Amadou Kouffa en vie : les combattants du JNIM seraient-ils victimes d’hallucinations ?

1

La mort d’Amadou Kouffa, survenue lors d’une l’opération militaire menée dans la nuit du 22 au 23 novembre, a été confirmée à plusieurs reprises par les autorités maliennes et françaises. Le sujet semblait alors clos, jusqu’à ce que le JNIM ne démente cette information au travers d’une stratégie de communication désespérée visant à réhabiliter le leader de la katiba du Macina. Amadou Kouffa serait encore et toujours vivant. Aurait-il toutefois perdu l’usage de la parole ?

Au lendemain de l’opération qui a frappé Amadou Kouffa et une trentaine de ses combattants, la population malienne semblait être enfin délivrée de l’emprise de ce tortionnaire. Cette douce euphorie n’aura été que de courte durée. Dans un enregistrement de 28 minutes et 42 secondes, relayé par un grand nombre de médias et de réseaux sociaux, le chef d’AQMI, Abdelmalek Droukdel, dément la mort du leader de la katiba du Macina. Cette dernière annonce semble alors relancer le débat : Kouffa, mort ou vif ?

L’opération militaire menée fin novembre a sans aucun doute déstabilisé tout le terreau djihadiste du centre du Mali et par là-même, Iyad Ag Ghali. Catalyseur des frustrations et de la colère du peuple peul, Amadou Kouffa était devenu pour lui un pilier du JNIM ; c’est bien par son intermédiaire qu’il est parvenu à étendre les tentacules de son réseau terroriste dans la région de Mopti. Considérablement affaiblie et devant le constat de son incapacité à se réorganiser, la diffusion de cette vidéo ne serait-elle pas alors la tentative désespérée d’une organisation aux abois, qui chercherait à rassembler ses maigres soutiens derrière un leader qui n’est plus ?

Habituellement actif sur Whatsapp, Amadou Kouffa reste étonnamment très discret… Si les annonces des autorités maliennes et françaises en laissent certains perplexes, les faits sont établis : ses deux épouses ont débuté leur période de veuvage, dans la pure tradition peule et son successeur, un dénommé Hamidou Issa dit « Ougouba », a bien été désigné. Les djihado-journalistes seraient-ils en manque d’inspiration devant l’évidence ? A bien écouter ce communiqué long de 28 minutes et 42 secondes, aucune preuve tangible ne vient remettre en cause la mort du djihadiste. Que la population malienne se rassure : si tel venait finalement à être le cas et qu’Amadou Kouffa réapparaissait au travers d’on ne sait quel tour de magie noire, il restera la cible d’une traque acharnée qui le conduira inévitablement à sa propre perte.

Ousman K

@kouare

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here