Atelier de consultation sur les politiques opérationnelles majeures de la Banque Africaine de Développement : La BAD dans la dynamique de mise à jour de ses politiques

0

La capitale sénégalaise, Dakar, a abrité, les 16 et 17 août 2011, un atelier de consultation pour la mise à jour de ses politiques opérationnelles majeures afin d’améliorer son efficacité dans le service aux pays clients. A cette importante rencontre, notre pays était représenté par Alassane Dramé, Secrétaire général de la section UNTM de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Mali (CCIM) et par Cheick Ahmed Sanogo, Directeur national adjoint de l’Energie.

Dans le souci constat d’améliorer son efficacité afin de répondre aux besoins sans cesse croissants de ses pays clients, le Groupe de la Banque Africaine de Développement (BAD) a réuni à Dakar, les 16 et 17 août 2011, le secteur privé de la sous-région et des représentants de la société civile en vue de recueillir leurs avis et propositions. C’est ainsi qu’une cinquantaine de participants venus de la Mauritanie, du Maroc, du Cameroun de la Sierra Leone, de la Guinée-Bissau, du Cap vert, de la Gambie, du Sénégal, de la Côte d’Ivoire, du Burkina Faso et du Mali se sont concertés en vue de donner des éléments de réponse à cette préoccupation de la Banque Africaine de Développement.

En effet, cette institution financière est partie du constat que le partage de l’information sur ses opérations est crucial pour son mandat, à savoir contribuer au développement économique durable et au progrès social de ses Pays Membres Régionaux (PMR). Comme il est de notoriété publique, dans le cadre de sa Politique sur la Diffusion et l’accès à l’Information, le Groupe de la BAD a toujours réaffirmé son engagement aux principes de la bonne gouvernance, notamment la transparence, la responsabilisation et le partage de l’information dans ses opérations.

D’autre part, le Groupe de la BAD envisage d’utiliser les Opérations d’Appui aux Programmes (OAP) comme instruments de financement en appui aussi bien aux politiques qu’aux réformes institutionnelles. Cela afin de réaliser les objectifs de développement à moyen et long termes sur le continent. Conformément donc à cette politique, la Banque envisage un rôle approfondi et élargi à travers un dialogue politique renforcé, capitalisant ainsi sa position particulière en tant qu’institution régionale de développement. 

Reconnaissant également le besoin de fournir l’accès aux services énergétiques fiables et à la portée de tous sur le continent, la Politique du Secteur de  l’Energie propose une approche pragmatique au moyen de laquelle le Groupe de la BAD assistera les PMR dans leurs efforts d’exploiter la riche variété du continent en dotation des ressources énergétiques.

Instaurer un dialogue efficace

 

Le présent atelier, dont la capitale sénégalaise a servi de cadre, visait donc à fournir une opportunité au Groupe de la Banque pour renforcer les participants à propos de la position politique proposée en ce qui concerne la maximisation de la diffusion de l’information et la facilitation de son accès pour les parties prenantes de la Banque, le soutien politique et des réformes institutionnelles dans les PMR en utilisant les AOP et l’assistance aux PMR dans leurs efforts à développer un secteur de l’énergie socialement, économiquement et environnementalement soutenable.

A travers un dialogue efficace, la Banque a pu recueillir les conseils des participants, au nombre d’une cinquantaine, sur les étapes les plus stimulantes dans l’interprétation et la mise en œuvre des politiques de la Banque dans les domaines susmentionnés.

Cet atelier de consultation sur les Politiques Opérationnelles a rassemblé des représentants du secteur privé et de la société civile de onze pays africains. La cérémonie d’ouverture a enregistré, entre autres, la présence du ministre de la Communication, des Télécommunications et des TICs du Sénégal, Moustapha Guirassy et de la Représentante Résidente au Sénégal de la Banque Africaine de Développement, Mme Leila Mokadem. Les travaux ont été centrés autour de trois groupes de travail que sont : " Politique pour les opérations d’appui aux programmes" ; "Politique sur la diffusion et l’accès à l’information " et " Politique du secteur de l’Energie ".

A cette rencontre, le secteur privé de la sous-région était fortement représenté autour du Point focal de la BAD, Christine Bollo-Tema, spécialiste du secteur privé, et qui a contribué efficacement aux travaux de groupes des trois sessions.

A la cérémonie de clôture de l’atelier, placée sous la présidence du ministre délégué à l’Energie, Ibrahima Sarr, il a été fortement recommandé d’incorporer les commentaires des participants dans la finalisation des politiques. Cela afin d’une meilleure prise en compte des attentes des pays clients dans lesdites politiques ; de favoriser l’harmoniser avec d’autres institutions partenaires au développement et, entre autres, d’aligner les politiques de la Banque avec les meilleures pratiques internationales.

Rappelons qu’un engagement avait été pris par la Banque devant les Plénipotentiaires du Fonds africain de développement (FAD), au cours de la négociation de 2010, sur la reconstitution générale des ressources dans la perspective de la 12ème session du FAD.

Cela afin de préparer une nouvelle politique complète pour les Opérations d’appui aux réformes (OAR) afin de consolider les bonnes pratiques existantes et de rationnaliser les exigences. D’où cette nouvelle politique en finalisation qui va abroger et remplacer les politiques régissant actuellement les OAR.

Mamadou FOFANA

 

Commentaires via Facebook :