Avant de quitter la Banque of Africa pour le département de l’économie et des finances : Mamadou Igor Diarra a pris des décisions de nomination très décriée

0

bank of africaLes nominations, faut-il rappeler, ont carrément bouleversé la hiérarchie à la BOA.  De la direction des ressources humaines, aux services juridiques en passant par plusieurs autres services au sein de la banque, le désormais directeur général de la BOA et nouveau ministre de l’Economie et des Finances,  Mamadou Igor Diarra fait le ménage. Il a bouleversé. Il a mis les pieds dans le plat, selon nos sources.

Pour les travailleurs ayant bénéficié de ces nominations, l’ancien directeur général a brisé un clan à la BOA. Les membres de ce clan entretenu par certains hauts cadres de la banque bénéficiaient de tous les avantages et privilèges. Même pour ce qui concerne les nominations, ce sont leurs proches qui étaient proposés et retenus au détriment d’une grande majorité des travailleurs compétents avec des diplômes de haut niveau reconnus et connus. Avec ce clan, la compétence, le diplôme, le sérieux, l’honnêteté, la morale était reléguée au second plan. Seule l’appartenance comptait. Mais, le désormais ancien directeur général, Mamadou Igor Diarra a mis fin à la pratique. Il a mis l’accent sur les critères de compétence, de niveau.…

Faux disent ceux qui se sentent frustrer par les décisions de nomination. Pour eux, il est clair, Mamadou Igor veut les faire sortir par la petite porte sinon, disent-il, il n’y avait pas lieu de procéder à un tel chamboulement au niveau de la hiérarchie. De toutes les façons, soutiennent-ils, c’est un précédent fâcheux. Ces décisions de nomination vont jouer sur les performances de la banque. Parce que pour eux, quand le moral du personnel est entamé, il ne peut pas travailler dans les conditions de tranquillité d’esprit, chose indispensable à l’atteinte des objectifs.

Selon notre source, les décisions de nomination sont claires et limpides, personne n’a été relevé de son poste. On a seulement flanqué des jeunes cadres à leur côté. Puisque, poursuit notre source, certains chefs sont au seuil de la retraite. L’ancien directeur général a jugé nécessaire de préparer la relève. Il a nommé des jeunes cadres comme leur adjoint afin d’assurer la continuité et d’éviter la rupture. Pour notre source, ceux qui sont mécontents de ces décisions sont des égoïstes. Ils ont seulement peur parce que l’ancien DG leur a fermé le robinet.

Des questions demeurent toutefois pourquoi attendre sa nomination à la tête de hôtel des finances pour prendre de telles décisions de nomination ? A suivre.

Moussa Mamadou Bagayoko

Commentaires via Facebook :

PARTAGER