Désenclavement de l’axe Zantiebougou-Kolondieba-frontière Cote D’ivoire : Le bitumage de cet axe rapprochera Bamako du port de San Pedro de 200 Km

0
Lancé par le Président de la République le dimanche 13 novembre 2016, le bitumage de la route Zantiébougou-Kolondiéba-Frontière Côte d’Ivoire, maillon manquant de l’axe Bamako-San Pedro long de 1046 Km, permettra de rapprocher Bamako du port de San Pedro de 200 Km par rapport au port d’Abidjan long de 1225 Km. D’un coût global estimé à 70 milliards de F CFA, les travaux de construction et de bitumage de cette route longue de 140 km mettra fin au calvaire de ses usagers et sera d’un appui important au désenclavement intérieur et extérieur du Mali.

 

Faut-il le rappeler, le projet d’aménagement routier et de facilitation du transport sur le corridor Bamako-Zantiébougou-San Pedro est un plan multinational qui associe au développement des infrastructures, l’essor institutionnel des corridors, l’harmonisation des réglementations du marché des transports routiers et l’intégration dans la chaine logistique des opérations portuaires et ferroviaires.

Comme avantages au plan national, à la fin des travaux prévus, en principe dans 24 mois, les populations des différentes localités environnantes diront Adieu  aux difficultés d’évacuation des malades sur Bamako, à l’écoulement des produits agricoles et autres désagréments liés à l’élevage et à la pêche. Car, à en croire M. Youssouf Koné, Maire de Kolondiéba, en période hivernale, il fallait deux jours pour rallier Bamako en route. Le maire a, en outre, laissé entendre qu’avec le bitumage de cet axe, sa population «entreprend ainsi la voie du développement et que leur rêve est devenu une réalité». Comme pour dire que le lancement des travaux de construction et de bitumage de cette route reste un véritable ouf de soulagement pour les populations de Zantiébougou-Kolondiéba et les villages riverains. Ainsi, ce jour, dimanche 13 novembre 2016, elles ont tenu à exprimer leur satisfaction à travers des chants et des pas de danses traditionnels. Côté transport, à la fin des travaux, il est estimé que le temps de voyage sera réduit. Ce qui va, en principe, diminuer le coût de transports des marchandises et des passagers. En outre, il est prévu, dans le cadre de ce projet, la réalisation d’infrastructures connexes telles que des forages, des centres multifonctionnels pour femmes, des marchés, un poste de contrôle juxtaposé à la frontière entre les deux pays et  l’interconnexion des systèmes informatiques douaniers du Mali et de la Côte D’Ivoire.

Sur le plan sous régionale, la réalisation des tronçons Zantiébougou-Kolondiéba-Frontière Côte d’Ivoire (140 km) au Mali et Boundiali-Kani (135 km) en Côte d’Ivoire, permettra de combler ces maillons manquants sur cet axe et offrir une voie alternative au désenclavement du Mali vers la Côte d’Ivoire. Cet aménagement routier et de facilitation du transport contribuera à la promotion de l’intégration sous-régionale au sein de l’espace UEMOA et à l’accroissement des échanges entre le Mali et la Côte d’Ivoire. Toujours, au plan sous-régional, soulignons que l’objectif spécifique du projet est de contribuer à l’amélioration de la fluidité du trafic et à la réduction des temps et coûts de transport sur le corridor Bamako-San Pedro, (1046Km) qui les rapprochera de 200 Km, par rapport au port d’Abidjan qui est à 1225 Km de Bamako.

Il importe de retenir que le coût total du projet est estimé à 70 milliards de FCFA répartis entre les parties que sont la BAD, 58,4 milliards de F CFA, l’UEMOA, 1,031 milliards de FCFA le Mali 10,6 milliards de FCFA. Au nom des partenaires techniques et financiers, M. Alain Pierre N’ Bonabeka de la BAD a rappelé la bonne collaboration de sa banque avec le Mali, qui dit-il a investi plus de 200 milliards de F CFA pour les infrastructures. Il a rappelé que ce projet de construction et de bitumage s’inscrit dans une dynamique d’intégration entre les pays de l’UEMOA.

Quant au ministre malien en charge des Transports et du Désenclavement, Madame Traoré Seynabou Diop, s’adressant à la mission de contrôle et à la Direction nationale des routes, a assuré «que les travaux doivent être exécutés dans les règles de l’art avec un respect strict des délais contractuels fixés à 24 mois et des enveloppes disponibles. J’y veillerai personnellement».

Pour sa part, le président IBK a, après avoir donné le premier coup de lame du Caterpillar, indiqué que cette route est essentielle pour le développement économique du Mali.

 

A retenir enfin que c’est à la demande des autorités ivoiriennes et maliennes, que la BAD a décidé de soutenir la mise en œuvre de ce projet d’Aménagement routier et de facilitation du transport sur le corridor Bamako-Zantiébougou-San Pedro qui concerne l’aménagement et le bitumage des tronçons suivants : au Mali, la route Zantiébougou-Kolondiéba-Frontière ivoirienne et en Côte d’Ivoire, la route Boundiali-Kani. Alors, vivement la fin des travaux pour soulager réellement les populations.

Dieudonné Tembely

[email protected]

Commentaires via Facebook :