Ecole : Ce que gagnent les enseignants

4

L’année scolaire 2018-2019 a été fortement perturbée par une série de grèves déclenchée par huit syndicats de l’éducation (Sypesco, Syneb, Synefct, Synesec, Syldef, Fenarec, Coses et Snec) signataires du 15 octobre 2016. A l’issue d’enquêtes, nous sommes en mesure de dire le gain d’un enseignant malien en salaires, primes et d’indemnités.

Ces grèves se sont étalées sur une période de 6 mois, de décembre 2018 à mai 2019 et comportaient 10 points de revendication.

Après plusieurs mois d’âpres négociations et grâce à l’implication de tous les acteurs et partenaires de l’école, un procès-verbal de conciliation a été signé par le Gouvernement et les syndicats le 18 mai 2019. Le spectre d’une année scolaire blanche qui se profilait a été ainsi évité. Les examens scolaires se sont bien déroulés avec 52,47 % d’admis au Def et 25,12 % au Baccalauréat.

La nouvelle rentrée scolaire 2019-2020 a débuté sous de bons auspices le mardi 1er octobre 2019 sur toute l’étendue du territoire national à l’exception des écoles fermées pour cause d’insécurité.

La mise en œuvre du procès-verbal de conciliation signé par le Gouvernement et les Syndicats de l’éducation se présente comme suit : 7 points exécutés ; 2 points en cours de réalisation ; 1 point retiré par les syndicats.

Par ailleurs, il y a lieu de noter que les efforts consentis par le Gouvernement aux enseignants sont d’un montant de 24 057 571 436 FCFA sur la période de 2018 à 2021.

Désignation MONTANTS (FCFA) TOTAL    
2018 2019 2020 2021    
Adoption du statut autonome (plafond grille passant de 920 à 1060) 5 620 050 308       5 620 050 308    
Octroi prime d’équipement   2 723 521 128     2 723 521 128    
Majoration Indemnité de Résidence / 2ans     7 857 000 000 7 857 000 000 15 714 000 000    
Total global 5 620 050 308 2 723 521 128 7 857 000 000 7 857 000 000 24 057 571 436    

 

Sur le plan de l’évolution salariale des enseignants, il y a eu des augmentations très significatives. A titre d’exemples :

Un enseignant débutant de la catégorie A, classe 3, 1er échelon, avait un indice de 330 et un salaire brut de 242 781 F CFA suivant le statut général des fonctionnaires (loi n°02-053 du 16 décembre 2002, modifiée). Aujourd’hui, grâce au statut autonome, ce même enseignant a un indice de 350 et un salaire brut de 288 051 F CFA mensuel, soit une augmentation de 45 270 F CFA par mois.

Un enseignant de la catégorie A, classe exceptionnelle, 3ème échelon avait un indice de 920 et un salaire brut de 518 430 FCFA, suivant le statut général des fonctionnaires (loi n°02-053 du 16 décembre 2002, modifiée). Aujourd’hui, grâce au statut autonome, ce même enseignant a un indice de 1060 et un salaire brut de 633 345 FCFA mensuel, soit une augmentation de 114 915 FCFA par mois.

Un enseignant débutant de la catégorie B2, classe 3, 1er échelon, avait un indice de 250 et un salaire brut de 184 004 FCFA suivant le statut général des fonctionnaires (loi n°02-053 du 16 décembre 2002, modifiée). Aujourd’hui, grâce au statut autonome, ce même enseignant a un indice de 275 et un salaire brut de 225 291 F CFA mensuel, soit une augmentation de 41 287 F CFA par mois.

Un enseignant de la catégorie B2, classe exceptionnelle, 3ème échelon, avait un indice de 677 et un salaire brut de 383 052 F CFA suivant le statut général des fonctionnaires (loi n°02-053 du 16 décembre 2002, modifiée). Aujourd’hui, grâce au statut autonome, ce même enseignant a un indice de 725 et un salaire brut de 444 429 F CFA mensuel, soit une augmentation de 61 377 F CFA par mois.

Ces chiffres prennent en compte les primes et autres avantages accordés par le Gouvernement.

La nouvelle revendication des syndicats de l’éducation :

Après un mois de cours, au moment où l’on s’attendait le moins, les syndicats de l’éducation ont déposé un nouveau préavis de grève avec une nouvelle revendication portant sur un seul point : l’application de l’article 39 de la loi n°2018-007 du 16 janvier 2018, portant statut du personnel enseignant de l’enseignement secondaire, de l’enseignement fondamental et de l’éducation préscolaire et spéciale.

Cette nouvelle revendication des syndicats se réfère à l’accord conclu entre le Gouvernement et l’UNTM le 29 janvier 2019, et qui octroie aux travailleurs du statut général, une augmentation de l’indice plafond à 1100 pour la catégorie A au 1er janvier 2019 et 1200 au 1er janvier 2021.

Toutefois, il faut rappeler que l’accord conclu avec l’UNTM en 2018, n’a été appliqué qu’à partir de l’année suivante, à savoir 2019. Les travailleurs du statut général ont consenti une année de pause en 2020. La deuxième tranche d’augmentation ne sera faite qu’en 2021.

Les syndicats de l’Education estiment qu’ils doivent bénéficier de l’augmentation de la grille salariale octroyée aux travailleurs du statut général, et ceci conformément à l’article 39 de la Loi n°2018-007 du 16 janvier 2018, qui stipule que Toute majoration des rémunérations des fonctionnaires relevant du statut général s’applique de plein droit au personnel de l’enseignement secondaire, de l’enseignement fondamental et de l’éducation préscolaire et spéciale.

Dans le cadre de la recherche de solutions, les syndicats ont été reçus par plusieurs responsables d’institutions, acteurs et partenaires de l’école dont les ministres du Dialogue social, du Travail et de la Fonction publique et celui de l’Education nationale, des Partis politiques, les familles fondatrices de Bamako, des leaders religieux et la Commission de bons offices.

En les recevant le 4 octobre 2019, le Premier ministre, Chef du Gouvernement, a reconnu le bien-fondé de leur revendication et a même pris des dispositions pour sa mise en œuvre en créant une commission interministérielle pour examiner le dossier en collaboration avec les syndicats.

Le Président de la République, lors de la célébration de la journée mondiale de l’enseignant, le 05 octobre 2019, a manifesté un grand intérêt pour la satisfaction des doléances des enseignants.

 

Ce que propose le Gouvernement :

Reconnaissant la légitimité de la revendication des syndicats, le Gouvernement, à travers la Commission de conciliation a fait, lors des négociations tenues le 17 janvier 2020, les propositions suivantes :

  • Une grille plafond de 1100 pour compter du 1er janvier 2020 ;
  • Une grille plafond de 1200 pour compter du 1er janvier 2021.

L’incidence financière supplémentaire de cette proposition s’élève à 15 753 046 130 FCFA en 2020 et 2021.

 

  Montant (en f CFA)
Montant 0 4 466 623 680 11 286 422 450 15 753 046 130

Contrairement aux fonctionnaires du statut général, le Gouvernement s’est dit disposé à appliquer dès 2020 les augmentations proposées sans observer une année de pause.

Ces propositions ont été rejetées par les syndicats. Pour ces derniers, elles visent à les ramener au Statut général des fonctionnaires et annuler leur statut autonome.

Par conséquent, les dernières négociations entre la Commission de conciliation et les syndicats, tenues le 17 janvier 2020 se sont soldées par un échec.

Les exigences des syndicats de l’éducation :

Elles sont de deux ordres.

 L’augmentation de la grille salariale :

Les syndicats exigent une augmentation de leur grille salariale de 180 points au 1er janvier 2019 et 100 points au 1er janvier 2021. L’indice plafond des enseignants de la catégorie A étant de 1060, cette augmentation les porterait à : Une grille plafond de 1240 (1060+180) pour compter du 1er janvier 2019 ; Une grille plafond de 1340 (1240+100) pour compter du 1er janvier 2021.

Cet article 39 profite plus aux enseignants qu’aux fonctionnaires du statut général. Non seulement, ils bénéficient des avantages liés à leur statut particulier, mais aussi, ils veulent profiter des avantages accordés aux fonctionnaires du statut général.

Les enseignants ont décidé de quitter le statut général de la fonction publique pour s’ériger en syndicat autonome. Ce nouveau statut leur a permis d’avoir un indice plafond de 1060, au moment où le fonctionnaire du statut général de la même catégorie n’avait qu’un indice de 920 soit un écart de 140 points.

Ainsi, les acquis de l’UNTM ne devraient pas être applicables aux syndicats autonomes et vice-versa. Autrement dit, on ne peut pas quitter la grande famille en décidant de prendre son indépendance et prétendre continuer de bénéficier des avantages obtenus par celle-ci.

Fatoumata Kané

 xxxx

GRÈVE DES ENSEIGNANTS

Les rangs se fissurent

 Le Snec, membre de Synergie, vient de décider de mener autrement le combat. Une fissure dans le mouvement.

 Dans une correspondance en date du 18 février et signée de son secrétaire général, Moustapha Guitteye, le Snec affirme avoir analysé la situation et décidé de mener autrement la lutte. Face à la grave crise que traverse l’école malienne, avec son cortège de séries de grèves qui compromet dangereusement l’avenir de nos enfants, le Snec, malgré son attachement à la défense des droits des travailleurs, ne saurait être indifférent au sort des milliers d’élèves maliens victimes d’une situation dont ils ne sont pas responsables.

C’est pourquoi, le Snec, toujours selon son communiqué, a décidé de changer de stratégie de lutte en adoptant la négociation à besoins multiples qui nous amène à faire des propositions de sortie de crise à la partie gouvernementale.

Le Snec est le plus vieux syndicat d’enseignants, et de loin celui qui a porté le Mouvement des syndicats signataires du 15 octobre 2016.

Fatoumata Kané

Doléances des enseignants :

Nouvel échec des négociations

 Le gouvernement et les syndicats signataires du 15 octobre 2016 ne s’entendent pas. Du 12 au 16 février 2020, les parties après constat de leur désaccord, ont constaté l’échec.

 

Lors des débats, la partie syndicale a repoussé les propositions de l’Etat, l’indice 1100 pour compter du 1er janvier 2020 et 1200 du 1er janvier 2020.

Selon le rapport, le gouvernement signale encore qu’à cause de la situation sécuritaire et financière, toute majoration en dehors de leur proposition est non seulement insoutenable mais aura aussi des effets néfastes pour le pays.

La commission de conciliation est d’accord avec la grille indiciaire proposée par le gouvernement, mais lui a suggéré deux autres points. Il s’agit d’accepter de discuter en 2021 la prise en charge de l’article 39 et de donner au moins 3 mois de salaires au titre de l’année 2019. Cette proposition a une incidence financière de plus de 80 milliards F CFA, ce qui n’est pas supportable.

Les dernières suggestions de la commission de conciliation étaient de demander aux enseignants d’accepter la position du gouvernement, pour que celui-ci prenne en charge le différentiel de l’article 39 sous formes de primes et indemnités.

 

Fatoumata Kané

Commentaires via Facebook :

4 COMMENTAIRES

  1. Ceux qui enseignent aujourd’hui n’ont pas la vocation d’être enseignants, ils ne répondent pas au critères sinon avec les propositions faites par le gouvernement ils auront accepté de regagner les classes. Ils veulent la poule au œuf d’or. Ces enseignants même si on leur donne tout l’or du monde ils ne seront jamais satisfaits et continueront toujours à réclamer un peu de plus. Il faut enseigner à ces enseignants la doctrine philosophique de Épicure de Samos.

  2. Les enseignements sont vraiment gâtés! Regarder leurs salaires depuis qu’ils sont débutants? C’est à faire dormir debout! wallaye. Vraiment qu’ils nous foutent la paix et regagnent les classes.

  3. why is it we are so arrogant to those who are backbone of our future? We need teachers forever! It seems one thing we learn from colonialists that have outlasted all other things we learned from them is to be self-destructive being it serve colonialists desires of us. I see same in America from Negroid descendants of slaves. Worst of all like us they are aware they are doing these things. It is as if we believe this world should kill off all Negroids. That is stupid. You will find me with Negroids that do not keep time with stupid.
    Henry Author Price Jr aka Kankan
    translationbuddy.com

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here