Les ambiguités d’Alger

23
Chronique du vendredi : Le président et le temps du sursaut
Adam Thiam chroniqueur et éditorialiste du Républicain

En décortiquant les positions de la société civile du Nord aux pourparlers qui se déroulent en Algérie, l’excellente correspondance particulière publiée hier dans l’Essor sous le titre « Alger2 : l’audition fait souffler le chaud et le froid » relance un débat que l’on devrait pourtant considérer comme clos. Il s’agit de la question de l’indépendance ou de la large autonomie des trois régions Nord du Mali. La question pouvait être considérée comme close pour deux raisons. Une très explicite : l’accord préliminaire de Ouaga n’est dénoncé par aucune partie. Or, il engage clairement les groupes armés à reconnaître l’intégrité et la souveraineté de l’Etat malien. L’autre raison est implicite : le pays de Boutef ne dédaigne certes pas les paradoxes  – dont le gîte et le couvert à Droukdel et Iyad Ag Ali. Mais on la voyait mal se faire harakiri, en écoutant une doléance dont la satisfaction préfigurerait simplement un Empire qui ne laisserait intacts ni le Sud de l’Algérie ni le Nord du Niger.  Or la stratégie nous paraît à l’œuvre à Alger, savamment orchestrée à travers une société civile de l’Azawad et des représentants de réfugiés devenus l’aile politique de la rébellion. Sans ambages, Alger nous renvoie aux revendications que nous avions déjà entendues en 1992 et qui sont revenues avec plus d’insistance depuis que l’Etat est parti du Nord. La décentralisation, à en juger par les auditions en cours ne suffira pas. C’est l’autonomie, une large autonomie qui est réclamée, sans que  la forme institutionnelle de celle-ci soit précisée. Si ce n’est pas de la surenchère, il faudra se garder de chanter victoire trop tôt. Si c’est de la surenchère, on peut se demander pourquoi  la communauté internationale cosignataire de l’accord intérimaire laisse remettre en cause à Alger ce qui était acquis à Ouaga.

Adam Thiam 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

23 COMMENTAIRES

  1. Je suis embarasse par la façon louche d’IBK de traiter le problème du nord . Se sent il déborde ? en tout cas il est temp de dire la réalite au peuple

  2. Monsieur Tiam nous nous sommes retirés de kidal depuis quand? Et avec quelle manière ? Même si c’est moi en position de force je demanderai plus! Et en plus la nô mans land à horreur du vide. Ce pays a été vendu il y’a de cela 20 ans . Ce qui se passait au Mali , si ça se passait en France ou aux états unis il va y avoir un coup d’état ,donc une fois encore en tant que éditorialiste , parlez en le fait d’emprisonner des militaires.

  3. Monsieur Tiam sachez que la communauté internationale joue un rôle nébuleux , ils allument le feu et viennent jouer au pompier, elle n’a jamais été sérieuse cete communauté internationale. Prenons à bras le corps le courage tous les maliens sans exception aucune , d’ailleurs on doit libérer les militaires emprisonnés , ensemble marchons sur le nord pour la libération définitive .

  4. Bamako est plus ambigue qu’Alger Mr Thiam. Il y a un travail titanesque ici que Nous devrions tous et toutes s’ y mettre a fond. Sinon c’est deja fini pour l’integrite territoriale.

  5. Les grandes questions dune époque ne peuvent être tranchées ni par des grands discours ni par le vote d’une majorité mais par le fer et le sang.Ce groupe séparatiste mnla lourdement trompé par certains occidentaux ne comprendra rien sans la violence. Ces occidentaux d’athées de pédophiles,…..aveuglés par l’appât du gain et animés de volonté puissances sont révérence

  6. Je le sentais venir, je ne suis pas du tout surpris, avec de tels interloccuteurs on devait s’attendre à tout. Nous avons perdu du temps, beaucoup de temps pour rien. Nous devions faire cette guerre et nous la ferons. Leur comportement est une insulte à notre égard et devant le monde entier en plus, ils comptent certainement sur quelqu’un ou quelque chose pour réagir de la sorte. Faisons cette guerre et muselonsles à jamais 👿 👿 👿

  7. La vision tribale est anti-démocratique et anti nationaliste ! Ce serait simplement une petite Lybie made in Sarkozy (mais en plus pauvre) actuellement entre les mains des tribus et des bandes !

  8. Ce qui serait aberant Mr Thiam serait que nos autorites soient encore la a penser que ce probleme se reglera par des accord, qu’elles ne soient pas entrain de preparer l’Arme. Je ne parle pas seulement des formation de l’UE, mais la formation (de pilotes), mentale, psychologique et la dotation en materiel adequat et performant. Il faut reactiver et elargir les commandos “la patrie ou al mort” de Konan. Qu’on envoie qu ceux qui veullent se battre.. jusqu’a l’ultime sacrifice. Et deshabiller la racaille…
    Comme le disait Bismark, les grandes Nations se construisent par la guerre et toutes les grands probleme se reglent dans le sang.
    ON NE PEUT DIRE QUE SA REGION EST “SOUS DEVELLOPPEE” ALORS QUE LES ARMEMENTS QUE VOUS POSSEDES BATTIRAIENT UN CONTINENT.

  9. C’est du CINEMA bien rodée : Les stages de perfectionnement du MNLA en Europe financement Suisse et autres Lobbys pro-MNLA sont à l’origine des REVIREMENTS DIABOLIQUES de ces mouvements : CE QUI EST ACCORD D’AVANT HIER (Alger 1) ne sont plus valables Hier (REBELLION) et ce qui est Valable hier (accord d’Ouaga) n’est plus aujourd’hui à Alger II : La parole des séparatistes est comme le vent de sable du dessert….très très sournoise ! 😉 😉 😉

  10. Les Officiels du Mali a Alger ne sont pas mandates pour discuter une reclamation aussi aberrante.Il conviendrait que l’Algerie appelle a l’ordre du jour ces rebelles ou demande une suspension des negociations.Ce que ces groupements oublient c’est qu’ils ne representent pas les Touaregs encore moins les populations du Nord.Ils ont eu tout le temps pour les convaincre.Eux et leurs allies ont echoue a eloigner les autres ethnies de loin majoritaires de la Nation Malienne.Les Negociateurs doivent se preoccuper du renforcement de la cohesion de l’Etat Malien et non chercher une quelconque conciliation avec ces partisans de la deraison.Les gouvernants doivent faire face a cette sale crise et chercher la vraie solution et non la bacler.Plusieurs Etats vivent la meme situation.Il faut arriver a les museler.Cela passe par l’ecrasement,la chasse a l’homme et le travail de demasquage.Il faut
    continuer le dialogue avec les interlocuteurs et buter les rebelles.Cela prendra le temps qu’il faudra!

  11. IBK sabali , si les pourparlers étaient à Ougadougou les rebelles allaient avoir honte de faire d’autres demandes , si l’accord avait été appliqué 60 jours après les rebelles allaient respectés leurs signatures .
    Dommage pour le Mali , et pourtant Tiebilé a toujours mis en garde le pouvoir

  12. Mr Thiam,Voilà pourquoi la Russie est entrain de faire subir à ces minables puissances, un déshonneur en Ukraine . Grand merci à Poutine. Nous , au MALI, NOUS NOUS BATTRONS JUSQU’A LA DERNIERE GOUTTE DE NOTRE SANG POUR PRESERVER NOTRE TERRITOIRE. A BON ENTENDEUR, SALUT.

    • Toto ses facile de parler la guerre derrière le clavier tu va te battre avec qui il y’a plus de soldats patriote au mali tu parle de Poutine lui n’est pas un lâche ni une grande gueule mais il ne se laisse pas faire car il a des soldats bien forme qui aime leur pays t elle n’est pas notre ca

    • De quel territoire parles tu ? le Mali a abandonné le nord depuis longtemps.Il est temps que tu te réveilles de ton sommeil.

  13. Oui Thiam, il y a des ambiguïtés à Alger tant du chef de fil de la médiation que de la Communauté internationale! Il y a aussi des ambiguïtés à Bamako. La décentralisation poussée jusqu’à la régionalisation de tout le Mali que le GVT brandie n’a aucun contenu concret aujourd’hui! Je suis convaincu que c’est la meilleure voie de sortie de crise et de construction du Nouveau Mali! je pense que, nous, les simples citoyens, sommes victimes d’un dialogue de sourds entre les acteurs de cette crise qui jouent au chat et à la souris! Donnons tous ensemble un contenu à la régionalisation et attaquons-nous aux détails: pardon/indemnisation/justice, ré-insertion/ré-intégration, … bien sûr le diable se trouve dans les détails; pour que nous nous attaquions tous ensemble aux narco-jihadistes et enfin au vrai développement de notre cher MALI! merci.

  14. C’est la négociation ,normal de dire ou de faire entendre tout ce qu’ils veulent.Seulement il faudra un peu de réalisme pour montrer sa bonne foi d’aller à la paix globale et définitive.Nos compatriotes du nord ont trop souffert,tous les maliens du Sud et du Nord souffrent de cette crise directement ou indirectement.
    Il y a eu trop de sang et de larmes
    Il y a eu trop de veuves et d’orphelins
    Malgré tout cela les groupes de bandits armés veulent continuer leurs sales besognes avec des revendications surréalistes et inacceptable.
    Gouverner c’est prévoir.Accorder des faveurs à une région sans pouvoir accorder les mêmes faveurs aux autres régions du pays, reviendra à jeter les bases d’une ou des rebellions futures.
    les décideurs de ce pays ,nos responsables politiques ne doivent rien accepter pour une région ce qui ne sera pas accepté pour les autres régions. C’est aussi simple que cela,le contraire serait de naviguer à vue.

Comments are closed.