Rumeurs d’abattage d’arbres protégés à Baraoueli : Le chef du cantonnement forestier dément, les notabilités aussi

1

De folles rumeurs de tension sociale autour d’une prétendue affaire d’abattage d’arbres et de spéculation foncière  à Baraoueli avaient fait le tour de certains medias il ya quelques jours. Nous nous sommes rendus sur place. La réalité est tout autre !

Autant surpris que révolté d’entendre que des manifestations de contestations avaient lieu dans sa commune, le Maire de Baraoueli, Hamala Tounkara tremblait de colère lorsque nous l’avons rencontré. « Je ne connais pas la motivation des gens qui ont inventé cette affaire, mais je n’ai jamais été impliqué ni de près ni de loin dans une affaire d’abattage de balanzans ou de spéculation foncière ! » Notre interlocuteur ne trouve pas les mots pour qualifier ses détracteurs.

Pour rappel, dans la ville de Baraoueli, se trouve une zone particulièrement colonisée par des arbres de grande valeur historique et culturelle « le balanzan » reconnu comme étant une espèce protégée. Cette zone est connue sous l’appellation « wala ». Selon les rumeurs qui avaient couru, le maire aurait ordonné l’abattage de ces arbres pour motif d’un lotissement. La rumeur a produit une vague d’indignation qui a retenti jusqu’en Europe au sein de la diaspora de Baraoueli. Or, il n’en est rien !

Nous nous sommes rendu sur le site en question le lundi dernier où nous n’avons constaté aucun acte de violence contre lesdits plants géants. Pour en savoir d’avantage, nous avons pris contact avec le capitaine Baga Samaké, chef du cantonnement forestier de Baraoueli. Après avoir salué l’engagement du maire Hamala Tounkara pour ses efforts dans la protection des arbres, il s’est dit lui aussi surpris d’entendre la rumeur. « Nous ne sommes au courant d’aucun acte d’agression contre ces arbres pour lesquels le maire ne cesse d’attirer notre attention. C’est de la pure diffamation. » nous explique le capitaine Samaké avant de nous inviter à aller constater par nous-mêmes. Ce que nous avons fait.

Tout comme lui, Mme Assan Koné présidente de la CAFO locale, dit n’être au courant d’aucune manifestation ou tension dans la commune. Tahirou Sylla, président de la jeunesse du cercle de Baraoueli lui aussi est revenu sur les mêmes démentis. « Aucun arbre n’a été abattu, et il n’y a aucun projet d’agression sur ces arbres ici dans la commune.

A leur suite, l’imam de Baraoueli, Mahamad Dianka, le chef de village, le représentant du RECOTRAD, Sekou Sow ont fait les mêmes témoignages tout en soutenant que le Maire n’est à l’origine d’aucune mesure contestée.

Que se passe t il donc ? Le maire Hamala Tounkara repond

« En effet, courant 2017, le conseil communal de Baraoueli, en collabroation avec le Bureau des domaines et du Cadastre de Baraoueli a entamé une opération de lotissement et de developpement de la ville conformement aux aspirations legitimes des populations et au schema d’amenagement et d(urbanisme de la ville qui a été approuvé depuis 2002.

J’ai demandé au chef de village et à ses conseillers de procéder à une large sensibilisation de la population autour du projet. Après concertation des différents conseillers de village avec les chefs de famille respectifs, l’adhésion populaire a été confirmée. Mieux, le bureau communal, le Bureau des domaines et du Cadastre et le service de l’urbanisme et de l’habitat ont tenu dans le vestibule du chef de village une réunion d’information et d’explication des procédures du lotissement. En plus, au cours d’une rencontre  à la grande mosquée de Baraoueli, tenue le 11 Avril 2017, les religieux de Baraoueli ont donné leur soutien au projet de lotissement de 72 ha 69a 68ca…Malgré toutes ces démarches, le nommé Morikè Sylla a continué à protester. Ayant été informé de cette contestation, avec l’appui des autorité administratives, j’ai continué à sensibiliser. Pourtant, nous avons procédé au recensement des personnes dont les champs sont concernés par le projet de lotissement pour une purge éventuelle de leurs droits coutumiers. Bref, nous avons tout fait pour expliquer, sensibiliser les populations, mais le noyau Sylla continue de s’opposer au projet au mépris de notre bonne foi et celle des légitimités coutumières à savoir, le chef de village, l’imam et les organisations de femmes et des jeunes ».

C’est donc, dans leur dynamique de sabotage du projet, que Morikè Sylla et ses quelques partisans s’évertuent à vilipender le maire et à vouloir compromettre un projet si important pour le développement de la commune de Baraoueli. A suivre

Abdoulaye Niangaly

Envoyé spécial à Baraoueli

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. parmi les arbre demandez à Moriké Sylla lequel il veut épargner et le travail sera effectif nous sommes tous des Africains. Auparavant il y”a des arbres qui sont sacrés pour certaines familles. ou chaque personne à un arbre sacré sur lequel repose sa réussite sociale et son épanouissement financier

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here