Situation économique et financière : Les Maliens souffrent !

97

Nord du Mali : sept morts dans l’attaque contre un camp de l’arméeN’ayons pas peur des mots : le Mali est, dans les faits réels, en récession, tant les taux de croissance pompeusement annoncés n’ont aucune répercussion sur les conditions de vie des citoyens. Certes, l’état de famine n’est pas déclaré, mais la situation économique et la crise financière sont telles que les Maliens souffrent le martyre. Aujourd’hui, ils sont partagés entre l’inquiétude du quotidien et le désespoir du lendemain. Inflation, cherté de la vie, rareté de l’argent, forte demande sociale, faim et soif, marasme latent, tel est le lot des problèmes que les populations côtoient en longueur de journée. Sous l’ère IBK !

C’est évident et incontestable : pour les Maliens, chaque jour est plus difficile que la veille ; l’avenir s’annonce plus sombre que le présent. La faute ?  A la gravissime crise économique et financière qui frappe le pays depuis l’arrivée d’Ibrahim Boubacar Kéïta en septembre 2013.

Cet homme, qui promettait tous les bonheurs aux Maliens, est la cause de tous leurs malheurs que ceux-ci vivent en ce moment. Pourtant, le président (plébiscitée à plus de 77%) avait toutes les armes en main pour réussir sa mission, celle de driver un Mali remis en selle par Dioncounda Traoré et surtout une équipe gouvernementale conduite par l’expérimenté Django Cissoko au terme d’une Transition rondement conduite. Toutes les armes ? Oui ou presque !

Primo, IBK a hérité d’un pays sur les rails, avec une intégrité territoriale recouvrée et des institutions  élues. Il se devait juste de sauvegarder ces acquis, les consolider et entreprendre un redressement, voire une véritable relance économique.

Secundo, l’ensemble de la communauté internationale lui était entièrement acquise, sans doute pour son plébiscite et pour le retour à la normalité constitutionnelle.

Tertio, du fait que le pays sortait d’une mauvaise passe, le nouveau président bénéficiait d’un délai de grâce avant tout jugement sévère sur les premiers faux de sa gestion.

Mais hélas, en un laps de temps, IBK dilapida tout ce capital, avec une mal gouvernance inégalée qui plonge le Mali dans une situation chaotique.

L’erreur fatale qu’il commit d’emblée fut d’occulter les vraies priorités et de se lancer à la recherche du confort personnel et familial (« Ma famille d’abord ! ») et dans d’autres actes budgétivores. Ce qui fait que ses gouvernements successifs ont passé tout leur temps à gérer des scandales. Quels sont ces scandales ?

Scandales liés à l’achat de l’avion présidentiel (16 à 21 milliards de FCFA selon les interlocuteurs) et au marché du contrat d’armement (108 milliards de FCFA). Scandale des surfacturations (entre 28 et 39 milliards selon les structures de contrôle). Scandale lié aux supposés liens avec le parrain des parrains corse, Michel Tomi. Scandales relatifs à la rénovation du Palais présidentiel de Koulouba et de la résidence privée de Sébénicoro, à l’affaire « Ma famille d’abord ! ». Et Scandale de la suspension de l’appui budgétaire des institutions de Bretton Woods, le FMI et la Banque mondiale. C’est de là et de là surtout qu’est parti le drame économique et financier des Maliens.

 

Etat de dénuement généralisé !

Mais, avec la reprise de l’aide budgétaire du FMI et de la Banque mondiale, IBK a eu une seconde chance de se racheter. On était donc en droit de s’attendre à que le gouvernement se tourne vers les préoccupations quotidiennes des populations. Erreur ! D’autres scandales surgissent, qui occupent le temps des gouvernants, loin des préoccupations des populations.

Aujourd’hui plus que jamais, le quotidien des Maliens est compromis et relégué au second plan par le gouvernement.

Les plus optimistes des Maliens n’entrevoient  aucune raison d’espérer en l’avenir. Ils avancent comme preuves, l’état de dénuement généralisé dans lequel les populations sont confinées et, surtout, la mauvaise gouvernance.

Ce mode de gestion des affaires publiques a instauré un marasme économique et une crise financière sans précédent. Parce que les ressources financières qui auraient dû etre injectées dans le développement du pays et la gestion du quotidien des Maliens ont été allouées à des fins de privilèges présidentiels, paralysant l’administration et assommant les Maliens.

Combien sont aujourd’hui les Maliens qui préparent le petit déjeuner, le déjeuner et le dîner? Combien sont-ils qui mangent à leur faim ? Ils ne sont pas nombreux. Chacun vit au jour le jour.

La situation est exacerbée par une inflation qui n’est pas maîtrisée sur le marché où les prix des produits de première nécessité, les céréales de grande consommation et les hydrocarbures ne redescendent plus dès qu’ils augmentent.

Que dire de l’argent ? Il n’est visible ni dans les poches, ni dans les mains. Ni dans les caisses, ni dans les comptes. Ni dans Orange money, ni dans Mobicash. Encore moins dans Wari ou Lemonway. Ce précieux métal semble tout simplement avoir fondu sous la forge.

Alors, comment, dans ces conditions, s’offrir à manger, pour vivre ? A moins que les 5000 milliards de la Chine (toujours attendus) et les 2000 milliards de Paris ne viennent enfin à la rescousse des 16 millions de Maliens.

Sékou Tamboura

 

PARTAGER

97 COMMENTAIRES

  1. Tout ce que nous pouvons faire c’est de soutenir le président pour ce qu’il fait dans le sens du bien être des maliens.Encore à vous… 😛 😛 😛

  2. Vous vous acharnez sur le Président et sa politique.Lui il travaille sans même vous écouter.Comprenez donc que ce que vous dites n’est pas du tout important.IBK a un seul souci: le bien être de ses compatriotes.Merci président,ton peuple te soutient. 😛 😛 😛 😛

  3. On peut mentir sur certaines choses et ça peut passer.Mais il y a d’autres sur lesquelles on peut pas mentir.Cher journaliste, vous oubliez que c’est sur le mali que vous écrivez et que ce sont des maliens qui vont vous lire. Arrêtez de foutre la merde aux gens. 😯 😯 😯

  4. Les livres saints ont dit que chacun mangera à la sueur de son front.Mais toi tu es assis dans un salon à écrire des articles de merde,c’est sûr que tu vas souffrir.Mais de là étendre ta situation à tous les maliens,vous êtes dans le faux.Le président fait tout son possible pour que ses compatriotes soient à l’aise.Merci à IBK et vive le Mali.

  5. C’est ensemble qu’on peut avoir la force pour faire de grandes choses.Cette pour cette raison que nous avons décidé de faire l’union sacrée autour de IBK pour qu’ensemble on puisse relever tous les défis liés au développement.Merci président et sache qu ton peuple te soutient. 😀 😀 😀

  6. Lorsqu’on sait que ce qu’on va dire n’est pas plus important que le silence,mieux vaut se taire.Alors chers journalistes,écrivez quelque chose de constructif pour notre pays ou arretez tout simplement d’écrire. 😯 😯 😯

  7. Le truc c’est que tous ceux qui sont contre le bonheur du peuple malien sont en train de se dévoiler sous le pouvoir de IBK en voulant s’attaquer à lui.Mais ce qu’ils ne savent c’est que les maliens prennent acte et pourront les punir au moment opportun.En attendant,IBK continue son travail pour le bonheur du peuple.Merci président… 😀 😀 😀

  8. Dites moi,lorsqu’un journaliste se donne comme mission d’intoxiquer son peuple,comment doit on l’appeler?En tout cas il est tout sauf journaliste.Mais le plus triste c’est que ce sont nos opposants qui les payent pour faire ce sale boulot.N’avez vous donc pas de dignité au point de vendre notre avenir commun pour des miettes? 😯 😯 😯

  9. Aucun malien ne dira qu’il ne mange pas en ce moment à sa faim.Soit vous mentez tout simplement ou soit vous ne vivez pas du tout dans notre Mali.Certes,tout n’est pas parfait mais nous ne sommes pas dans un enfer.D’ailleurs,tout le monde sait que le monde entier traverse une crise financière sans précédent;et même nos donateurs en savent quelque chose.Trouvez donc autre chose à raconter. 😯 😯 😯

  10. Je suis tous à fait d’accord avec celui qui me disait que tous les opposants maliens du moment sont des malhonnêtes.Refuser de voir ce qui est pourtant évident relève tout simplement de la mauvaise foi;sinon comment être capable de dresser un tableau aussi sombre de notre pays alors que les indices de développements nous montrent que le pays est sur la bonne voie?Nous remercions IBK pour cette performance et lui assurons tout notre soutien. 😯 😯 😯

  11. Aucun digne fils du Mali ne peut parler de son pays comme vous le faites en ce moment.Même les aveugles savent que IBK est en train de faire un exploit exceptionnel.Avez vous déjà oublié les conditions dans lesquelles il trouvé le pays? 😳 😳 😳 😳

  12. Comme le dirait quelqu’un,le chien aboie et la caravane passe.Nous on continue notre développement avec IBK. Celui qui veut rester en marge de cela c’est son problème.Merci Président et vive le Mali. 😯 😯 😯

  13. La solution aux problèmes des maliens,ce ne sont pas des beaux discours et des article médiocres aux contenus incendiaires.IBK est en ce moment en train de faire un boulot très important pour le de rayonnement de notre pays.Alors si vous ne pouvez pas le soutenir,ne cherchez pas à le saboter. 🙁 🙁 🙁

  14. Si le Mali étais vraiment comme vous le décrivez,je suis sûr que vous et vos mentors de l’opposition auriez déjà pris un avion pour aller vous cacher quelque part et vivre heureux avec l’argent que ces derniers ont volé aux maliens lorsqu’ils étaient au pouvoir.Mais dieu merci que c’est du mensonge,et c’est pourquoi vous êtes encore là…

  15. Mon papa m’a toujours dit que Chaque cul à son caleçon.
    Règle tes problèmes vieux tocard si tu es trop faché trouve moi à londre.
    IBK est un président ambitieux et honnête.
    Tu me fais de la peine sékou

  16. Même s’il pleut des milliards sur le Mali,c’est sûr que des paresseux comme vous ,n’allez jamais en avoir.Vous n’avez pas encore fini de compter sur ce que vos articles médiocres vont vous apporter de la part des opposants de IBK. Continuez, mais pendant ce temps nous on travaille et on vit.Merci président et que vive le Mali. 😀 😀 😀

  17. Parce que Tiébilé à payé t’a fait déménager à TINTINBOUGOU tu penses que tu as réussi .Vieux con et corrompu
    Chez nous en bambara on dit DANGADER faut te revoir au lieu de saloir la célèbre réputation de IBK

  18. sekou tu es un vieux coqu arrête de chercher les petites filles velle vont te rendre ding .Tu sais C’est pas seulement les fous qui se promène en caleçon va dans un centre psychiatrique et Dieu va faire le reste laisse le pauvre IBK en paix.Vieux soulard

  19. Donc vous voulez que le Président prenne l’argent pour le distribuer de porte à porte quoi?Ne cherchez pas à travailler hein,couchez vous pour attendre.Sinon les malien qui travaillent vivent convenablement du fruit de leurs efforts.Vive IBK…. 8) 8) 8) 8)

  20. hé sekou par effet de mensonge ton pauvre père et ta mère ne sont plus ensemble.cette rage qui te ronge là c’est pas de notre faute.Il faut te revoir en commençant à payer ton loyer.Arrête ça tu n’est pas un homme ou bien Cherche à me voir je vais t’aider

  21. gros menteur là .tu fais comme si tu ne sais pas ce que IBK a fait dans ce pays .Au lieu de mentir sur le président parce que tu n’as pas d’argent pour ta famille là cherche à rembourser tes dettes et ne prend ton petit salaire pour aller chez les bordelles de bamako.

  22. Vous allez finir avec toute ses sottises que vous racontez et vous allez vous rendre à l’évidence.Dans tous les cas pendant que vous chantez,IBK continue de travailler pour le bonheur de ses concitoyens.Merci Président… 😯 😯

  23. En économie,tout se fait par étape.L’essentielle était la croissance.Quant aux retombées elles vont suivre sans tarder.Mais tout compte fait,la situation n’est pas aussi catastrophique que vous la décrivez.Le président IBK travaille pour sa population et les résultats sont palpables. 😯 😯 😯

  24. Encore des articles à polémique pour semer le doute dans la tête de maliens.Mais quand arrêterez vous votre travail diabolique de désinformation pour que le président IBK puisse continuer son oeuvre dans la tranquillité? 🙁 🙁 🙁

  25. Le mali connaitra l’essor économique tant recherché pour le bonheur de tous.

  26. On sait maintenant que les médias Maliens n’ont rien à dire, c’est le cas de ce fameux journaliste, qui est en train de nous distraire encore.

  27. La communauté internationale reste toujours acquise à la cause de IBK et l’aidera à réaliser ces projets dans le bien-être du Maliba.

  28. La population est fier de IBK, car c’est la solution, il est médicament de notre maladie, IBK fait la fierté du Mali. Il mène ce pays dans le droit chemin.
    Tout ce qu’il a dit, il le fera seulement certains journalistes cherchent à salir son nom.

  29. Actuellement le Mali est sur le chemin du bonheur, car depuis l’arrivé d’IBK au pouvoir, il a réussit à maintenir la paix et la sécurité.
    Le Mali a tourné la page de 20 ans de corruption de vol, de la tricherie, de violences, de détournement du dernier public.
    LE MALI AVANCE

  30. Pauvre journaliste, que voulez-vous que le président IBK fasse exactement, il est venu au pouvoir pour mettre fin à la corruption, au vol des ressources de l’état et il fera tout pour punir les coupables.
    Malgré les efforts fournis par le chef de l’Etat certains journalistes tentent de nuire à sa gouvernance.
    Arrêtez de publier de tels articles, car ça n’a aucune importance et cela n’apporte rien à la population.

    VIVE LE PRESIDENT IBK
    VIVE LA PAIX ET LE DEVELOPPEMENT
    VIVE LA RECONCILIATION NATIONALE

  31. On reconnait la capacité d’un journaliste à travers ses articles et ces idées qu’il évoque.
    Vous ne dites que des mensonges, alors arrêtez de dire des bêtises sur l’autorité du pays.
    Les vrais ennemis du pays sont ceux qui critiquent le président et son gouvernement.

  32. Monsieur le journaliste, vous n’êtes ni juriste, ni administrateur civil pour critiquer le gouvernement en rendant la justice au coupable.
    Vive IBK, vive le gouvernement
    Vive KANKELETIGI
    Vive le Mali uni et fort

  33. IBK est arrivé au pouvoir ça fait à peine 2 ans, donnez-lui un peu de temps, le Mali était KO depuis 20ans, alors, il reste suffisamment de temps pour qu’il réalise ce qu’il a dit.
    Vive le gouvernement, Vive IBK

  34. Mr le journaliste informez vous car depuis qu’IBK est venu au pouvoir, beaucoup de choses ont changés.
    L’achat de l’avion présidentiel favorise non seulement la sécurité de l’Etat mais, aussi facilite le déplacement du président et ses ministres.
    Depuis l’indépendance le Mali ne possédait pas l’avion à l’état normal.
    L’avion que le Mali avait n’était pas immatriculer

  35. L’état malien a retrouvé sa crédibilité, au-dedans comme au dehors, « en atteste l’apurement total de la dette intérieure du pays, depuis le 10 janvier 2015 pour un montant total de 575 milliards de Francs CFA »

  36. Le Mali figure parmi les sept pays d’Afrique subsaharienne qui ont atteint les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), en réduisant de 50% le nombre de personnes qui souffrent de la famine.

  37. En termes de création d’emplois dans le secteur formel, 14 116 emplois créés du 1er janvier au 31 juillet 2015. Pour les deux ans d’exercices et 71 652 emplois durables ont été générés par les activités économiques sur l’étendue du territoire national, soit 36% de la promesse du Président de la République
    Environs 5 000 jeunes ont été placés en stage de formation professionnelle dans les structures publiques et privées par l’APEJ, en vue du renforcement de leur employabilité

  38. Le gouvernement IBK a fait des progrès à plusieurs niveaux; il a amélioré sensiblement certains indicateurs. « Le salaire minimum inter professionnel garanti a été porté à 35 000 F CFA en janvier 2015, a-t-il relevé. Il sera de 40 000 F CFA en janvier 2016. Les traitements indiciaires des fonctionnaires et les salaires de base du personnel de l’Administration relevant du code du travail, du personnel enseignant contractuel de l’Etat et du personnel enseignant contractuel des collectivités territoriales sont majorés de 10%, 3% et 7% respectivement pour compter du 1er janvier 2015, du 1er janvier 2016 et 1er janvier 2017. Le taux des allocations familiales est porté à compter du 1er juillet 2015 à 3 500 F CFA par mois et par enfant et 4 000 F CFA par mois et par enfant vivant avec un handicap. »

  39. Nous avons élu IBK pour diminuer sensiblement le taux de pauvreté dans notre pays.
    Une croissance est elle synonyme de de diminution de pauvreté?
    Avons nous besoin d’être économiste pour comprendre que la croissance ne signifie pas forcément condition de vie meilleure.La preuve palpable est là:malgré la croissance de 7pour cent constatée cette année avons-nous le sentiment que le malien vit mieux qu’avant?
    La pauvreté a t elle reculé?
    Pour se glorifier d’une croissance élevée,il faut qu’elle soit mieux répartie.
    Les pouvoirs précédents n’ont ils pas eu des croissances élevées?
    IBK avec ses scandales et dépenses de prestige peut il faire mieux que ses prédécesseurs en terme de répartition équitable de cette croissance?
    Les laquais préfèrent se glorifier par les chiffres de croissance actuels,sans pour autant penser à leur incidence réelle sur les conditions de la population.
    Ils seront surpris le jour J malgré leur croissance élevée.
    QU’ALLAH SAUVE LE MALI!

  40. Le travail du Ministre de l’économie et des finances, son dévouement, son envie de bien faire, son engagement et sa volonté de voir ce pays se développer font qu’aujourd’hui notre pays a atteint un niveau de croissance record jamais égalé, soit 7,2% de croissance !!!

  41. Statistiquement, si en deux années seulement nous avons pu atteindre les 7,2% de croissance, quel chiffre nous allons atteindre en dix années avec ce même rythme ? Le MALI ne sait jamais porté mieux économique parlant, gardez vos bêtises pour vous !!!

  42. il faut informer le peuple au lieu de les intoxiquer
    Au mali, le système d’imposition des revenus est un système cédulaire, c’est-à-dire qu’il n’existe pas un impôt unique qui frappe l’ensemble des revenus d’une personne. L’essentiel de la fiscalité malienne est celle de l’entreprise, celle des ménages étant dans une certaine mesure reléguée au second plan. On distingue ainsi : L’impôt sur le revenu des personnes physiques qui est progressif, allant de 0% à 40% L’impôt sur les sociétés dont le taux est de 30% La Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA) au taux de 18%. En 2012, le Mali a introduit une TVA réduite à 5% sur les équipements informatiques et les équipements pour la génération de l’énergie solaire.

  43. La barre l’économie de notre pays a été redressée considérablement au cours de ces deux années, surtout avec la nomination d’un certain Mamadou Igor Diarra comme Ministre de l’économie et des finances !!! Donc arrêtez de nous casser les oreilles avec vos conneries !!!

  44. Le gouvernement malien a entrepris de nombreuses réformes incitatives afin de valoriser son formidable potentiel naturel. Grâce à un code des investissements très attrayant, Bamako entend redorer son image et devenir la plaque tournante des investisseurs.

  45. le gouvernement et ses partenaires ont procédé à des réhabilitations de salles de classe dans 3 écoles, afin de permettre aux enfants de pouvoir étudier dans de bonnes conditions.
    Informez vous mon cher journaliste

  46. La situation économique de notre pays est à son meilleur niveau, le Ministre de l’économie et des finances Mamadou Igor Diarra fait un travail extraordinaire, il mérite de sincères félicitations de la part des maliens à cause de ce qu’il fait pour la relance économique de notre pays !!!

  47. Dans cette région, le programme a permis de répondre à une urgence suite à un afflux de déplacés dans la localité de Talhandak, des activités de distribution d’eau en urgence ainsi que de distributions de kits EHA ont été mises en place pour venir en aide aux populations locales et déplacées (environ 1000 familles).

  48. Humm walaye, ce sont les journalistes immature, incompétent qui rédiger ces genres d’articles. Le patriotisme, le professionnalisme est le ce qui leur manque de plus.

  49. Réhabilitation de points d’eau et de latrines, et mise en place d’une gestion appropriée des déchets dans des centres de santé et les écoles. Interventions au niveau communautaire afin de lutter contre l’une des causes sous-jacentes de la malnutrition, l’accès insuffisant à une eau de qualité et à l’assainissement. Promotion de l’hygiène à destination des personnels de santé, des enseignants et des communautés.

  50. La situation économique de notre pays n’a jamais été aussi meilleure, notre pays à un taux de croissance de 7,2% !!! Depuis l’indépendance jusqu’à nos jours, jamais nous n’avons atteint ce chiffre, pour vous dire que le pays ne sait jamais senti aussi mieux qu’aujourd’hui !!!

  51. Très bon travail effectué de la part du Ministre de l’économie et des finances. Sa collaboration avec les bailleurs de fond sont très bonne grâce son bon travail l’économie du Mali est en train de prendre de la vive l’allure.

  52. Les perspectives macroéconomiques à moyen terme sont favorables : la reprise de l’économie devrait se consolider en 2015 et 2016 avec des taux de croissance du PIB réel de 5.4 % et 5.1 %. Cette croissance devrait être de nouveau tirée par les secteurs agricole et tertiaire, outre le retour massif des partenaires techniques et financiers (PTF). La reprise est attendue, notamment dans le BPT et les services, avec des taux de croissance respectifs de 5.6 % et 7 % prévus pour 2015. Le déficit des opérations courantes (dons compris) devrait s’améliorer légèrement pour atteindre 5.5 % du PIB en 2015. Il devrait être financé par les investissements directs étrangers (IDE) dans le secteur de l’or et des télécommunications, ainsi que par l’aide extérieure sous forme de prêts. Toutefois, les mêmes risques persistent, susceptibles de compromettre ces perspectives. Se trouvent en cause la volatilité des cours de l’or et du coton, les deux principaux produits à l’exportation, ainsi que la fragilité de la situation sécuritaire dans le pays.

  53. Les détracteurs qui ont osé comparer l’économie malienne à l’économie des pays voisins peuvent se mordre la langue. Car IBK et son ministre de l’Economie et des Finances Mamadou Igor Diarra ont une gouvernance propre à eux et qui est en train de sortie le pays de la existentielle. Le résultat est au rendez-vous.

  54. Une projection rendue largement possible par la signature de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali, le rétablissement progressif de la sécurité et l’appui sans faille des partenaires techniques et financiers (PTF) du Mali, à la suite de la conférence de Paris. Les efforts déployés par le gouvernement, notamment dans le secteur de l’agriculture, devraient également prochainement porter leurs fruits. Pour que fleurisse à nouveau le Mali.

  55. La vérité est le totem de la presse malienne. La presse malienne est téléguidée que pour porter atteinte au régime d’IBK. Elle n’informe plus mais elle désinforme, elle devenu une arme contre la stabilité politique du pays.

  56. Selon le FMI, le taux de croissance prévu pour 2016 s’établirait à 5,4 %
    Pour conforter cette relance économique, le Mali mobilisera 453 milliards de F CFA au terme de l’année 2015 sur le marché sous-régional, où le pays jouit à nouveau d’une bonne cote. Ce qui laisse augurer de belles perspectives.

  57. Et les finances publiques ont recouvré leur santé. En ce qui concerne les opérations avec l’extérieur, le compte courant de la balance des paiements s’est considérablement amélioré ces douze derniers mois, ce qui traduit le gain de compétitivité de l’économie malienne.

  58. Les critiques toujours des critiques, rien que des critiques et encore des critiques à l’encontre de l’État. La presse malienne, depuis fort longtemps a stoppé son rôle primordiale qui reste celui de l’information, elle a maintenant pour rôle de perturber la conscience publique et stabilité politique.

  59. Le compte courant de la balance des paiements s’est considérablement amélioré ces douze derniers mois, ce qui traduit le gain de compétitivité de l’économie malienne

  60. Ah ! Encore une bonne nouvelle parmi tant d’autre, l’économie malienne débout et remarche comme SOUNDJA KEÏTA, après tant d’année passée dans le plus bas niveau. L’économie malienne volera de ses propres ailes et cela grâce au Ministre de l’Economie et des Finances Mamadou Igor Diarra.

  61. Le contexte macroéconomique du Mali est marqué en 2014 par une consolidation de la reprise avec un taux de croissance du PIB réel prévu de 5.8 % contre 1.7 % en 2013. Cette croissance est tirée par le secteur primaire (9.4 %), grâce aux performances du sous-secteur agricole (en hausse de 13 %), consécutives à une bonne campagne. L’activité a aussi été stimulée par le secteur tertiaire (4.8 %), avec un regain d’activités dans les transports et télécommunications (7.4 %) ainsi que le commerce (3%). En revanche, le secteur secondaire a connu une contre-performance en 2014 (1.8 % contre 5.5% en 2013), même si les branches agroalimentaires, énergie et bâtiment et travaux publics (BTP) ont connu des croissances respectives de 12.2 %, 10 % et 5 % grâce à la reprise de l’économie. Le déficit du compte courant (dons inclus) s’est aggravé en 2014 (6.2) par rapport à 2013. En perspective, il devra s’améliorer sur 2015 et 2016. Cette tendance s’explique par la diminution des importations en valeur, suite à la baisse des cours des produits pétroliers. D’où une amélioration des termes de l’échange.

  62. Autant de réformes qui ont apporté une bouffée d’oxygène à notre économie. L’annulation des 45 milliards de F CFA [68,6 millions d’euros] de dette avec la France, le retour de l’aide au développement, ainsi que la signature de nombreuses conventions de financement portant sur la réalisation d’un grand nombre de projets illustrent ce retour de confiance de nos partenaires

  63. La compétence, la responsabilité, le sens de patriotisme, la bonne foi et la sureté du ministre de l’Economie et des Finances Mamadou Igor Diarra est salutaire, remarquable, crédible. Le Mali a besoin des leaders comme lui, il mérite vraiment une place et une considération respectable dans le gouvernement d’IBK.

  64. Ce petit journaliste pense que les aides qui nous ont été octroyés doivent être partagés entre tous les maliens en argent liquide. Mais monsieur tu as une mémoire courte, vous faites honte au métier journalisme. Bête que tu es !!!

  65. Un grand menteur en disant qu’IBK a hérité d’un pays sur les rails, avec une intégrité territoriale recouvrée et des institutions élues. Il se devait juste de sauvegarder ces acquis, les consolider et entreprendre un redressement, voire une véritable relance économique.
    C’est harchie faux

  66. La jalousie ne nous sert à rien. IBK merci quoi qu’ils racontent sur vous, tout le Mali se réjouit de ces dons. Nous vous souhaitons le meilleur encore !!!

  67. Si ces dons ne tenaient qu’à certaines personnes au Mali comme vous monsieur le journaliste, le Mali allait mourir pauvre et dans la galère tellement que vous êtes égoïstes. Que Dieu nous sauve !!!

  68. Sékou Tamboura vous êtes sadique et cynique à la fois
    Vous êtes un malien?
    Une honte pour notre pays si jamais vous en êtes un
    INTOXICATEUR

  69. Oui, l’espoir est permis, parce que le Mali bouge. Malgré les difficultés conjoncturelles, le Mali progresse, avec un taux de croissance de 7,2%, contre 1,7% au moment où IBK venait aux affaires, en septembre 2013. Monsieur Tamboura agacez vous!!!

  70. Les dons octroyés tout récemment à notre pays par la conférence de l’OCDE prouvent que nos autorités dirigent bien le pays et raison pour laquelle les partenaires ont cru en elles pour nous octroyer une telle somme. Bravo à monsieur le président et à tout le gouvernement !!!

  71. Ce Monsieur Tamboura est un menteur, il veut se faire de la poche seulement raison pour laquelle il a fait cet article commercial avec un titre polémiste pour attirer l’attention des lecteurs.

  72. Du n’importe quoi cet article. Monsieur journaliste sauf tu n’es pas informé sinon notre pays est bien à cheval avec tous les partenaires financiers. Même aujourd’hui Maroc nous a octroyé un don de 8 milliards de fcfa.

  73. Ce petit journaliste semble un peu sous informé de la réalité du Mali, mais dommage à lui. Je pense que tous les fonctionnaires perçoivent leurs salaires normalement et régulièrement par mois, l’économie a bougé de 2,7% de PIB entre 2014 à 2015, le FMI a même approuvé la gestion de la finance malienne du dernier trimestre. Quoi de plus?

  74. Encore un journaliste commerçant; ils s’en fichent de l’actualité, ils racontent des n’importes quoi. Les gens doivent ce méfier de certains articles et de leurs signataires, ils ne racontent que des sottises.

  75. le Mali est un pays où le climat des affaires est propice, un pays prisé par les investisseurs, qui se bousculent au portillon. Le Représentant de la Banque Mondiale pour les opérations au Mali vient de confirmer que les clignotants à Bamako sont au vert et son institution encourage les porteurs de projets à venir au Mali.
    Même son de cloche chez le Représentant du FMI au Mali, qui martèle haut et fort qu’avec l’avènement d’IBK au pouvoir, «le Mali a décollé».

  76. Avec IBK l’espoir est permis, Oui, l’espoir est permis, parce qu’il existe un cadre pour le processus de paix, avec la signature de l’Accord d’Alger, dont la mise en route permettra à notre cher pays de recouvrer la souveraineté perdue dans la région de Kidal.
    Oui, l’espoir est permis, parce que le Mali bouge. Malgré les difficultés conjoncturelles, le Mali progresse, avec un taux de croissance de 7,2%, contre 1,7% au moment où IBK venait aux affaires, en septembre 2013. Qui dit mieux!

    Oui, l’espoir est permis, parce que le Mali est un pays où le climat des affaires est propice, un pays prisé par les investisseurs, qui se bousculent au portillon. Le Représentant de la Banque Mondiale pour les opérations au Mali vient de confirmer que les clignotants à Bamako sont au vert et son institution encourage les porteurs de projets à venir au Mali.

    Même son de cloche chez le Représentant du FMI au Mali, qui martèle haut et fort qu’avec l’avènement d’IBK au pouvoir, «le Mali a décollé».

    Oui, l’espoir est permis, avec des projets structurants pour sortir des villages du noir, de l’obscurité, avec tout l’impact que l’électrification peut apporter, en termes de développement, de sécurité et de joie de vivre dans une agglomération.
    Oui, l’espoir est permis, parce que le Mali s’acquitte ses dettes intérieures pour relancer l’économie, avec le payement aux banques et aux particuliers de la somme de 500 milliards de nos francs en l’espace de six mois.

    Merci au président IBK…

  77. FÉLICITATION Mr LE JOURNALISTE .LA VÉRITÉ EST FLAGRANTE ET TOUT CE QUE VOUS AVEZ ÉCRIT N’EST QUE DE LA PURE RÉALITÉ.TOUT LES MALIENS SOUFFRENT SAUT IBK ET SA FAMILLE D’ABORD AVEC SON GVT ET SES AMIS. RIEN NE VA PLUS DANS PAYS DEPUIS L’ARRIVÉE D’IBK IL NE FAIT QUE VOYAGER EN DEHORS DU MALI POUR SON PROPRE CONFORT DANS LES GRANDS HÔTELS DE LUXE,DANS SON JET PRIVE ALORS QUE PEUPLE SOUFFRE ET MANQUE DE TOUT.NOUS NOUS SOMMES TROMPES SUR LE CHOIX CELA A ÉTÉ UN AUTO-GOAL (YABE). AVEC TOUT CE QU’ON VOIT ICI , IL YA DES GENS DE MAUVAISE FOI QUI CRIENT AUX SUCCÈS.QUE LE BON DIEU SAUVE LE MALI DE TOUTE FAÇON COMME IL LE DIT LUI MÊME ALLAH KA TIGNE DEME IN CHALLAH.

  78. @Touti, walaye les opposants du Mali sont insensé, je me demande s’ils se battent pour le bonheur ou le malheur du pays. Mais cet article que t’as publié démontre qu’ils ne veulent pas bonheur du pays.

  79. Mais pourquoi tant de polémique autour de l’achat de cet avion ? Après tout c’est le patrimoine public, IBK n’ira nulle part avec.

  80. ##Voici le complot monté par l’opposition contre le président IBK.

    @Du nouveau dans l’Affaire de l’avion présidentielle : IBK serait-il victime d’un complot de l’Opposition ? ❓ ❓ ❓ ❓ ❓ ❓ ❓ ❓ ❓ ❓

    D’une source sure mais anonyme, nous apprenons de nouvelles surprenantes sur l’Affaire de l’avion présidentielle. En effet, notre source qui travaille dans les hautes sphères du Gouvernement malien est un fervent opposant au régime IBK. Il soutient même que le Président a déçu les attentes du peuple malien et trahi ses promesses. Il apporte néanmoins des précisions de taille dans l’acquisition de l’aéronef présidentiel. 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯

    Dès son arrivée au pouvoir, IBK envoie une lettre officielle adressée aux bailleurs de fonds internationaux leur demandant le financement de l’achat d’armes et de munitions pour la réhabilitation de l’Armée malienne en vue de mater la rébellion au nord. Ces bailleurs de fonds, répondent officiellement au Président en notifiant mot pour mot dans leur missive : « Nous ne pouvons financer l’achat d’armes pour un pays qui va l’utiliser pour tuer des êtres humains ». Face à cette réponse, IBK surpris et révolté convoque en douce tous les membres du Gouvernement, les Directeurs de cabinet, la Cour Suprême de Justice et les ténors de l’opposition. Il leur rend compte de la situation avec en appui les deux lettres échangées. Il ajoute que « l’heure est grave et qu’il nous faut agir pour le bien et la gloire du peuple malien ». 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

    Le Président demande à l’assistance de faire des propositions concrètes pour la gestion de la guerre au nord Mali. C’est alors que quelqu’un propose timidement de réitérer une demande de financement d’achat d’un avion cette fois comme motif. Lequel avion serait une raison valable d’obtenir ce financement tant inespéré. L’avion est décrit avec des caractéristiques haut de gamme pour pouvoir le surévaluer, donc le surfacturer aux bailleurs. Tous les présents à cette « Assemblée plus qu’extraordinaire », s’accordent unanimement sur la question après quelques petites divergences. 😆 😆 😆 😆 😆 😆

    Les chevaliers de la table ronde jurent et prêtent serment de garder le silence sur cette mystérieuse entrevue. Ainsi dit, ainsi fait. L’avion est acquis et surfacturé. Mais ce que les maliens ignorent, c’est que l’excédent de la surfacturation a servi à acheter des armes et des munitions qui sont présentement livrées dans des containers déjà présent sur le territoire malien. L’Armée malienne ne peut combattre les bandits armés avec une kalachNikov pour 5 soldats ! ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗

    Notre source renchérit en disant qu’il n’est pas d’accord avec les pratiques de d’IBK mais que dans cette histoire d’avion, il reste la victime d’un coup monté de l’opposition. Cette opposition qui était présente à cette réunion officieuse, qui était d’accord avec l’idée, qui a juré et prêté serment de garder le silence, accuse aujourd’hui le Président IBK afin de le discréditer aux yeux des maliens. Sachant que ni IBK, ni les autres dirigeants ne peuvent se défendre face à de telles accusations au risque de se compromettre, l’opposition remue le couteau dans la plaie pour se faire un coup de publicité. 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

    Ben voilà la petite histoire que j’ai jugé nécessaire de partager avec vous, nos dirigeants sont à félicité, nos dirigeants sont à saluer, nos dirigeants sont à applaudir. ceux ci feront tout pour les maliens. 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

  81. Ne soyez pas ingrat vis-à-vis des efforts fournis par nos gouvernants. L’économie malienne ne cesse d’accroitre depuis l’accession d’Ibrahim Boubacar Keita.

  82. Monsieur le journaliste, quand vous parlez de crise économique et financière, j’ai envie de pleurer. On ne critique pas pour le simple plaisir de la faire mais avec des arguments sûrs et précis.
    Grâce au président de la république, à Mamadou Igor Diarra, les recettes des impôts et des douanes vont dépassées le seuil fatidique de 1000 milliards.
    Lisez cet article:
    L’Etat est une continuité. Cette assertion le gouvernement Modibo Keïta à travers le département de l’économie en a fait sienne. A leur arrivée le tableau n’était pas « reluisant » avec un arriéré budgétaire de 575 milliards. Cette somme comprenait les dépenses nouvelles que sont : les accords signés avec l’UNTM et la loi d’orientation et de programmation militaire. Pour arrêter ce que le ministre a qualifié « d’hémorragie » il a fallu reconstituer les équipes, notamment celles des services d’assiettes que sont les impôts et les douanes. Il s’est aussi agit de réaménager les dépenses en réduisant de 10% le train de vie de l’Etat et enfin aller sur le marché sous régional et inciter à aller vers un plus grand civisme fiscal. Des mesures qui selon le ministre ont porté fruit. Car selon lui « pour la première fois, les recettes des impôts et des douanes vont dépasser le seuil fatidique de mille milliards et se chiffrer à 180 mille milliards. 630 milliards au compte des impôts et 450 pour les douanes». Les nouvelles taxes comme celles sur le tabac ne sont pas étrangères à ces résultats a-t-il souligné.
    Dans un pays où ce sont seulement 10% des entreprises qui paient les 90% des impôts, il va de soit que le ministère demande plus d’efforts de la part de tous notamment de certains secteurs qui se portent « mieux » malgré la crise en l’occurrence le secteur de la téléphonie.
    Le Mali ne doit rien à personne
    Avec plus de 88 milliards dans les comptes du trésor, la dette intérieure est aujourd’hui inférieure à 4 milliards. Ce qui de l’avis du ministre Igor Diarra est du « presque jamais vu au Mali ». Il invite tous ceux ayant des arriérés avec l’Etat à se faire enregistrer pour entrer en possession de leurs sous. Que ce soit à l’interne comme à l’externe, le mali n’a aucuns arriérés à dit le ministre. A ces dires, l’inflation est maîtrisée, tous les indices sont au vert pour une relance économique dans notre pays à condition que chacun joue sa partition. La croissance de 7,2% enregistrée en 2014 ira crescendo. Cette croissance générée surtout par l’agriculture, ce secteur vient de bénéficier d’un accompagnement conséquent de 1000 tracteurs, ce qui selon le ministre « va créer des emplois». En plus, les 200 milliards de projets signés ; le prochain barrage de Kénié à 35 Km de Bamako, le nouveau code des marchés publics ; la crédibilité reconquise de la signature Mali sur le marché ; l’engouement des banques à financer l’économie nationale (1400 milliards cette année) ; la confiance de FMI et la capacité du Mali à pouvoir mobiliser à travers la banque mondiale 150 milliards d’ici la fin de l’année sont autant de raison qui font dire au ministre, que les finances du Mali, (meilleur pays réformateur de l’union, qui transpose 60% des mesures communautaires et 3ème moteur économique de l’UEMOA) se portent bien. « Le Mali est liquide » a t-il conclu.
    Mohamed DAGNOKO 😀 😀 😀 😆 😆

  83. Le budget de 2015 confirme les ambitions de relances économiques pour notre pays. Le ministre de l’économie et des finances de l’Etat, Mamadou Igor Diarra a fait la part des choses aux peuples. Selon ses dires, il me semble que le budget national dépassera mille milliards en 2016. Le Mali n’avait jamais fait une telle réalisation. On peut d’ores et déjà affirmer une relance économique comme le fait le journaliste dans cet article. Cela est un plus pour la gouvernance d’IBK en matière d’économie et de finance. S’il y avait une crise économique dans ce pays, il n’en y aura plus avec les autorités actuelles. 😯 😯 😛 😛

  84. Les maliens ont de quoi être fier de ce monsieur. Depuis son arrivée à l’hôtel des Finances en janvier 2015, le ministre Mamadou Igor Diarra ne passe pas deux semaines sans signer une convention de financement avec les bailleurs de fonds tels que la Banque mondiale, le FMI, la BAD ou la BID. Bon vent à vous Mr le Ministre !!!

  85. Depuis l’arrivée d’Igor au poste de ministre de l’économie et des finances de l’Etat, l’économie malienne n’a connu que du progrès dans tous les domaines concernés par son département.
    Ce succès s’inscrit dans le cadre des réalisations d’Ibrahim B. Keïta. Donc contrairement à ce que vous dites, IBK a été la solution pour cette nation. 😀 😀 💡 💡

  86. Grâce à la bravoure et la diplomatie du Ministre Mamadou Igor Diarra, le Fond Monétaire International a félicité le Mali pour la croissance de son économie.
    ‘’ Selon le FMI, le taux de croissance prévu pour 2016 s’établirait à 5,4 %
    Pour conforter cette relance économique, le Mali mobilisera 453 milliards de F CFA au terme de l’année 2015 sur le marché sous-régional, où le pays jouit à nouveau d’une bonne cote. Ce qui laisse augurer de belles perspectives. Toujours selon le FMI, le taux de croissance prévu pour 2016 s’établirait à 5,4 %. Une projection rendue largement possible par la signature de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali, le rétablissement progressif de la sécurité et l’appui sans faille des partenaires techniques et financiers (PTF) du Mali, à la suite de la conférence de Paris. Les efforts déployés par le gouvernement, notamment dans le secteur de l’agriculture, devraient également prochainement porter leurs fruits. Pour que fleurisse à nouveau le Mali’’
    http://www.jeuneafrique.com/mag/275916/economie/mali-apres-leffort-le-reconfort/

  87. Il n’y a pas de crise financière au Mali. Au contraire avec l’accession d’ibrahim Boubacar Keïta au sommet de l’Etat les choses ont changés sur presque tous les plans. L’économie n’est plus celle des années passées. Cela grâce à la bravoure de Mamadou Igor Diarra, ministre de l’économie et des finances de l’Etat. Le budget de l’Etat dépassera le cap de 1000 milliards. 😛 😛 😀 😀

  88. Le ministre Mamadou Igor Diarra lors du Forum de la presse : « Toute la dette intérieure du pays a été épongée »
    Le pays s’est relevé grâce à la forte mobilisation des entreprises qui ont boosté la croissance et permis d’éponger la note salée de la dette intérieure qui se chiffrait à plus de 575 milliards FCFA, insufflant ainsi une nouvelle dynamique à l’économie nationale.
    Le vendredi dernier, la Maison de la presse a refusé du monde. Le jeu en valait la chandelle. Elle recevait le ministre de l’Economie et des finances, Mamadou Igor Diarra, qui était l’invité du Forum de la presse. Un nouvel espace de débats que la Maison de la presse a initié pour pallier à l’absence d’espace de discussions entre les Pouvoirs publics et les citoyens sur des grands enjeux du pays. A cette occasion, le banquier qui se trouvait en terrain connu a émerveillé l’auditoire. Devant la presse, il affirma sans détour que tous les indicateurs sont maintenant au vert, tandis que le Mali vient de loin. Le tourbillon né de cette crise sociopolitique est derrière, a-t-il assuré.
    Embargo, suspension de l’aide publique au développement voila autant de facteurs qui avaient mis à mal l’économie malienne. A ces facteurs est venu se greffer l’incompréhension qui a surgit entre les fils du pays suite la pertinence de l’achat d’un avion présidentiel et la surfacturation autour du marché d’équipement de nos forces. A croire, le ministre de l’Economie et des Finances, tout cela n’est plus qu’un lointain souvenir. Et la preuve est que les salaires de juillet sont tombés avant le 25 du mois pour permettre aux chefs de familles de passer dignement et dans la joie, la fête d’Aid El Fitr en famille.
    Selon le ministre, l’économie malienne est en phase de reconstruction. Pour lui, les questions économiques ne sont plus un tabou au Mali.
    A l’en croire, à la date du 10 janvier 2015, le tableau n’était pas reluisant puisqu’il existait une ardoise d’arriérés portant sur 200 milliards de FCFA. Mais, à la date d’aujourd’hui, le Trésor public a épongé cette dette. Il a même profité de l’occasion pour lancer un appel à tous ceux qui n’ont pas été payés de se présenter avec ces preuves pour être réglé.
    Pour cela, le ministre a salué le gouvernement précédent pour des efforts incommensurables consentis à cet effet. Car, selon lui, il ne démérite pas.
    A en croire le ministre, l’Etat a pu honorer ses engagements en épongeant la dette intérieure qui s’élevait à plus de 575 milliards FCFA. Mais l’arbre ne devant pas cacher la forêt, le ministre reconnait que ce sont les entreprises qui ont réellement souffert de la crise.
    Pour le redressement des finances publiques, dit-il, des efforts colossaux ont été consentis telle que la réduction drastique du train de vie de l’Etat. Aussi, des projets ont pu voir le jour, les appuis budgétaires ont atteint 67 milliards.
    Le ministre es revenu sur le montant du budget qui avoisine les 1800 milliards de FCFA. Sourire aux lèvres, il a souligné que les engagements envers les fonctionnaires ont été honorés, des avantages à hauteur de 24 milliards ont été accordés aux fonctionnaires, et les travailleurs ont obtenu un ITS d’environ 6 milliards.
    Pour les exercices à venir promet-il, la priorité sera donnée au secteur agricole. Selon lui, pour que les programmes se réalisent, il fallait rassurer d’abord les partenaires techniques et financiers.
    Le patron de l’hôtel des finances a promis que le budget 2016 sera plus ambitieux. Il a félicité les services d’assiette à savoir la douane et les impôts qui ont pu engranger une recette de plus de 1089 milliards FCFA. Les recettes sur les cigarettes et le secteur de la téléphonie ont aussi contribué à renflouer les caisses de l’Etat, a indiqué le ministre qui explique que cela a beaucoup contribué au redressement économique du pays.
    Selon lui, cette performance est le résultat du réseau qui est le plus performant de la sous-région. L’autre secteur dans lequel l’Etat a pu puiser est le domaine minier surtout la production aurifère où le Mali occupe le 11ème rang dans le monde. Les banques aussi ont apporté gros à l’Etat. Les banques et les mines réunies ont apporté à l’Etat malien la somme de plus de 400 milliards FCFA, a expliqué le ministre.
    Le Mali, à ses dires est aujourd’hui la 3ème puissance économique de la zone UEMOA derrière la Côte-D’ivoire et le Sénégal. Comme autre bonne nouvelle, c’est en matière d’amélioration du climat des affaires que le Mali a été classé premier de la sous-région.
    Avant de clore les débats, le ministre a appelé à plus de civisme de la part des entreprises en matière de payement d’impôts et taxes. Selon lui, le gouvernement n’a jamais fermé la porte au dialogue social. Selon lui, tous les bons du trésor qui s’élevaient à environ 88 milliards ont été payés. Des efforts qui prouvent que les indicateurs sont au vert, a conclu le ministre.
    Badou S. Koba
    http://www.maliweb.net/economie/le-ministre-mamadou-igor-diarra-lors-du-forum-de-la-presse-toute-la-dette-interieure-du-pays-a-ete-epongee-1089072.html

  89. Monsieur le journaliste, en toute franchise, j’ai été déçu par votre article du jour. Je m’attendais pas à une telle analyse de votre part. Dites-moi en toute sincérité si la vie est toujours chère, malgré les efforts déployés par les autorités en places depuis fin 2013? 😯 😯 💡 💡 💡

  90. Vous êtes un sale égoïste, cher journaliste. Aujourd’hui, les maliens peuvent dire Dieu. Grâce à l’avènement d’Ibrahim Boubacar, les maux des maliens ont tendance à disparaître pour de bon. LA vie n’est plus chère comme elle l’était avant l’arrivée d’IBK. 😯 😯 💡 💡

  91. La cherté de la vie que vous dites n’est pas due à la faute de bonne gouvernance du régime en place. Quand vous dites qu’IBK avait tous les moyens pour sortir le Mali de la crise économique et financière qu’il connait je me pose la question de savoir ce que vous voulez réellement dire par là? 💡 💡 :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

  92. Je me demande ce que les attendaient et attendent toujours d’IBK. Après avoir été élu à la Magistrature Suprême de notre pays en période exceptionnelle, la rébellion qui n’épargne rien. Les compatriotes malintentionnés disent encore que la vie est devenue chère sous le régime d’IBK. Aucun malien n’est censé ignoré cette cherté depuis le régime d’Alpha Oumar Konaré. Mais je ne suis pas surpris d’attendre cela de la bouche d’un journaliste. Car nos journalistes sont tous des corrompus et des détracteurs payés par les opposants, tels que Soumaïla Cissé et Tiébilé Dramé. 💡 💡 :mrgreen: :mrgreen:

  93. La cherté de la vie n’est pas une chose d’extraordinaire dans un pays qui traverse la crise. Au moins Ibrahim Boubacar a pris le pouvoir en faveur de cette crise, contrairement à ses prédécesseurs. Les gestions de ces derniers ont été toutes frappées par les maux que vous dites ici, M. le journaliste. Et pourtant eux ils sont venus en temps normal. Je peux même dire qu’IBK a hérité de ces mauvaises gestions des affaires publiques qui ont donné naissance à la crise d’aujourd’hui. 😳 😳 🙄 🙄 🙄 🙄

  94. La cherté de la vie dans notre pays a été le quotidien des maliens depuis la gouvernance d’Alpha Oumar Konaré en passant par celle d’Amadou Toumani Touré, le médiocre des chefs d’Etat médiocres de cette planète. Je me souviens lors d’un de ses discours, ATT disait aux maliens que chacun est entre les mains des bienfaits et des bénédictions de sa chère mère (en Bamabar: Bè bi Ba bolo). Ce n’est pas aujourd’hui que le malien est confronté à ces maux, il s’agit de l’inquiétude du quotidien et le désespoir du lendemain. Inflation, cherté de la vie, rareté de l’argent, forte demande sociale, faim et soif, marasme latent. 😀 😀 💡 💡 💡

Comments are closed.