Démenti du Pr Amadou Keita aux propos de M. Amadou Koita, Ministre porte-parole du Gouvernement concernant sa démission de la direction générale de l’Ecole Nationale d’Administration

29

Depuis ma démission de la direction générale de l’ENA, je m’étais volontairement imposé une obligation de réserve. J’avais décidé cela en raison du climat délétère dans notre pays. Mais la sortie du Ministre Amadou Koita, relayée par la presse (Info Matin n° 6405 du lundi 18 février 2019) et les réseaux sociaux, m’oblige à sortir de cette réserve afin de recadrer les « révélations » qu’il a faites et, pour dire les choses exactement, apporter un démenti aux contrevérités qu’il a proférées.

Il est évident que le Ministre porte-parole du Gouvernement n’a pas toutes les informations et que celles qu’il détient ne correspondent pas à la réalité des faits. Sinon, je m’interroge sur le fait de savoir comment à ce niveau de responsabilité, on peut prendre ses aises pour tenter de souiller l’honneur de gens par des mensonges en espérant qu’il se trouvera des personnes pour y croire.

Il a parlé de devoir de vérité. Disons la vérité, rien que la vérité. Il a dit que je m’apprêtais à publier un résultat non sincère. Pour son information, les concours de l’ENA sont organisés sous la supervision d’un jury indépendant chargé de la correction des épreuves et de la proclamation des résultats. Le jour où j’ai été reçu par le Premier ministre, les corrections étaient terminées et le jury n’avait pas encore statué sur les notes pour constater les copies ayant obtenu des notes éliminatoires et celles devant faire l’objet de troisième correction (éventualité prévue au cas il y aurait un écart de plus de cinq points entre les deux notes attribuées à une épreuve technique). C’est après tout cela que le jury allait se réunir de nouveau pour délibérer et proclamer le résultat. Le Directeur général de l’ENA ne fait que publier le résultat proclamé par le jury. Qu’on dise alors à quel moment je m’apprêtais à publier un résultat non sincère !

Le Ministre Koita a également dit que le Premier ministre m’a appelé pour m’exposer les renseignements en sa possession sur les résultats du concours. Ceci est complètement faux. Je prends à témoin la Directrice de cabinet du Premier ministre qui a assisté à l’entretien qui n’a pas duré plus de trois minutes. Quand le Premier ministre m’a reçu, il ne m’a donné aucun renseignement et ne m’a demandé aucune explication sur l’organisation du concours. Ses premiers mots ont consisté à me dire qu’il a décidé d’annuler le concours de l’ENA parce qu’il détient des informations relatives à des versements d’argent à plusieurs niveaux. Quand je lui ai demandé si je peux prendre connaissance de ces informations, il m’a répondu que lui, « il les a et c’est suffisant ». Il a ajouté qu’il va annuler le concours et m’aider à organiser un concours mieux sécurisé. Il a terminé en me disant qu’il me fera parvenir une lettre dans ce sens et m’a signifié la fin de l’entretien. Voilà, Monsieur le Ministre Koita, ce qui s’est passé dans le bureau du Premier ministre.

Il m’apparaissait clairement qu’on était en face d’une tentative de déresponsabilisation du Directeur général de l’ENA. Un chef d’un organisme personnalisé, ayant le sens de la responsabilité, peut-il accepter, en dehors des situations prévues par les textes, l’immixtion de l’autorité de tutelle dans le fonctionnement de son service, alors qu’elle n’a pas prouvé qu’il a été défaillant et surtout si cette autorité a refusé de lui communiquer le moindre détail sur les informations dont elle avait dit qu’elle était en possession ? Je rappelle que le concours de 2018 n’était pas le premier que j’organisais.

Il était inacceptable pour moi de jouer le rôle de Directeur sans volonté, irresponsable (parce qu’ayant accepté d’être déresponsabilisé) qui attend sagement les instructions qu’on voudra bien lui donner, alors que les véritables raisons d’une telle décision n’étaient pas claires à mon niveau. Dans ma lettre de démission, j’ai signifié sans équivoque au Premier ministre mon désaccord concernant une décision d’annulation du concours, alors que des preuves d’une fraude n’ont pas été produites et que les personnes qui y sont impliquées n’ont pas été identifiées.

J’informe le Ministre Koita que j’ai été convié à la Primature à une seconde réunion, au cours de laquelle il m’a été dit clairement que je ne suis pas en cause personnellement et il m’a été demandé de revenir sur ma démission. J’ai refusé et souhaité qu’une enquête soit diligentée pour faire la lumière sur les allégations qui ont été faites, afin de préserver la crédibilité du concours, comme tout le monde semble le vouloir. J’épargnerai volontiers au Ministre Koita les détails de mes échanges avec la Directrice de cabinet du Premier ministre et certains de ses collaborateurs.

Apparemment, devant mon refus de revenir à la direction de l’ENA, la stratégie de communication a changé et on n’a pas trouvé « un élément de langage », comme disent les spécialistes, mieux affuté que des contrevérités. En tout état de cause, toutes les personnes qui ont été mêlées de près ou de loin à cette affaire savent très bien ce qui s’est réellement passé. La question que je me pose maintenant est celle de savoir pourquoi ceux qui ont dit qu’ils ont des preuves que des actions de fraude étaient en cours, ont décidé de poursuivre le processus du concours avant d’avoir identifié et neutralisé les fraudeurs. Comprendra qui pourra !

Notre pays vit une situation sociopolitique très difficile. Je pensais qu’il ne fallait pas en rajouter avec des débats qui saperaient l’autorité et la crédibilité des institutions de l’Etat. C’est ce qui a expliqué mon silence jusque là. Il me semble cependant qu’il n’est pas opportun de tomber dans le dénigrement subtil des cadres qui refusent d’être aux ordres et ne demandent qu’à travailler dans des relations empreintes de respect et de courtoisie. Je m’étais totalement engagé à poursuivre et à consolider les actions de mon prédécesseur. Aussi, j’avais une grande exigence vis-à-vis de la sincérité des concours, car il me tenait à cœur de préserver la crédibilité de l’ENA. Organiser un concours, pour moi c’est comme rendre un jugement.

Par ailleurs, j’avais initié des actions visant à démarrer la recherche à l’ENA et à doter l’école d’un plan de développement stratégique. Je ne saurais donc poser des actes susceptibles de compromettre toutes ces initiatives. Il est important que toute la lumière soit faite autour des allégations de fraude concernant le concours 2018 et que l’opinion publique soit tenue informée pour que l’espoir d’une administration performante, né avec la création de l’ENA, ne soit pas brisé.

Amadou Keita
Professeur d’enseignement supérieur

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

29 COMMENTAIRES

  1. Comme on a dit qu’il n’est pas responsable de ces fraudes, le seul tord du Pr KEITA est son silence sans organiser une conférence de presse pour informer l’opinion publique nationale et internationale des conditions de sa démission, mais qu’à cela ne tienne, le peuple du Mali prend acte de par ma voix.
    Personne ne viendra construire le Mali à la place des maliens.

    • ….Il ne peut pas eclaircir, sinon il denoncerait ses complices entourage direct….qui eux restent pour perpetuer…..

  2. Le seul tord du Pr KEITA est son silence sans organiser une conférence de presse pour informer l’opinion publique nationale et internationale des conditions de sa démission, mais qu’à cela ne tienne, le peuple du Mali prend acte de par ma voix.

  3. QUELLE IMPORTANCE A L INTEGRITE D UNE PERSONNE S IL SE LAISSE ENTOURE DE MEDIOCRES CORROMPUS ? C EST UN CAS GENERALISE AU MALI! LE RESPONSABLE AU LIEU D EMPECHER CELA LAISSE FAIRE A SON ENTOURAGE DIRECT SANS ETRE PERSONELLEMENT VISIBLE DANS LE SCHEMAT DE CORRUPTION POUR SE FAIRE MAINTENIR DANS LA POSITION MAIS SACHANT BIEN QUE LE JOUR VIENDRA QUAND CE MEME ENTOURAGE L ENTERRERA, UN AUTRE VIENDRA ET LE PROCESSUS CONTINUE AVEC LES MEMES…

    L ENA EST UNE ECOLE DE MEDIOCRES CORROMPUS ET DOIT ETRE REFORMEE OU FERMEE, ELLE A ETE CREEE POUR METTRE AU CHOMAGE LES DIPLOMES DE L EXTERIEUR QUI ATANT LES MEILLEURS, FAISAIENT PEUR AUX AUTORITES DE L EPOQUE, CA CONTINUE PAR INERTIE, MAIS L ENA GANGRAINE LE MALI!

  4. MERCI AU PROFESSEUR KEITA D’AVOIR PRIS LE SOIN DE RELATER LE DEROULEMENT DES FAITS REELS POUR DEMENTIR LES PROPOS IMAGINAIRES DU GRIOT D’IBK ET DE SBM. NOUS SAVIONS TOUS QUE VOUS ETES QUELQU’UN D’INTEGRE DONT L’HONNETETE NE SOUFFRE D’AUCUNE MEFIANCE. MALHEUREUSEMENT LE GOUVERNEMENT TENTACULAIRE DE SBM CHERCHE A NUIRE TOUS LES CADRES HONNETES QUI REFUSENT DE LES SUIVRE DANS LEUR DEMAGOGIE ET DE CORRUPTION.
    BONNE CONTINUATION MONSIEUR KEITA, SURTOUT NE CEDER PAS AU CHANTAGE DE CES VAUTOURS. QUE LE BON DIEU VOUS PROTEGE.

  5. MERCI AMADOU POUR CES CLARIFICATIONS. TOUT LE MONDE CONNAIT TON INTEGRITE MORALE ET PROFESSIONNELLE. NOUS SAVIONS DEJA QUE LE PORTE PAROLE DU GOUVERNEMENT ET LE GOUVERNEMENT MENTAIENT. ILS ONT VOULU FAIRE PASSER LEURS PROTEGES AU DETRIMENT DES AUTRES.
    AMADOU TU ES CONNU POUR TON SERIEUX , L’AMOUR DU TRAVAIL BIEN FAIT. TU ES UN TRES GRAND SPECIALISTE CONNU ET RECONNU .
    MERCI D’AVOIR ETE DIGNE.

  6. Merci prof, vous étiez le doyen de la faculté de droit public. Vous avez donné des cours à mois. Vos capacités d’intellectuels on le sait, je peux dire tout simplement.
    Vous êtes honnête très honnête, vous avez fait honneur de tous les étudiants sortants de l’ENA, nous sommes fiers de ce acte que vous venez de dire.Un jour viendra, vous serez le ministre.

  7. Félicitations mon homonyme pour cet acte d’intégrité, de bravoure et de patriotisme. Vous aviez mérité de la patrie Professeur KEITA et nous en sommes très fiers. Toutes nos bénédictions vous accompagnent. Que le tout puissant miséricordieux vous récompense. Amen!!!

  8. C’est une honte que d’avoir des dirigeants malhonnêtes et qui n’ont aucune crédibilité. Tout le monde sait que ce gouvernement excelle dans le mensonge et le dénigrement. Merci monsieur Keita pour ta dignité et tu honores ta famille et tous les cadres honnêtes

  9. Félicitations mon homonyme pour cet acte d’intégrité, de bravoure et de patriotisme. Vous aviez mérité de la patrie Professeur KEITA et nous en sommes très fiers. Toutes nos bénédictions vous accompagnent. Que le tout puissant miséricordieux récompense.

  10. Merci prof on vous crois, c, est plutôt eux qui veulent faire passer leurs enfants, mais on va pas se laisser faire

  11. Dans ce pays il y a encore de bons hommes et femmes qui restent dans leur grande dignité, mais force est de reconnaitre que le gouvernant actuel n’aime pas ces genres de personnes car ils sont pétris de mensonges, de tricheries, de gabegies, de méchancetés, de jalousies, d’égos excessifs, de voles en bandes organisées, de clanisme, de clientélisme, de favoritisme, dans cette situation comment ces gouvernants pourraient travailler correctement avec des personnes honnêtes comme le Professeur KEITA? Très Cher grand KEITA ne vous méprenez pas des hommes comme vous n’ont pas de place dans le système actuel qui nécessite d’être pétri des fléaux cités ci-hauts. Nous vous demandions de faire autres choses car vos compétences seraient plus utiles là bas que d’être responsable dans ce système abâtardi qui finirait très prochainement sa course dans l’abîme et le chaos total. Concernant le comportement irresponsable du PM et du Ministre porte parole du gouvernement, cela ne nous étonne guère car le PM fait des comportements illogiques et non conforment avec les valeurs d’un grand responsable du pays, comment peut-on accuser un subalterne sans lui montrer les preuves palpables? Cela s’appelle irresponsabilité totale et insulte à l’égard d’un cadres honnête. Quant au Ministre griot, il faut reconnaitre que cet homme n’est pas à sa place, car notre société autorise à un griot de mentir dans certaines conditions pour arranger une situation sociétale mais pas de vilipender un honnête qui est dans l’exercice de sa fonction normale.

  12. Dans ce pays il y a encore de bons hommes et femmes qui restent dans leur grande dignité, mais force est de reconnaitre que le gouvernant actuel n’aime pas ces genres de personnes car ils sont pétris de mensonges, de tricheries, de gabegies, de méchancetés, de jalousies, d’égos excessifs, de voles en bandes organisées, de clanisme, de clientélisme, de favoritisme, dans cette situation comment ces gouvernants pourraient travailler correctement avec des personnes honnêtes comme le Professeur KEITA? Très Cher grand KEITA ne vous méprenez pas des hommes comme vous n’ont pas de place dans le système actuel qui nécessite d’être pétri des fléaux cités ci-hauts. Nous vous demandions de faire autres choses car vos compétences seraient plus utiles là bas que d’être responsable dans ce système abâtardi qui finirait très prochainement sa course dans l’abîme et le chaos total.

  13. Voici l’article
    “”Démission du DG de l’ENA: les révélations du ministre KOITA
    ”Fév 18, 2019
    ”Mariam KEITA0

    ”Le ministre porte-parole du Gouvernement Amadou KOITA s’est prononcé, le samedi dernier, au Carrefour des jeunes, sur la démission du Directeur général de l’Ecole nationale d’administration (ENA) survenue quelques jours plutôt. Selon lui, le Pr KEITA a démissionné parce que le Gouvernement a découvert qu’il s’apprêtait à publier un résultat non sincère.

    Avec fracas, le DG de l’ENA, le Pr Amadou KEITA, a démissionné de son poste sans donner d’explication. Ce départ à la tête de cette école d’élite pour l’administration remonte à quelques jours et a fait couler beaucoup d’encre et de salive. Dans la foulée de cette démission, le ministre KOITA avait refusé tout commentaire en le qualifiant l’acte de « fait divers ».

    Mais, au cours de la rencontre entre lui et le Conseil national de la jeunesse du Mali (CNJ-Mali), le problème a été abordé suite à son interpellation par des jeunes. Cette fois-ci, il a déballé les informations dont il disposait.

    «On vous doit un devoir de vérité », s’est-il adressé aux jeunes ; avant de faire ses révélations. «Il faut bien que l’ENA soit protégée contre certaines pratiques. Le Premier ministre a reçu des renseignements et informations qu’il y a eu des actions qui discréditent le résultat du concours de l’ENA», a souligné le ministre KOITA. Consécutif à ces renseignements, a poursuivi le ministre de la jeunesse, le Premier ministre, Soumeylou Boubèye MAIGA, a convoqué le Directeur général de l’ENA. Lors de cette audience, le Premier ministre a exposé au Directeur KEITA des renseignements en sa possession sur les résultats du concours. Des informations qui soutiennent que les résultats ne seront pas honnêtes. Selon M. KOITA, ne pas agir face à une telle situation, porterait un sérieux coup à la discrédité de l’ENA. Il a expliqué que c’est pour éviter cette situation que le Chef du Gouvernement avait décidé, au cours de sa rencontre avec le DG, d’annuler le concours. Au lendemain de cette rencontre sans attendre la lettre que le Premier ministre devait lui adresser, afin qu’il annule le concours, M. KEITA a tout simplement décidé de claquer la porte de la direction de l’ENA, a fait savoir le porte-parole du Gouvernement.

    « Vous pouvez aller vérifier ces informations auprès de qui vous voulez. Voilà l’histoire de cette démission», a-t-il affirmé.

    Cependant le DG démissionnaire a fini par donner une autre version, selon laquelle le Gouvernement lui mettait tellement de pression qu’il n’était plus possible pour lui de travailler en toute sérénité

    « Au contraire s’il y a eu pression, c’est la pression en faveur de l’équité, de l’égalité. Si cela est une pression nous allons la mener chaque jour », a défendu M. KOITA.

    Par Sikou BAH”

    • Est ce que les maliens doivent respecter ce régime?
      Le gouvernement pense que les gens ont peur de parler.
      Merci Professeur KEITA.
      Cela confirme encore que tout ce que M. TIEBILE DRAME dit est véridique.
      Le Ministre KOÏTA va mal finir.
      Il a oublier qu’on lui avait crée un poste à la primature, nous connaissons la suite.
      Le Ministre KOÏTA tu as dessus toute la jeunesse qui t’admirait quand tu étais à l’opposition.
      Comme dit le Feu Président de la Guinée Conakry Ahmed Sékou Touré : «Nous préférons la liberté dans la pauvreté à la richesse dans l’esclavage».
      Je ne sais comment tu arrive à dormir la nuit.
      Dieu voit tout

  14. Personne ne viendra construire notre pays à notre place. Le Professeur vous devez pas démissionné car si vous démissionne c’est en quelque sorte fuir de ton devoir citoyen. Ces hommes politiques chercheraient toujours à mettre son empire sur tout les points stratégique du pays encore moins celle de l’Ena et on devra être intègre et courageux pour leur faire face. Je répète mon professeur vous avez tort car vous n’avez pas respecter votre parole lors de votre entretien avec le Républicain “On cède pas face à la pression et notre souci premier est de montrer au malien que les pauvres peuvent être admis au concours de la fonction publique”. Rendre sa démission face à la pression synonyme de lâcheté et de la complicité.

    • Non je ne regrette pas car il y a encore des gens au Mali qui ont de la dignite et qui ne vont pas accepter que des petits politiques les traite d’une maniere rabaissante et c’est pourqoui nous apprecions le courage du Prof pour dire non a des petits imbecilles et a des opportunists de politiciens pour le rabaisser a leur petit niveau.

    • C’EST TRES FACILE DE CRITIQUER L’ACTE DU PROFESSEUR KEITA ETANT DERRIERE CES CLAVIERS. SI CES CHEFS HIERARCHIQUES VEULENT L’IMPOSER DES CHOSES QUI SONT CONTRAIRE AU BON DEROULEMENT ET A L’EQUITE DE SA DIRECTION, QU’EST-CE QU’IL PEUT FAIRE, A PART RENDRE LE TABLIER? MON CHER, TANT QU’ON CONTINUERA D’AVOIR DES DIRIGEANTS PRETENTIEUX, ARRONGANTS, UN INDIVIDU DANS UNE BOITE NE PAS RIVALISER AVEC LE SYSTEME. AUJOURD’HUI, AVEC UN PRESIDENT AUX ABONNES ABSENTS ET MORIBOND, C’EST LE CHENAPAN BOUBEYE QUI DIRIGE LE MALI, IL EST AU DESSUS DE LA LOI. SINON LA JUSTICE POUVAIT SE PENCHER CE CAS DE DEMISSION DE MONSIEUR KEITA ET OUVRIR UNE ENQUETE, MALHEUREUSEMENT, IL N’Y A PLUS DE JUSTICE DANS CE PAYS ANARCHIQUE.

  15. “DEVOIR DE VERITE” OUI PROFESSEUR KEITA, UN DEVOIR DE VERITE S’IMPOSAIT.
    QUAND A VOS PROPOS D’AILLEURS RESPECTUEUX EN SENS QUE VOUS ESSAYER DE” DEDOUNANER ” LE MINISTRE,, JE PENSE QUE VOUS VOUS TROMPEZ LA: AMADOU KOITA SAVAIT QU’IL MENTAIT EN DEBINANT SES INERTIES DEVANT LE JEUNES . IL FAIT PARTI DU SYSTEME DEPUIS QUE CE JEUNE A “RENVERSER SA LANGUE DU JOUR AU LENDEMAIN” POUR RENTRER AU GOUVERNEMENT.
    C’EST VRAI QUE LA POLITIQUE EST UNE SCIENCE ETRANGERE A LA LOGIQUE, MAIS SANS ETHIQUE, ELLE DEVIANT UN SUJECT ABJECTE. ET TOUS CEUX QUI PRATIQUENT UNE POLITIQUE ABJECTE SONT DES ETRES VILS. AMADOU KOITA EN FAIT PARTIE.
    VA RETROUVER TES ELEVES, CHER PROF. AVEC L’ESPOIR QU’AU MOINS D’ENTRE EUX, SORTIRONT DES HOMMES INTEGRES QUI FERONT LE MALI DE NOS REVES. A L’OPPOSE DE CES CHAROGNES QUIACTUELLEMENT AU POUVOIR SE BOUSCULENT AU CHEVET DE CE QUI RESTE DE NOTRE PAYS…

  16. Il ne faut pas politiser l’enseignement, c’est tres triste et c’est dommage que nous lisons des articles de ce genre, ca fait mal et tres mal, le Mali est meconnaissable et nous sommes tombes dans tous les sens, le Ministre n’ a d’autres choses a dire que de s’attaquer a des enseignants? Dommage et triste! Mon Mali est dans l’abime! Boua ka bla!

  17. PS: après avoir tricher ces “érections” pardon élection, il veut TRICHER également sur ce Concours?!
    Prof on les voit venir!

  18. Merci Prof on vous croit, on va faire dégager ces racailles de voyous sous peu!

    Dès que ce KOITA ouvre sa bouche, c’est pour mentir au peuple!

    Et si tous les prof faisaient comme vous, le mali irait de l’avant!
    Un prof ne doit pas accepter de se rabaisser à un niveau, eux , ils vont passer sous peu et ca peu vous suivre!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here