Crise scolaire: l’article 39 ou le chaos social

2

Le Collectif des enseignants signataire du 15 octobre 2016 a décrété, depuis ce 17 février 2020, une grève séquencée de 20 jours. L’objectif est d’exiger du gouvernement, la satisfaction de l’article 39 de son statut particulier. Ce que le CEM demande, conformément à l’article 39 de son statut particulier, d’autres corporations comme les l’enseignement supérieur doivent aussi bénéficier de la même chose, selon l’article 66 de leur Statut, a expliqué le conseiller technique au ministère du Dialogue Social et de la Fonction Publique, Mamadou KONATE, lors l’émission radiophonique, ‘’An Kan Ben’’ de la radio Klédu.

L’émission radiophonique, ‘’An Kan Ben’’, traduction : ‘’entendons-nous’’ de la radio Kledu, de ce week-end, avait au centre de ses débats « la crise scolaire ». Notre confrère Kassim TRAORE avait comme invités des représentants de trois départements ministériels concernés : le Directeur des ressources humaines (DRH) du secteur de l’Éducation nationale, Mamadou KONTA ; le Chef de cabinet du ministère Délégué chargé du Budget, Sékou TRAORE ; et le conseiller technique au ministère du Dialogue Social et de la Fonction Publique Mamadou KONATE.

Il s’agissait pour ces intervenants d’éclairer les lanternes sur les efforts de l’État face à cette crise scolaire qui s’articule autour de l’application de l’article 39 qui stipule : ‘’toute majoration des rémunérations des fonctionnaires relevant du statut général des fonctionnaires s’applique de plein droit au personnel enseignant de l’enseignement fondamental, secondaire, de l’éducation préscolaire et spéciale’’.

Pour rappel, les enseignants grévistes exigent du Gouvernement les 20 % alloués à la grille des fonctionnaires relevant du statut général, un accord signé en 2019 entre le gouvernement du Mali et l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM), ainsi que le Conseil national du patronat du Mali (CNPM), dans un contexte de crise sécuritaire.

Ce que le gouvernement propose aux grévistes

Selon le conseiller technique du ministère du Dialogue Social et de la Fonction Publique, Mamadou KONATE, le Gouvernement n’a jamais fermé la porte des négociations. Depuis 2019, a-t-il noté, une commission a été mise en place pour négocier avec la Synergie des enseignants pour satisfaire les doléances dans la mesure du possible de l’État. De ce fait, la partie gouvernementale a fait plusieurs propositions aux enseignants prenant en compte la crise sécuritaire et surtout le déficit financier.

« Le 29 novembre 2019, a eu lieu la première rencontre de la commission. Cela trouvait déjà que les syndicats des enseignants avaient déposé un préavis de grève. Il y a eu des pourparlers », a rappelé M. KONATE avant d’ajouter : « nous avons fait quatre propositions : la première était d’amener la grille à 1100 en janvier 2021 ; la 2e proposition est 1200 à partir de janvier 2021, la 3e proposition est 1100 au 1er janvier 2021 et 1200. La 4e proposition 1100 au 1er janvier et 1200 au 1er janvier 2021 », a dit le conseiller technique.

Mamadou KONATE a insisté sur le fait que le Gouvernement reconnait la légitimité et la légalité du combat des enseignants à propos de l’article 39, mais se trouve buté en ce moment à un manque de moyens pour une application immédiate comme le demandent les enseignants. C’est pourquoi il a demandé de l’appliquer à la modalité de l’UNTM qui devrait commencer, à partir de 2020. Mais, aux dires de M. KONATE, les grévistes exigent la satisfaction immédiate de la revendication et surtout la prise en compte des arriérés.

« S’il faut accorder l’application immédiate de l’article 39 aux grévistes, les autres syndicats pourraient revenir à la charge. Or, le Mali en guerre contre le terrorisme manque de ressources pour faire face à ces préoccupations. C’est heureux de dire que d’autres syndicats dans la même situation ont compris la situation et accepté surseoir à leur préavis de grève… Sinon, c’est le même cas avec l’article 66 au niveau de l’enseignement supérieur », dira-t-il. Toutefois, le représentant du ministère du Dialogue Social espère toujours sur la bonne compréhension des grévistes afin de résoudre cette crise scolaire.

Le cas de l’article 66

Ce que le Collectif des enseignants signataires du 15 octobre demande, conformément à l’article 39 de son statut particulier, les l’enseignement supérieur doivent aussi le bénéficier, selon l’article 66 de leur statut. Mais eux, ils ont compris la situation et ont accepté de surseoir à leur, a-t-il salué. Aujourd’hui, poursuit-il, tous les DRH attendent l’octroi ou du moins la satisfaction de leurs revendications.

« Nous espérons une entente, à travers les négociations. Tout est lié à la problématique d’argent qui manque cruellement. Je crois que c’est une crise de confiance, sinon dès l’entame des négociations, nous avons été clairs sur la situation avec nos partenaires », a dit M. Mamadou KONATE.

Une fausse polémique

Le recrutement de 15 000 volontaires est différent de la radiation des 50 000 enseignants.

Sur la polémique du recrutement de 15 300 enseignants lancé par le gouvernement, le Directeur des ressources humaines du secteur de l’éducation, Mamadou KONTA, a fait savoir qu’il s’agit d’un plan arrêté depuis plusieurs années. Depuis 2000, le Mali avait une planification, un programme national de développement dans le secteur de l’éducation qui prévoyait le recrutement d’un grand nombre d’enseignants, a-t-il soutenu.

« Le Gouvernement s’est basé sur cette planification pour recruter des volontaires afin de réduire les conséquences de la grève en cours. L’idée du Gouvernement n’est nullement de recruter 15 000 volontaires pour remplacer les 50 000 enseignants encore moins de les radier… », a tranché le DRH du secteur de l’éducation tout en souhaitant à tous les partenaires sociaux de s’impliquer pour sauver l’année scolaire.

Selon le Chef de cabinet du ministère Délégué chargé du Budget, Sékou TRAORE, il n’est pas possible, à l’état actuel, de satisfaire l’application immédiate de l’article 39.

« C’est quelque chose que l’État ne peut pas supporter. Il vaut mieux payer les salaires, minimum que ce soit, à temps que de proposer une grosse somme et percevoir en retard », a-t-il dit tout en ajoutant : « le Gouvernement a souligné qu’il fallait se référer à l’application accordée à l’UNTM pour l’article 39, mais les enseignants n’ont pas voulu. Le Gouvernement a fait un effort en ramenant l’application à deux ans au lieu de 3 ans. Cette application immédiate coutera à l’État 58 milliards 826 189 FCFA. Ce n’est pas supportable par le budget national à l’état actuel des choses. C’est pourquoi nous demandons la clémence des grévistes, nous ne leur disons pas que ce n’est pas légitime, mais on leur demande un effort. Et le gouvernement s’exécutera conformément à ses propositions ».

Le représentant du ministre du Budget a souligné que son département a consenti des efforts pour rationaliser les dépenses.

Par Sidi DAO

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. Comment le chef de cabinet du Ministre délégué chargé du budget peut nous parler de rationalisation des dépenses de L’État quand on sait la corruption institutionnalisée, la gabegie au sommet de L’État, les détournements à ciel ouvert c’est à dire au vu et au su de tous. L’Etat n’a pas les moyens, le pays est en guerre, toutes choses qui n’empêchent pas les tenants du système de s’octroyer des primes et indamnités dépassant l’entendement. Pourtant on s’en est jamais plaind. On est en guerre, cela a t-il empêché le détournement en toute impunité des fonds alloués à l’achat des équipements militaires. Soyons un peu sérieux dans ce pays.

  2. « Nous espérons une entente, à travers les négociations. Tout est lié à la problématique d’argent qui manque cruellement. Je crois que c’est une crise de confiance, …..» C’EST TOUT
    QUI A CONFIANCE AU POUVOIR IBK? COMMENT SON SON BUDGET (VENTRE) GROSSIT (MALGRE LA CRISE??) ET LUI DEMANDE AU AUTRES DE SERRER LA CEINTURE?

    UN RESPONSABLE EST FAIT POUR DONNER L’EXEMPLE….

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here