Suite au nouvel arrêté pris par le ministre de l’Economie numérique et de la communication, porte parole du gouvernement, Dr. Choguel Kokalla Maiga, portant modification de l’arrêté N’2016-0612/MENC-SG du 25 mars 2016 fixant les modalités d’application du décret N’2015-0265/P-RM du 10 avril 2015 fixant les modalités d’identification des abonnés aux services des télécommunications/TIC ouverts au public, le Syndicat national des postes et télécommunications (SYNPOSTEL) demande  aux autorités de prolonger le délai de rupture ou suppression des abonnés.

Cette réclamation a été faite le samedi 09 avril 2016 lors d’une conférence de presse tenue à la bourse du travail. Elle a été animée par le secrétaire général du Syndicat national des postes et télécommunications (SYNPOSTEL), Seydou Diarra, accompagné par les deux secrétaires généraux du Synpostel de la Sotelima-Malitel et l’Orange, respectivement Aboubacar Diago et Idrissa Coulibaly.

Dans les propos préliminaires, le secrétaire général du Synpostel, s’est indigné contre le dernier arrêté pris par le ministre de l’Economie numérique et de la communication, Dr. Choguel Maiga du changement ou modification rapide de l’arrêté du 26 mars 2016 fixant les modalités d’application du décret N’2015-0265/P-RM du 10 avril 2015, fixant les modalités d’identification des abonnés aux services des télécommunications/TIC ouverts au public. Selon lui, l’arrêté pris en mars dernier donnerait aux abonnés non identifiés 3 mois  en recevant seulement les appels et il ne pourra pas faire l’appel. Pour les abonnés d’Internet, ils  auraient droit à deux mois supplémentaires dans la rupture du service Internet et l’opérateur de télécommunications ou le fournisseur d’accès Internet procédait à la résiliation de l’abonnement à l’expiration du délai supplémentaire d’un (1) mois.

A ce fait, pour le nouvel arrêté, selon le conférencier Diarra, ça ne donnera pas le délai supplémentaire aux abonnés. Il aurait en état de réception seulement pour un délai de trois mois par la suite, il serait supprimé du réseau. A ses dires, le Syndicat n’était pas impliqué à cette opération mais dans le futur c’est les travailleurs qui ramasseront les pots casés. « C’est pour cette raison que nous demandons aux autorités compétentes de prendre encore et de mettre toutes les dispositions nécessaires pour que tous les abonnés puissent être s’identifiés ». « Nous demandons aux abonnés d’aller s’identifier pour leur sécurité ainsi que toute la nation. Donc vu l’importance de l’identification nous demandons aux autorités compétentes de prolonger le délai et déployer des moyens idoines afin d’identifier jusqu’aux coins reculés du pays tous les abonnés», a précisé le Sg Seydou Diarra.

Aboubacar Diago a souligné que le ministre Dr. Choguel K. Maiga a pris une décision de gendarme sans pourtant penser à la réalité sociale de notre pays. Il indiquera que malgré le délai d’un an il reste beaucoup d’abonnés qui ne sont pas encore identifiés. Et les raisons sont énormes, certains manquent du temps d’autres sont  dans la brousse et manquent de moyens de déplacement pour aller se faire identifier.

Abdramane SAMAKE

Commentaires via Facebook :

PARTAGER