Assises de la Cour d’Appel de Bamako : Mory Soumaoro condamné à 2 ans avec sursis pour détournement de 10 750 000 FCFA

    1

    Dans son audience de mardi dernier, la Cour d’Appel de Bamako a condamné Mory Soumaoro à 2 années d’emprisonnement avec sursis pour atteinte aux biens publics.

    Né le 7 février 1965 à Nièssoumala, cercle de Yanfolila, et Coordinateur de l’antenne CANEF de Bougouni, il avait été interpellé par la gendarmerie à la suite d’une plainte porté contre lui par son Directeur général pour le détournement de 10 750 000 FCFA à la CANEF de Garalo et à Bougouni.

    Selon les faits, courant  2001, Mory Soumaoro a formulé une demande de prêt de 100 000 FCFA, que la CANEF lui a accordé. Le comptable, à son tour, lui avait remis un chèque avec le montant écrit uniquement en chiffres. Mory Soumaoro avait falsifié le document en écrivant plutôt 10 000 000 de FCFA en lettres et en ajoutant deux zéros aux chiffres. Il procéda au retrait à l’agence de la BNDA de Bougouni.

    L’inculpé a expliqué que le but de ces malversations était une opération de multiplication de billets avec un Ivoirien du nom de Daniel Kanon qu’il avait rencontré à Yanfolila. Ce dernier détourna la somme en allant en dehors de la ville aux fins de procéder à la multiplication.

    Daniel lui expliqua qu’il allait entrer en contact avec les Djinns et que Mory avait tout intérêt à s’éloigner puisqu’il ne pourrait pas supporter de les voir. Quelque temps après, Daniel disparut et Mory, convaincu d’avoir été arnaqué, emprunta un véhicule pour venir s’expliquer auprès de son Directeur général à Bamako. Celui-ci porta plainte contre lui.

    Après 6 mois de prison, les proches de Mory remboursèrent plus de la moitié du montant afin qu’il puisse bénéficier de la liberté provisoire, qu’il obtint. Mory réussira lui-même à payer 4 millions de FCFA avec un reçu de paiement.

    A la barre, l’inculpé a reconnu tous les faits et a avoué regretter d’avoir commis un tel acte. L’un des Avocat de la défense, Me Kassim Keita a expliqué que ce qui était arrivé à Soumaoro pouvait arriver à tout le monde. N’ayant pas agi de mauvaise foi, il devait donc bénéficier des circonstances atténuantes et sa condamnation être assortie d’un sursis.

    Selon l’autre Avocat de la défense, Me Mamadou Traoré, l’inculpé a été victime d’une escroquerie de la part de Daniel. Quant à la culpabilité de Mory, il n’y a pas de doute, mais, compte tenu du zèle qu’il a mis à rembourser la quasi-totalité du montant en cause et du fait qu’il soit père de 5 enfants, les circonstances atténuantes s’imposaient.

    Le ministère public, représenté par Moussa Fadiala Sissoko, a demandé d’engager la responsabilité de Mory et de le condamner à 5 ans de prison et au paiement de 5 millions de FCFA à titre de dommages et intérêts. La Cour, présidée par Yaya Togola, a décidé de condamner Mory Soumaoro à 2 ans de prison assortis du sursis.

    Adama Bamba

    Commentaires via Facebook :

    PARTAGER

    1 commentaire

    1. Un autre Mory célèbre qui travaille à l’ORTM devrait se fâcher avec cet article à cause de la ressemblance à première vue entre leurs 2 noms! C’est dommage que ce qui est arrivé à Mory arrivera même demain et après demain à d’autres personnes naïves! NE DONNEZ JAMAIS VOTRE ARGENT AUX SOI DISANTS MULTIPLICATEURS DE BILLET! S’ils savaient dédoubler les billets de banque comme il le prétendent, ils seraient tous déjà propriétaires d’iles paradisiaques et de nombreux jets privés… 🙄

    Comments are closed.