Direction régionale des douanes de Koulikoro : Le bureau principal de Kati a dépasse ses objectifs de recettes et réalise un excédent de 7 milliards CFA

0

Sur une prévision de recettes de 64,8 milliards CFA, la direction régionale des douanes de Koulikoro a réalisé 71,7 milliards CFA. Soit un excédent d’environ 7 milliards CFA dégagé au cours de l’année écoulée. Un résultat apprécié à sa juste valeur par les plus hautes autorités de notre pays ; mais aussi, par les partenaires techniques et financiers.

« L’atteinte des objectifs de recettes, à nous assignés par la direction générale des douanes, est un défi que nous devons relever et je ne doute pas un seul instant de l’engagement des agents de la direction régionale de Koulikoro à œuvrer pour les atteindre », rappelait colonel Fall Halima Drabo, directrice régionale des douanes de Koulikoro. C’était dans une récente édition de la « Revue des douanes ».

Ce défi a été relevé avec brio. En effet, sur une prévision de recettes de 64,8 milliards CFA en 2015, la direction régionale des douanes de Koulikoro, notamment le bureau principal de Kati, a réalisé 71,7 milliards CFA. Soit, un excédent de 7 milliards CFA.

Comparés aux résultats de 2014, ces résultats constituent une performance inédite. Les prévisions de recettes étaient, seulement, de 48,9 milliards CFA. Et les réalisations  52,11 milliards CFA.  En clair, le bureau principal des douanes de Kati a enregistré un excédent de 19,6 milliards CFA de plus qu’en 2014.

« Ces résultats est le fruit des efforts conjugués de tous les cadres et agents du bureau, qui n’ont ménagé ni leur temps, ni leur énergie, pour y parvenir », indique Mohamet Doucara, chef du bureau principal des douanes de Kati.

La direction régionale des douanes de Koulikoro : une structure de poids dans la mobilisation des recettes

Classée parmi les structures les plus importantes dans la mobilisation des recettes, la direction régionale des douanes de Koulikoro dispose de 197 agents, toutes catégories confondues. Son siège est à Kati, à la sortie de la ville. Elle est dirigée par une directrice régionale, colonel Fall Halima Drabo. Avec, comme adjoint, l’inspecteur Adama Sidibé. Quant au bureau principal des douanes de Kati, lui, est dirigé par l’inspecteur Mohamet Doucara. Les commandants Ibrahima Camara et Issoufi Daga Maïga en sont, respectivement, les chefs de visite et de brigade.

L’essentiel des recettes de la région de Koulikoro est généré par le bureau principal de Kati. En 2015, près de 50% des objectifs de recettes ont été réalisés à mi-parcours. « De 2010 à 2015, les recettes réalisées par la direction régionale des douanes de Koulikoro affichent une tendance ascendante, passant de 19,2 milliards CFA en 2010 à 64,8 milliards CFA de prévisions pour 2015. Soit une augmentation annuelle moyenne de 39,5 %  », précise la directrice régionale des douanes de Koulikoro, dans une interview exclusive accordée à la « Revue des douanes ».

S’y ajoutent les recettes générées par les amendes et confiscations issues des contentieux.

Les amendes sont passées de 37,7 millions CFA en 2013 à 367,1 millions CFA

Les affaires contentieuses, aussi, sont en nette progression à la direction régionale des douanes de Koulikoro. Elles sont passées de 37,7 millions CFA en 2013 à 367,1 milliards CFA en 2014. Au premier semestre 2015, elles étaient estimées, déjà, à 262,6 millions CFA.

Outre ses missions fiscales, la direction régionale des douanes de Koulikoro a réalisé des prouesses inégalées dans la lutte contre la fraude. Comme en témoignent les énormes saisies enregistrées durant l’année écoulée : des armes de guerre, des munitions, des explosifs, de la drogue, des cigarettes et d’importantes quantités de produits contrefaits ; notamment, les faux médicaments, les piles…..

Malgré ses performances, la direction régionale des douanes de Koulikoro connaît quelques difficultés. Au rang de celles-ci, l’absence de magasins sous douane, d’airs de dédouanement digne de ce nom et de matériels de manutention. Aujourd’hui 90% des «  écors »  sont effectués à Bamako. Ce qui constitue un frein à la célérité des opérations de dédouanement et à la rotation des véhicules.

Un port sec en construction à Kati

Déjà en cours à Kati, la construction d’un port sec à Kati permettra d’aplanir ces difficultés. Appelé, aussi, « terminal intérieur », il sert de point de départ, de transit ou d’arrivée aux flux de marchandises, générées par le commerce international. Son plan d’aménagement prévoit, entre autres, un parking pour poids lourds de plus de 14445 m2 ; un parking Roro de 4950 m2 pour 216 véhicules châssis ; un parc pour conteneurs de 5225 m2 ; un magasin sous douane de 600 m2 ; un bureau et parking pour le personnel…

Ces infrastructures permettront de rationaliser, de sécuriser et de rentabiliser le système d’approvisionnement et d’exportation de notre pays, d’assurer la célérité et la régularité du circuit des importations et des exportations ; de maîtriser le volume des échanges ; de faciliter le recouvrement des recettes…

Autant d’avantages qui augurent de bonnes perspectives pour les recettes, dans les mois à venir.

Oumar Babi

Source : la revue des douanes

PARTAGER