Jean-Yves Le Drian au Mali : 5 conventions signées

2

Après s’être rendu à de nombreuses reprises au Mali en qualité de ministre français de la Défense, en particulier au moment du déploiement de l’opération Serval, M. Le Drian effectue là son troisième déplacement à Bamako en tant que ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, après juillet 2017 (sommet du G5 Sahel) et septembre 2018.

Le Drian a été reçu par le Président de la Transition, Bah N’Daw, le vice-président de la Transition, Assimi Goïta, le Premier ministre de la transition, Moctar Ouane, et s’est entretenu avec le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, S.E.M. Zeïni Moulaye.

Cette visite a permis au ministre Le Drian de saluer les récentes avancées du processus de Transition au Mali et d’adresser ses vœux de succès aux nouvelles autorités, qui auront à conduire dans les dix-huit prochains mois une Transition devant aboutir à la tenue d’élections crédibles et au rétablissement de l’ordre constitutionnel.

Le Drian a rappelé la disponibilité de la France à poursuivre son engagement aux côtés du Mali dans cette phase décisive qui offre l’opportunité de lancer les réformes demandées de longue date par la population malienne, notamment le renforcement de la gouvernance, la lutte contre l’impunité, la refonte du cadre électoral et l’engagement face aux défis sécuritaires. Cette visite permettra également de rappeler l’attachement de la France et du Mali à la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger, sujet qui sera aussi abordé avec les groupes signataires, de faire le point sur le suivi des Sommets de Pau et de Nouakchott et celui plus large de la Coalition pour le Sahel.

Ce déplacement a été enfin l’occasion de signer 5 conventions de l’Agence française de développement pour un montant total de plus de 92 milliards de francs CFA (140 M€). Ces conventions portent sur des projets très concrets, répondant aux principaux besoins des populations du Mali : 1) amélioration du réseau électrique national, 2) amélioration de l’accès en eau potable pour 6 localités du Mali, 3) autonomisation des femmes, 4) filets sociaux de lutte contre la pauvreté notamment par le biais de transferts monétaires, 5) accompagnement de la Banque nationale de développement agricole du Mali. Matérialisations concrètes de l’engagement de l’Alliance Sahel au Mali, trois de ces cinq projets font l’objet de cofinancements : avec la Banque mondiale pour les projets relatifs à l’autonomisation des femmes et aux filets sociaux ; avec la Banque européenne d’investissements pour le projet Boucle haute tension Nord de Bamako.

 

Source : Ambassade de France

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. Pour faire ces travaux il faut la sécurité d abord
    L achat des agents au sommet de l état est impossible au Mali désormais
    Car il y a plus ibk’ on a chassé ibk!!!!!!

    On a besoin de drones.

  2. L’essentiel pour les maliens reste la sécurité et la stabilité du Mali et non des accords pour acheter la conscience des maliens. Ces genres de corruptions diplomatiques doivent prendre fin au Mali et en Afrique. L’objectif pour le Mali reste sa sécurité, car chaque jour les maliens meurent pour cela présence de l’Armée française n’a aucun sens et n’est plus nécessaire sur notre sol. Après 10ans aucun objectif de leur présence n’est atteint. Le bilan sécuritaire de la présence de l’Armée française au Mali est on ne plus catastrophique. Soit elle dégage ou luttez honnêtement et sincèrement avec les maliens sans ambiguïté ni cynismes et hypocrisie. Leur sale politique y en a marre au Mali.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here