Ibrahima Dicko lors de la journée Portes Ouvertes de Diamond Cement: «Notre objectif est de concourir à la baisse du prix de la tonne de ciment au Mali»

0

L’administrateur de Diamond Cement, Ibrahima Dicko, responsable de la cimenterie de Dio, et son Directeur général, Kasturi Subrahmanyam, étaient face à la presse le vendredi 30 septembre, à l’usine de Dio, vitrine de leurs activités au Mali.

Au cours de cette rencontre, l’administrateur Dicko a précisé que l’objectif de sa société était avant tout de concourir à la baisse du prix de la tonne de ciment au Mali, afin que tout le monde puisse y avoir accès.

L’usine-mère de Diamond Cement est située à Astro, dans le cercle de Bafoulabé, et le gisement se trouve sur une colline nommée «Colline d’Astro». Astro produit 800 000 tonnes de clinker par an, tandis que l’unité de fabrication de Dio a une capacité de production de 500 000 tonnes annuelles, élevable au double, soit 1 000 000 de tonnes.

Dio était censée de produire 800 000 tonnes lors de sa première année d’activité, 900 000 la seconde année et 1 000 000 de tonnes la troisième année. C’étair ce qui était prévu lors de la construction de l’usine. Une convention avait d’ailleurs été signée avec l’Etat du Mali pour rétrocéder la tonne de ciment à 87 500 FCFA à partir de l’usine de Dio, et à 74 500 FCFA à partir de l’usine d’Astro.

Dans la convention, l’Etat devait fournir l’énergie à l’usine à partir de Diamou, où est disponible une ligne à haute tension qui quitte Manantali pour le Sénégal puis la Mauritanie. Un poste transformateur aurait dû être installé à Dio et l’usine s’était engagée à tirer des câbles d’’électricité sur à peu près 45 Km, pour une consommation moyenne estimée à 14 MGW pour les besoins de fonctionnement de la cimenterie.

Mais, après la réalisation dira t-il, l’Etat affirmera que les réserves en électricité ne permettaient plus de fournir de l’électricité à Diamond Ciment. La société a donc été obligée d’installer 26 groupes d’électrogènes d’1 Mégawatt pour environ 5,5 milliards de FCFA et leur consommation en gasoil est à peu près de 60 000 litres par jour. Ce qui a eu un impact sur le coût de la production de la tonne de ciment.

Diamond Cement, face à cette situation, a décidé de démarrer l’usine, d’acquérir de l’expérience et de l’expertise et d’engager la procédure pour signer une seconde convention, pour une 2ème cimenterie. Le ministre en charge du Développement industriel a été saisi, mais il n’a pas apporté de réponse pour le moment. La création de cette seconde cimenterie va combler le manque à gagner, a expliqué Ibrahim Dicko.

Il a en outre fait savoir qu’en 2016, 68 000 tonnes de ciment ont été produites en janvier, 66 600 en février, 71 000 en mars, 65 000 en avril, 69 000 en mai, 64 000 en juin, 62 000 en juillet et 60 000 au mois d’août. Si l’usine poursuit sur cette lancée, en fin d’année la production pourrait atteindre 750 000 tonnes.

La totalité de la matière première provient du Mali, notamment le calcaire, et le concassage du clinker se fait également ici. Diamond Cement Mali a été créé avec un capital social de 22 milliards de FCFA, dont l’Etat du Mali détient 10%, le secteur privé malien 10%, l’actionnariat populaire 10% et WARCEM 70%. La société reverse comme TVA à l’Etat du Mali 1,5 milliard de FCFA chaque année.

Adama Bamba

Commentaires via Facebook :

PARTAGER