Résolution de la crise sécuritaire au Mali : Le Journal Mali-Tribune apporte sa contribution

0

Le Grand hôtel de Bamako a servi de cadre, le mercredi 30 novembre 2022, à la tenue d’un déjeuner de presse organisé par le Centre de Genève pour la gouvernance du secteur de la sécurité (DCAF), en partenariat avec le Commissariat à la Réforme du Secteur de la Sécurité (C-RSS) et le Journal Mali-Tribune. Au cours de ce déjeuner de presse, il y a eu la présentation du Magazine hors-série du journal Mali-Tribune consacré à la Réforme du Secteur de la Sécurité (RSS) qui est considérée aujourd’hui comme une partie de la solution aux crises multiformes que connaît le Mali.

Outre les patrons de presse, on notait la présence du chef de bureau du DCAF (Centre de Genève pour la gouvernance du secteur de la sécurité), Oswald Padonou ; du représentant du Commissariat à la Réforme du Secteur de la Sécurité (C-RSS), Colonel-major Philippe Sangaré ; du Promoteur du Journal Mali-Tribune, Alexis Kalambry. Dans ses mots de bienvenue, le Directeur du Journal Mali-Tribune, Alexis Kalambry, a mis l’accent sur le Magazine hors-série réalisé par son journal. Avant d’ajouter que ledit Magazine de 40 pages porte sur la Reforme du secteur de la sécurité (RSS) «Je me félicite de l’accompagnement que nous avons eu du Commissariat à la Réforme du Secteur de la Sécurité (C-RSS) qui nous a aidés à accéder à l’information, mais surtout du Centre de Genève pour la gouvernance du Secteur de la Sécurité (DCAF) qui a financé le journal à 100% », a souligné Alexis Kalambry.

A sa suite, Oswald Padonou du DCAF a fait savoir que la RSS est une partie de la solution aux crises multiformes que connaît le Mali. « La RSS vise à se rapprocher continuellement des standards de bonne gouvernance du secteur de la sécurité. Elle a d’abord été pensée comme un outil de consolidation de la paix par la reconstruction post-conflit des appareils de défense et de sécurité, mais elle est depuis longtemps considérée comme un outil de renforcement de la légitimité et de l’efficacité des forces armées et de sécurité en vue de prévenir tout risque de dislocation et de contre-performances préjudiciable à la paix et à la stabilité. Le magazine que nous offrons à votre lecture a une triple fonction : informative, analytique et interpellative. Certains articles rendent compte de nos activités respectives, d’autres proposent des réflexions sur les défis liés aux secteurs de la défense et de la sécurité et d’autres encore ont vocation à nous interpeller, à nous questionner sur notre sécurité dont nous sommes finalement tous acteurs », a-t-il dit.

Selon lui, le DCAF est présent et intervient au Mali depuis 2014. « C’est une fondation internationale de droit suisse basée à Genève avec un conseil de fondation composé des représentants de 63 Etats membres dont la République du Mali », a-t-il conclu.

Pour sa part, Philippe Sangaré du C-RSS a fait savoir que la communication est essentielle, car elle est au cœur de toutes les activités humaines. «Le chantier de la RSS est vaste et demande le soutien de toutes les couches socioprofessionnelles. Sa mise en œuvre requiert l’adhésion totale de la population (gouvernants et gouvernés). Nous fondons un grand espoir que les médias ne resteront pas en marge de cette œuvre gigantesque de portée historique », a conclu Philippe Sangaré.

Lors des questions-réponses, l’accent a été mis sur la nécessité de la collaboration entre la population et les forces de l’ordre, sur la transparence dans la gestion du secteur de la sécurité, sur l’accès à l’information dans le domaine de la sécurité et bien d’autres sujets pour la résolution de la crise au Mali.

Aguibou Sogodogo

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here