Mali : la question de l’harmonisation de la grille salariale divise les enseignants

4

Les responsables de la  synergie des syndicats de l’éducation signataires du 15 octobre et les enseignants ne sont pas sur la même longueur d’onde par rapport à l’harmonisation de la grille salariale des fonctionnaires décidée par le gouvernement. Si les responsables syndicaux s’opposent à toute idée d’harmonisation, ce n’est pas le cas d’une partie des enseignements qui verra une augmentation de son salaire.  

-maliweb.net– Il y a-t-il un fossé entre la  synergie des syndicats de l’éducation signataires du 15 octobre et sa base ? Affirmatif, c’est la réponse que donnent beaucoup observateurs qui estiment que la synergie est en tournant décisif de son histoire. Car ils sont nombreux les enseignants qui risqueront de ne pas suivre le mot d’ordre des responsables syndicaux.

Et pour cause, beaucoup d’entre eux, notamment les catégories B2 qui sont les plus nombreux, verront avec l’harmonisation de la grille salariale  une augmentation substantielle de leur salaire. C’est ce qu’explique un agent comptable en service au ministère de l’Education nationale qui affirme que l’harmonisation de la grille salariale accorde une augmentation beaucoup plus importante que l’application de l’article 39 de la Loi portant statut particulier du personnel réclamé par les responsables syndicaux.

Avec cette situation, la synergie aura du mal à convaincre les enseignants sur le bien-fondé d’une grève, assurent des analystes,  si tant est que le but du combat est l’amélioration de leur salaire. C’est peut-être ce qu’ont compris les responsables syndicaux qui multiplient les sorties sur les réseaux sociaux en s’adressant directement à leurs collègues.

C’est le cas d’Ousmane Almoudou Touré, un des porte-parole de la synergie, qui appelle à l’union sacrée des enseignants. Pas sûr, selon nos informations, que les enseignants  entendront de cette oreille surtout quand ils verront une forte augmentation de leur salaire le mois prochain. Car l’application de l’ordonnance fixant la grille salariale unifiée des fonctionnaires  a commencé depuis le 1er juillet.

Cette ordonnance qui du reste abroge toutes les dispositions antérieures enterre définitivement l’article 39. Ce qui donne raison aux anciens Premiers ministres Soumeylou Boubeye Maïga et Dr Boubou Cissé qui avaient toujours soutenus que l’Etat n’a pas les moyens de soutenir cette Loi. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles Dr Boubou Cissé est honni par une partie du peuple. Ironie de l’histoire, c’est le Premier ministre, Dr Choguel Kokalla Maïga, ancien président du comité stratégique du M5-RFP, qui a donné le dernier coup de grâce au fameux article 39. Pourtant le mouvement de contestation à la base de la chute du régime IBK avait à l’époque appelé à son application.

Cette ordonnance portant harmonisation de la grille salariale, à titre de rappel, ne s’applique pas aux Enseignants Chercheurs. Sinon toutes les autres catégories de fonctionnaires sont assujetties à l’ordonnance qui a le mérite de mettre fin à la disparité de salaire entre les fonctionnaires d’un même pays.

Pour terminer, il est à noter que la synergie des syndicats signataires du 15 octobre a demandé à tous ses militants de retenir les notes des élèves et de boycotter les épreuves anticipées des examens de fin d’année.

Abdrahamane SISSOKO/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

4 COMMENTAIRES

  1. C’est bizarre et très bizarre, comment des travailleurs qui ont un statut particulier se mettent à vociférer pour une simple harmonisation de salaire de leurs semblables de la fonction publique? Pourtant ces inconscients ont profité de leur statut particulier sans qu’aucune personne ne bougent, c’est vraiment dommage de la part des personnes qui devraient être à l’avant-garde du développement de ce pays, mais c’est eux qui détruisent notre éducation, cela depuis trois décennies maintenant, trop c’est trop, il faut rapidement mettre ces enseignants au pas. Pourquoi ne pas leurs substituer des spécialistes pour les remplacer, nous sommes certains que ce résultat serait plus mieux que cette situation, car les étudiants et les élèves maliens font très pitiés par rapport à leur semblables de la sous-région (Côte d’Ivoire, Sénégal, Mauritanie, Guinée Conakry, Bénin, Togo, Ghana) et cela n’offusque aucunement pas ces enseignants décidés à détruire ce pays et à le vendre aux moins offrants, pourvu que eux trouvent leur compte. Enseignants du Mali vous êtes face à l’histoire ce pays, vos gestes eu égard à la nation malienne ne sont pas dignes, dignes de ceux qui devraient incarner la sagesse de ce pays, aujourd’hui le peuple malien doit pleurer très fort car quand les intellectuels d’un pays se mettent à la disposition de la médiocrité, le pays cesse de grandir, aujourd’hui nous sommes dans un gouffre amer et quand nous toucherons le font, nous restons convaincus que ce groupe socio-professionnel regrettera son agissement, vous cherchez toujours plus, mais vous consommerez cet argent où, certainement dans une chaudière, un pays en feu pendant très longtemps. Satan s’est accaparé des leaders de ces enseignants, c’est dommage.

  2.  Que Dieu bénisse IBK ! Amen !
     La vérité finit toujours par triompher !
     Ce sont les ennemis d’IBK qui, en son temps, ont initié cet article 39 pour le déstabiliser.
     Et Dieu étant le meilleur des justiciers, Il a substitué, à la primature, le PM Dr Boubou par le plus malhonnête des ennemis d’IBK pour que tout le monde voit la honte frapper les hypocrites opportunistes !
     Gloire à Dieu !
     Vive SE M. El Hadj IBK, l’auguste béni !
     La vérité finit toujours par honorer les honnêtes gens et par honnir les méchants !
     Les im bé ciles tombent toujours dans le puits qu’ils ont eux-mêmes creusé.

  3. C est bien d harmonisé les salaires .Il faut couper le salaire de ceux qui sabotent l éducation au mali .Si la grève le gouvernement va réquisitionné tout le personnel .Le mali souffre de l’égoïsme de certains de ses fils .L éducation n est pas plus importante que la sécurité ,la santé et l’autosuffisance alimentaire. Pas de travail pas de salaire

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here