernement et le CNT pour leur réaction pertinente et courageuse aux mesures ignobles de la CEDEAO-UEMOA et en appliquant la réciprocité à ces ennemis de notre pays.

Enfin, ATIR suggère à la Transition :

▪ Pratiquer l’Endurance, vertu première que DIEU demande à ses amis.

▪ Puiser des solutions dans l’immense réservoir de résilience malienne en proposant, sans délais, à la CEDEAO un nouveau chronogramme permettant la discussion ou de lui demander de faire une proposition.

ATIR rassure la Transition de sa détermination, aujourd’hui plus qu’hier, à lui apporter son soutien ferme et résolu et à tout mettre en œuvre pour la réussite de cette Transition.

Bamako, le 11 janvier 2022

Le Président d’ATIR

Pr El Hajj Younouss Hamèye DICKO

Commandeur de l’Ordre National du Mali

Chevalier de l’Ordre Internationale des Palmes Académiques du CAMES

Ancien Ministre

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here