Escroquerie à Niamakoro-courani : Sa prétendue épouse était sa complice

    1

    Le vol et l’escroquerie sont des phénomènes qui gagnent de plus en plus du terrain dans notre société. Surtout dans la capitale.

    Les faits se sont déroulés vendredi dernier  au quartier Niamakoro-Courani  en commune VI du district de Bamako, aux environs de 10h. Un escroc très doué fut pris la main dans la poche. Selon TC, le boutiquier, tout a commencé il y a d’à peu près une  année. Un matin, aux alentours 9 heures,  l’escroc en question, sur une ancienne moto Djakarta en compagnie d’une femme se présenta à lui, et dit s’appeler Oumar.

    A ses dires, il vient d’aménager dans le quartier qu’il ne connaissait personne. Et que si TC pouvait lui accorder quelques minutes en attendant  que sa femme revienne du marché. TC l’accepta en ne posant aucun problème. Pendant une bonne année, Oumar gagna la confiance de TC, le boutiquier.

    C’est ce vendredi 2 décembre 2016 à 9heures  qu’Oumar en respectant la tradition arriva avec son épouse chez le boutiquier. Il gara sa moto et envoya sa femme comme à l’accoutumée au marché. C’est ainsi qu’Oumar et TC restèrent devant la boutique pendant une vingtaine de minutes. Un moment, TC confia sa boutique à Oumar pour aller aux toilettes.

    Oumar en profita pour enlever tous les billets d’argent qui se trouvaient dans le tiroir. Puis il sortit  et s’assit à la même, ni vu ni connu.

    Revenu des toilettes, TC se rendit compte que tous ses billets avaient disparu. Et il demanda des comptes à Omar. ECe dernier affirma n’avoir rien vu et entendu.  Mais Dieu faisant bien les choses, la baraka lâcha Oumar. Dans la précipitation,  Il avait mal placé les billets  volés dans sa poche.

    Au retour de sa femme du marché, il voulut se lever et partir. Mais des billets (2 de 5000 et 2 de 2000 F CFA) tombèrent de sa poche. C’était en présence d’un client. TC le somma alors de rendre tout le reste. Il tenta de fuir, mais fut stoppé net par la foule qui s’était agglutinée là. Il fut bastonné lui et sa femme qui n’était en vérité  que son complice. Il s’avère que tous deux figurent dans les archives de la police.

    Rappelons que le butin s’élève à environ 200.000 F CFA

    Nouhoum KONARÉ

    Commentaires via Facebook :

    PARTAGER

    1 commentaire

    1. c’est ridicule cette histoire, faire le cirque pendant une année pour fomenter un coup de 200 000FCFA

    Comments are closed.