Le changement climatique : une histoire du plus fort sur le plus faible .

0

Tenez-vous bien ! La coupe abusive du bois est interdite en chine. Paradoxe,  les chinois sont massivement présents au Mali, en Guinée et au Sénégal en prédateurs redoutables des forêts de ces pays là.  Rappelons qu’en Gambie, les chinois sont installés et sont en commande 7000 conteneurs de 40 pieds de bois d’ébène. Ils pillent  aussi dans les forêts de Casamance. Selon nos informations,  30 troncs de bois d’ébène équivalent  à une moto Djakarta toute neuve.  Il convient de prendre des mesures impitoyables face à cette pratique mais encore il faut qu’il ait une volonté politique. Comment comprendre que les dirigeants puissent accepter que ces multinationaux vident les bois de toute une nation ? Si couper du bois est un crime passible de lourdes peines en Chine, pourquoi défier d’autres nations aussi souveraines que la chine en envahissant leur foret ? Le sommet sur le changement climatique qui se déroule actuellement à Paris est une occasion pour nos chefs d’Etats africains de dénoncer sans détours ces criminels de la nature. Sur une population de 7 milliard, seulement 1% d’individus de la planète possèdent les 86% des richesses que produit la planète.

Au Mali, les logements sociaux de Nyamana ont été battis sur des propriétés ou domaines des eaux et forêts. Ces domaines sont  à jamais rasés de la carte  et aucun plan reboisement n’est mis sur place pour remplacer la forêt détruite. C’est pour prévenir de telle situation, le consortium Forum Libre plante 4 000 arbres par an et cela depuis 10 ans  sans qu’aucun responsable n’ait jamais émis le goût de les accompagner.

Aujourd’hui plus que jamais un effort collectif s’impose pour préserver notre environnement en tout cas si nous voulons léguer un monde meilleur à la génération future.

Pierre Poudiougo

 

PARTAGER