Brigade des stupéfiants de Bamako : Un chef de cartel de la drogue arrêté et une grande quantité de stupéfiants saisis

    0

    Le commissaire principal Ibrahim Sory Tounkara, commandant de la Brigade des stupéfiants et ses hommes viennent de démanteler un important cartel de la drogue, chargé d’assurer la distribution de drogue à plusieurs réseaux de consommation.

    De sources policières, en appui aux autres initiatives, la lutte contre le trafic de stupéfiants se poursuit et s’intensifie depuis l’arrivée du commissaire principal de police Ibrahim Sory Tounkara à la tête de la Brigade des stupéfiants. Il a mis en place une vaste opération dirigée par des enquêteurs chevronnés pour stopper les trafiquants et leurs complices. Les actions menées par ces derniers ont été fructueuses parce qu’elles ont conduit à l’arrestation du chef d’un important cartel de la drogue à l’auto-gare de Djicoroni-Para. Selon nos sources, le suspect est bien connu et même recherché par les unités d’enquêtes de la police, car il assurait le ravitaillement des différentes communes de Bamako et tout indiquait qu’il opérait au sein d’une équipe bien organisée. Après avoir donc localisé le suspect, le mardi 30 août 2022 aux environs de 11 h, l’équipe d’intervention, initiée par le commandant Tounkara, a tissé sa toile d’araignée en vue de le prendre la main dans le sac. Alors qu’il était en pleine opération de ravitaillement de sa clientèle à l’auto-gare de Djicoroni-Para, l’équipe d’intervention antidrogue de la Brigade des stupéfiants a fait irruption sur la scène et est parvenue à lui mettre le grappin dessus. Il était avec son complice qui a malheureusement pu prendre la poudre d’escampette.

    Bilan de l’opération : 1326 boules de cannabis composées, 1146 boules d’herbe de cannabis communément appelées “Kuchi”, 180 autres boules d’herbe de cannabis communément dénommées “Skenchi”, 83 barrettes et 1/4 de brique de résine de cannabis, deux cigarettes d’herbe de cannabis prêtes à la consommation saisies.

    Au regard du butin, ce genre d’opération exige de mettre de grands moyens à la disposition des unités chargées de la lutte contre la drogue, car il est évident que le suspect en question est un vrai poids lourd du trafic de drogue pour avoir échappé plusieurs fois à ses poursuivants.

    Après les enquêteurs, il a été présenté au parquet qui l’a placé sous mandat de dépôt. Il médite désormais sur son sort entre les quatre murs de la Maison centrale d’arrêt (MCA).

                                                                                              

    Boubacar Païtao

     

    Kalabancoura : Braquage en plein midi

    Une importante somme d’argent, 40 téléphones portables… emportés dans le troisième braquage en deux ans de la même boutique

    De sources proches du dossier, le mardi 6 septembre aux environs de 17 h, une boutique de vente de téléphones de Kalabancoura sur la route de l’aéroport a été la cible d’un braquage. Ils étaient trois braqueurs armés de pistolet mitrailleur (PM) et pistolet automatique (PA), cagoulés sur une mototaxi.

    Après leur irruption dans la boutique, sous la menace de leurs armes, ils ont mis tout le monde à plat ventre. Ainsi, prises de panique, les personnes présentes sur les lieux n’ont rien tenté contre les braqueurs. Pour dissuader d’éventuels téméraires, ils ont tiré cinq coups de feu à l’entrée de la boutique.

    Selon des témoins, les braqueurs ont demandé avec insistance de l’argent et puis ils ont brisé les vitrines derrière lesquelles étaient étalés les appareils téléphoniques les plus chers avant de tout ramasser à leur guise sous le regard impuissant du boutiquier et de ses employés. Après leur forfait, les bandits ont fait des tirs d’intimidation avant de disparaître dans la nature.

    Ils ont emporté plus d’un million en espèces, 40 téléphones portables neufs ainsi que le téléphone Orange-Money servant à effectuer les transactions qui contenait 250 000 F CFA de monnaie électronique.

    Notons que la même boutique a fait l’objet d’un cambriolage avec infraction courant 2018. Les malfrats avaient percé son mur depuis l’extérieur, pénétré par là et emporter plusieurs téléphones et une importante somme d’argent.

    Quelques mois plus tard, au cours de la même année, au moment de la fermeture aux environs de 22 h, quatre hommes armés ont attaqué la même boutique. Ils ont emporté des motos et 500 000 F CFA. Et le dernier acte en date est survenu, le mardi 6 septembre 2022.  Le hic, c’est que les auteurs de ces différents braquages n’ont jamais été appréhendés, ils sont toujours dans la nature. Ainsi, les unités chargées des différentes enquêtes sont fortement interpellées afin de mettre la lumière sur ces cas de braquages.                                                                                   Boubacar Païtao

    Commentaires via Facebook :

    REPONDRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here