FST : Polémique autour du système LMD

0

La Faculté des sciences et techniques (FST) est un établissement universitaire créée en 1996 à travers la loi n°093-060. Elle est la première Faculté à instaurer le système LMD, au cours de l’année universitaire 2007-2008. La lune de miel est en train de tourner à la lune de fiel.

 A en croire le vice doyen de la FST, M. Bernard Sodio, de 2010 à nos jours, tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes pour le système LMD. Après les perturbations de l’année universitaire 2009-2010, caractérisées par des grèves d’enseignants et d’étudiants, on peut dire que la FST a retrouvé sa stabilité d’antan, car la coïncidence de deux promotions dans la même classe, qui nous avait rendu la tâche difficile, n’est désormais qu’un mauvais souvenir, a-t-il dit. Et de clarifier qu’il y a cependant des grèves en perspectives qui font peur.

Il mentionnera ensuite les moyens qui ne sont pas encore disponibles dans la Faculté. Il s’agit notamment de l’équipement des laboratoires et salles informatiques, le paiement à temps des heures supplémentaires des enseignants et les bourses des étudiants. Mais aussi et surtout de réduire le nombre d’étudiants dans les salles de travaux dirigés (TD). Cela nous éloignera sans doute des grèves, qui d’ailleurs sont les plus grandes ennemies du système LMD, a-t-il indiqué.

Il sera renforcé dans sa position par le chef DER chimie de la FST, Moussa Tamboura qui dira qu’après le désastre de l’année universitaire 2010, il y a beaucoup d’amélioration au niveau de leur établissement. Malgré ces résultats encourageants, nous demandons aux autorités de faire une relecture des programmes et de prendre en compte les propositions des décanats.

Le secrétaire général du comité AEEM, Ousmane Samaké dit Ozzo, lui, ne porte pas de gant : Nous avons des problèmes parmi lesquels, le retard dans la correction des feuilles d’examen, la non reconnaissance de certains de nos diplômes  par l’État, le paiement des bourses et des trousseaux en retard…, a-t-il déploré. Il invite les autorités à prendre en compte les doléances de l’administration pour l’effectivité du système LMD dans toutes les facultés et grandes écoles.

Abdoul Karim Hadji Sangaré

 ========

FSEG : Le doyen Papa Kanté évoque l’application du LMD

 Plusieurs universités ont basculé dans le système licence, master et doctorat (LMD). Cela consiste à diviser l’année universitaire en deux semestres au grand bonheur des étudiants qui pourront disposer d’une plus grande soumission dans la gestion de leurs cursus universitaire.

 En effet, le système LMD a pour objectif majeur de faire de l’étudiant l’acteur principal  de sa propre formation et de lui permettre d’avoir une certaine maniabilité dans la gestion de sa carrière universitaire. Cependant, au niveau de la Faculté des sciences économiques et de gestion (Fseg), le deuxième semestre est d’ores et déjà en cours, malgré des multiples contraintes.

Il s’agit notamment de l’insuffisance et de la vétusté des infrastructures, l’effectif pléthorique des étudiants ne permettant pas un encadrement digne de ce nom, le quasi absence de financement pour la recherche, le non valorisation des résultats de la recherche, le manque d’informatisation et l’absence des TIC etc…

Selon le doyen de la Fseg, Kanté Papa, le passage du semestre 1 (S1)  au semestre (S2) est dû à la validation de six unités d’enseignements (UE) sur huit. Tous les étudiants n’ayant pas validé les huit UE sont obligés d’effectuer une inscription pédagogique auprès du chef de DER dans les unités non validées. Cette inscription pédagogique est obligatoire, a-t-il indiqué. Et d’inviter les étudiants a bien s’approprier du LMD.

Abdoul Karim Hadji Sangaré

Commentaires via Facebook :

PARTAGER