Bacodjicoroni Golf : Vive tension autour du marché

    2

    Depuis quelques jours, une vive tension oppose les occupants du « marché » de Bacodjicoroni Golf à un richissime opérateur économique du Mali. Les occupants dudit « marché » ont été déguerpis par les militaires. Ils ont assisté, impuissants, à la destruction de leurs kiosques, magasins et autres installations par les Bulldozers ; laquelle destruction aurait été ordonnée par le richard qui aurait acheté l’espace à la Mairie de la Commune V du District de Bamako. Argument que réfutent les populations du Golf. Selon eux, l’endroit ne peut être vendu à quelqu’un. Ce n’est même pas un espace pour faire le marché, mais pour être un jour un Centre de santé de Référence (Csréf). C’est ce qui est dans le plan de l’ACI. «Nous-mêmes sommes là temporairement afin que l’endroit ne continue d’être un dépotoir d’ordures », clament-elles.

    Comme l’endroit  était inhabité, certains  l’avaient  transformé en dépôt d’ordures, explique Moctar Sangaré, habitant du Golf et commerçant  sur l’espace en litige. Nos parents ont effectué des démarches  auprès de la Mairie de la CV pour  permettre  temporairement  que l’endroit  soit  fait en marché  en attendant  que  le gouvernement malien  ait  les  financements  nécessaires pour la construction du Csréf. Cela a été fait depuis 2003-2004,  avant qu’il  y ait trop de monde  au Golf. «C’est comme cela que l’endroit a été habité par les gens comme « marché ». Mais à notre grande surprise,   la Mairie de la CV a changé  subitement, et cela, de façon clandestine, à l’insu du chef de quartier, des notabilités et autres acteurs concernés dans la gestion de la zone. De  ce fait, elle (la Mairie de la CV) a vendu  l’espace  à  une seule personne», a expliqué avec déception, Moctar Sangaré. Selon nos informations, explique Moctar  Sangaré, c’était vendu  dans  un premier  à un «Maure». Ce dernier n’a pas pu faire déguerpir  les  gens  des lieux. Ayant appris le coup bas de la Mairie, dit Moctar, les  populations  se sont opposées  à la décision  unilatérale  prise par la Mairie de la CV. Et tout récemment, ajoute  Moctar Sangaré, nous avons appris  que  le nouveau  propriétaire  des lieux  est opérateur économique de la place. On parle de « Babou Yara». Ce sont les envoyés de ce dernier qui ont détruit  tout l’espace avec les quater pillards, sous la surveillance des forces de sécurité malienne. Tout a été détruit. Il y a eu des millions  de pertes  (matériels et financières) pour  les occupants qui n’ont rien fait pour mériter cela. Après  destruction, poursuit Moctar, actuellement, c’est  les policiers qui gardent l’endroit, pour empêcher toute occupation. Cela fait deux semaines, ce lundi 22 février 2021.  Nous  voudrions, rappelle Moctar de bonne foi, que les gens sachent  que nous n’avons jamais cherché à rester sur les lieux définitivement.  «Nous  savons  pertinemment  que c’est un espace  réservé  pour nous, habitants  du Golf, pour  être transformé  en CSREF. Mais  ce  qu’on est contre, c’est  le fait que  la Mairie, l’Etat, ait changé la vocation de l’endroit  en Centre commercial et de surcroit  vendre  à une seule personne au  détriment de l’intérêt  de toute la  population du Golf. C’est cela  qui ne marchera pas. Nous  n’avons  pas besoin de centre commercial ici. C’est  un CSREF dont nous avons besoin. C’est  cela qui nous  arrange plus qu’un centre commercial qui n’est profitable qu’à une seule personne. L’endroit  a été réservé par l’ACI pour  être un  CSREF. Nous  exigeons qu’il soit  ainsi. Dans ce cas, nous  serons prêts même demain à quitter les lieux, car il y va de l’intérêt de nous  tous. Mais nous n’allons jamais  accepter  que  la vocation des lieux soit changée pour l’intérêt de quelques personnes  au détriment  de  l’intérêt général», a insisté Moctar Sangaré. L’espace, aux dires de Moctar, a été vendu  en son temps  quand  « Bill » était le Maire et l’actuel Maire Ouattara,  son  troisième adjoint. «Seul  les maires ont cautionné  cette  injustice à l’endroit de leurs populations », a  ajouté  Sangaré. Nous  n’avons  pas  besoin  d’un centre  commercial  au Golf. Il y a plus de 1000 boutiques  au Golf. Pourquoi  alors transformer le seul espace qui est réservé pour le Csref  en  centre commercial encore ? Présentement,  ajoute Moctar, c’est Ouattara qui est le Maire. Tout ce qu’on lui demande, insiste Moctar, c’est de sursoir  à la pratique mafieuse qui ne marchera  pas. Parce qu’on s’opposera  par tous les moyens  jusqu’à ce que l’endroit soit retourné  à son ancienne  vocation  qu’est le Csréf. «Nous savons qu’il peut. Il est un chef de famille comme les habitants  du  Golf  qui ont  besoin de cet espace pour soigner leurs familles. Un  de  ses enfants  peut  se  retrouver  habitant  du Golf un jour  et  être  confronté  à un problème de santé. S’il y a  ce Csréf, ce sera réglé  vite», conseille Moctar, le Maire Ouattara. En plus du Maire, ajoute Sangaré, nous demandons humblement  à toutes les autorités  actuelles du pays de prêter une oreille attentive  à cette situation qui va de l’intérêt  de la construction d’un Mali nouveau promis par  les Maliens. Nous  demandons  aux  jeunes, invite  Moctar, d’éviter  les affrontements avec les agents de l’ordre qui ne sont nullement responsables, mais qui ne font que leur travail. « La  question  sera réglée   quoi qu’on fasse. Nous disons aux autorités de la transition que cette affaire est une poudrière sur laquelle la Commune V est assise. Qu’elles pèsent de tout leur poids pour sursoir à la transformation de l’endroit en espace commercial », a conclu Sangaré.

    Hadama B. Fofana

    Commentaires via Facebook :

    2 COMMENTAIRES

    1. Vente de domaines public par les maires, espace d'un centre de santé en danger à Baco djicoroni Golf

      Il faut portez plainte collectivement pour demande l’annulation de la vente. Saisir le Ministre des affaires foncières, le Ministres des collectivités pour dénoncer le comportement du maire. Saisir le président de la République et le premier ministre, ils doivent réagir urgent. il faut occupé la mairie jusqu’à l’ abandon de la vente car c’est un bien public, prennez du tam tam dans toute la ville pour mobiliser, informer devant la mairie tout les jours pour que le public soit au courant.
      Tout les jours où le maire célèbre un mariage présentez vous devant la mairie avec votre tam-tam, casseroles pour faire du bruit.

    REPONDRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here