Transhumance des dromadaires : Les ressortissants de Guidimakan tirent la sonnette d’alarme

7
La Libye, prochaine cible de Daech ?
Lors d'un rassemblement de la communauté Touareg d'Agadez, carrefour commercial et migratoire dans le Sahel, un jeune homme gardant un dromadaire se repose sur sa moto

Des dromadaires venant de la Mauritanie, qui entrent au Mali par la zone Guidimakan (cercle de Kayes), posent de sérieux problèmes. Cette situation a longtemps  été  décriée par les populations de la localité qui n’ont eu jusque-là aucun écho favorable auprès des plus hautes autorités du pays.

Le problème est récurent. Tous les ans, les éleveurs mauritaniens arrivent au Mali avec leurs animaux. Ceux-ci divaguent dans les champs des agriculteurs. Une situation qui indigne les populations. Face à cette situation, les ressortissants de la localité ont, au cours d’une réunion, tiré la sonnette d’alarme. Ils ont invité les autorités à prendre le problème à bras-le-corps.

Selon Boubou Dembélé, le Mali et la Mauritanie ont conclu un accord sur la libre circulation des personnes et de leurs biens. «Seuls les villages frontaliers Selifely et Melga sont prévus par ce traité pour permettre aux éleveurs mauritaniens de traverser la frontière pour un éventuel pâturage des animaux», a-t-il expliqué. Il affirme qu’une période d’entrée et de sortie a été clairement définie entre les deux Etats. 

Mais malheureusement, poursuit-il, la Mauritanie est en train de violer cet accord. Car les dromadaires venant de ce pays entrent sur le territoire malien par n’importe quel village frontalier et à tout moment. «Chaque année, les chameaux et les vaches arrivent dans nos villages, pillent nos champs de culture au vu et au su de nos autorités locales, qui parfois sont susceptibles d’être en connivence avec les Mauritaniens», s’est indigné Boubou Dembélé. Il a, dans cet ordre d’idées, invité les autorités à se rendre sur le terrain en vue de s’enquérir davantage des réalités du terrain.

Pour Idrissa Cissé, président de la jeunesse de Guidimakan à Bamako, cette situation demeure très préoccupante. C’est pourquoi il avait entrepris des actions pouvant apaiser les zones concernées. «Nous avons entamé des actions de sensibilisation et d’information sur la situation de notre route, et la transhumance des chameaux qui arrivent sur le territoire malien», a-t-expliqué.

«Que cela cesse ! Il faut que les autorités des pays respectifs appliquent les engagements pris de part et d’autre», s’est-il agacé. Pour terminer, les ressortissants ont demandé aux autorités de réviser les accords qui lient les deux pays et de renforcer le camp militaire de Bafarara, un village soninké dans la zone de Guidimakan, et d’instaurer le dialogue social entre les autorités coutumières et religieuses des villages frontaliers, etc.

Madihawa KEBE

Source : Le Wagadu

Commentaires via Facebook :

7 COMMENTAIRES

  1. @ le roi MAUDIT de segou, veritablement tu deviens abruti tous les jours qui passent! Tu t’attaques aux gens pour avoir exprime leur opinion, la liberte d’expression est sacree meme au pays de Trump! Ce ne sont pas les Soninke agriculteurs qui conduisent des chameaux ou qui sont eleveurs avec des vaches, tu ne sais meme pas qui tu es? Ta mere si elle est Soninke comme tu le dis ici en longeur de journee ne doit pas etre fiere de toi! Tu dois reflechir avant de pondre des anerie le roi MAUDIT de segou. Il faut relire cet article pour comprendre de quoi il s’agit. Boua IBK build the wall. Boua ka bla

  2. ” … le Mali et la Mauritanie ont conclu un accord sur la libre circulation des personnes et de leurs biens. «Seuls les villages frontaliers Selifely et Melga sont prévus par ce traité pour permettre aux éleveurs mauritaniens de traverser la frontière pour un éventuel pâturage des animaux», a-t-il expliqué. Il affirme qu’une période d’entrée et de sortie a été clairement définie entre les deux Etats…
    … Mais malheureusement, poursuit-il, la Mauritanie est en train de violer cet accord. Car les dromadaires venant de ce pays entrent sur le territoire malien par n’importe quel village frontalier et à tout moment… ” … /// …
    :
    Au Mali comme en Mauritanie, les Populations de ces deux pays sont en plus grande majorité analphabète ou illettrée. Seules les ” Administrateurs ” et de Gens instruits se soucient de l’existence et du respect de traités entre nos ETATS, dans tel ou tels domaines. Alors, pour que les Populations en prennent connaissance, comprennent l’utilité de traités et les respectent, il faudrait régulièrement les porter à leur connaissance avec des campagne d’explication dans les langues nationales respective des pays concernés.

    • L’idiot ne sait meme pas que Selibaby est la capitale de la region mauritanienne du Guidimaka! La majorite’ des Soninkou mautinaniens habitent dans cette region. Les Diabira, les Soumare, les Camara et les Coulibaly soninkou mauritaniens viennent de cette region. Les Diagana, les Tandja et les Sylla sont generalement de Kaedi au Gorgol.
      Bamake’, comme vous l’avez dit, c’est un meme peuple! CE SONT LES IDIOTS QUI FONT TOUT POUR OPPOSER NOS PEUPLES!!!!!!!!!!!!!!! L’IGNORANCE EST A’ LA BASE DE NOS PROBLEMES!!!!!!!!!!!!!

      • Quel fils d’idiots, tu t’attaques aux gens pour avoir exprime leur opinion, la liberte d’expression est sacree meme au pays de Trump! Ce ne sont pas les Soninke qui conduisent des chameaux our qui sont eleveurs avec des vaches, tu ne sais meme pas qui tu es? Ta mere si elle est Soninke comme tu le dis ici en longeur de journee ne doit pas etre fiere de toi!Tu dois reflechir avant de pondre des anerie le roi MAUDIT de segou. Boua IBK build the wall. Boua ka bla

  3. ” … Des dromadaires venant de la Mauritanie, qui entrent au Mali par la zone Guidimakan… ” … /// …
    :
    Ce n’est pas Guidimakan… !
    C’est Guidimaka ou si tu veux Guidimakha… !

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here