Inondation à N’Golo Diassa : Des maisons emportés par les eaux; la population appelle à l’aide

0

Une pluie diluvienne s’est abattue, le lundi 9 août dernier, sur le village de N’Golo Diassa, dans la commune de Danderesso. Localité située dans le cercle de Sikasso, à 45 km de la ville de Sikasso, à la frontière avec le Burkina. Bilan: une quarantaine d’habitations détruites, la quasi-totalité des greniers sont tombés. Les besoins exprimés par  les populations sous le choc sont entre autres: des tentes, des vivres et des couvertures pour les enfants, femmes et personnes âgées.

Après les pluies diluviennes du lundi 09 août dernier qui ont concerné la région de Sikasso, les populations (plus de 1000 habitants) de N’Golo Diassa, dans la commune de Danderesso,  se sont réveillées avec plus de 40 maisons à usage d’habitation détruites par les eaux. Dépassées par les dégâts, les victimes appellent  à l’aide.

«Nous avons reçu une forte quantité de pluie à hauteur de plus de 150 mm très tôt. Le malheur est que ce n’est pas l’eau du fleuve qui est rentrée au village, plutôt l’eau des ruissellements qui ont quitté les côtes. Pratiquement, c’est le centre du village qui a enregistré plus de dégâts. Dans ma famille, il n’y a pratiquement plus de maison. Elles se sont toutes effondrées. Nos greniers sont aussi partis dans l’eau», explique Karim Traoré, ressortissant du village, joint par téléphone.

Selon Karim Traoré, au chevet de ses parents victimes d’inondation, ce n’est que le mercredi 11 août, après le passage des ruissellements, que les habitants ont pu commencer à extraire les objets et biens qui sont récupérables.

«Les premier et deuxième adjoints au maire de la localité sont passés avec les représentations de la jeunesse pour constater les dégâts. À la date d’aujourd’hui, nous n’avons reçu aucune assistance de la part de qui que ce soit. Le besoin est là et le constat est réel. On ne peut plus parler d’urgence ; les gens vivent dans la difficulté. Même une bonne partie du pont qui donne accès au village est partie», a-t-il déploré.

D’après lui, les victimes ont été réparties entre les différentes familles qui n’ont pas été touchées, en entendant d’avoir de l’aide. Certains ont trouvé refuge dans d’autres villages. Les besoins exprimés par  les populations sont entre autres: des tentes, des vivres et des couvertures pour les enfants, femmes et personnes âgées.

À noter que la région de Sikasso est située dans la zone soudano-guinéenne, située dans le sud de la zone soudanienne. Elle reçoit la plus grande quantité de pluie (précipitations annuelles moyennes de 1200 mm) et se caractérise par une zone forestière. Elle a un climat tropical humide et sec, avec une saison des pluies qui dure de mai à octobre.

Moussa Sékou Diaby

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here