Projet ISSD Sahel : La technique de la composante SAA lancée

0

Le mardi 18 mai 2021 a eu lieu à Bamako, le lancement technique de la composante SAA du projet de « développement intégré des systèmes semenciers au Sahel ou ISSD Sahel ». Parti pour une durée de quatre ans, le projet est financé par l’ambassade Royal des Pays-Bas au Niger. La cérémonie de lancement a été présidée par le secrétaire général du ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, représentant le ministre, Lassine Dembélé, en présence de la directrice pays de SAA-Mali, Dr. Sokona Dagnoko.

Ils étaient au total 70 participants maliens et nigériens à cet atelier dont certains en présentiel et d’autres par visioconférence. Ils viennent des secteur public, privé, des institutions de recherche, des universités et collèges d’enseignements agricoles, des ONGs, des organisations paysannes et des entreprises semencières, entre autres. L’atelier a été une rencontre d’information, d’harmonisation de la compréhension des acteurs sur le projet, de partage de connaissances et d’expérience en vue d’une bonne planification des activités du projet.

Il faut souligner que le projet de « développement intégré des systèmes semenciers au Sahel ou ISSD Sahel » est un projet de quatre ans (novembre 2020 à octobre 2024) financé par l’ambassade Royal des Pays-Bas au Niger. Le budget total du projet est de 11 millions d’Euros). Ce projet sera exécuté par un consortium de quatre partenaires à savoir l’IFDC qui est le leader du consortium, SAA, KIT et Icrisat. Il est une suite logique du projet intitulé « développement de modelés de semences de base économiquement viables pour les cultures vitales à la sécurité alimentaire au Mali » qui était un projet de trois ans (2017-2020) également financé par la coopération néerlandaise à travers le « Food and Business Research Applied Fun » (ARF) de l’organisation Néerlandaise pour la recherche scientifique (NWO) et exécuté par un consortium de trois partenaires (SAA, IPR-IFRA et KIT), dirigé par SAA.

ISSD vise à promouvoir l’accès des petits producteurs africains hommes et femmes aux semences de qualité des variétés supérieures. Par variétés supérieures, ISSD fait référence aux variétés acceptées par les producteurs et les consommateurs. L’approche se base sur le fait qu’un meilleur accès aux semences de qualité permettrait d’augmenter la productivité, ce qui améliore la sécurité alimentaire et génère des revenus pour les petits agriculteurs. Le projet a pour objectif à long terme d’améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle des ménages ruraux et urbains, l’emploi rural et les revenus des ménages ruraux. Son objectif à moyen terme est de mettre en place un système vibrant, dynamique et pluraliste de semence qui tient compte de la coexistence des systèmes semenciers formel et informel dans l’approvisionnement en semence des petits producteurs agricoles dans les zones cibles.

Ce projet SAA aura l’entière responsabilité d’accroitre les surplus de production des petits producteurs par la promotion de l’utilisation des semences de haute qualité, accompagnées par des bonnes pratiques agricoles. De plus SAA interviendra auprès du secteur privé semencier pour le renforcement de l’approvisionnement national en semences de haute qualité à travers des entreprises commerciales locales de production de semences, rôle qu’elle partagera avec d’autres membres du consortium.

Ibrahima Ndiaye  

 

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here