Kalaban-Coro Koulouba : Les bandits armés sèment la terreur

    0

    La population de Kalaban-Coro Koulouba vit tout sauf la paix et la tranquillité. La faute aux bandits armés qui sèment depuis un certain temps la terreur. Braquages, viols, vols sont constituent le quotidien des habitants de cette localité. Du coup,  la population se sentant abandonnée par les forces de l’ordre et les autorités commence à grincer des dents.

     

    Désormais, la liberté de circuler n’est plus en vigueur à Kalaban-Coro Koulouba. Les malfrats ni loi ni foi y règnent en maîtres absolus. Les habitants de la localité font l’objet de braquages, viols  et vols à main armée. À certaines heures, il est difficile de circuler à moto car ces bandits veillent toujours au grin. Ils sont bien armés et organisés. Toutes les rues sont sous leur contrôle. En plus des braquages dans les rues, ce réseau de bandits pille aussi les boutiques et les familles au vu et au su de tout le monde. À chaque passage de ces bandits, des radios de voiture, des bouteilles de gaz butane et autres sont emportés.

    Des cris d’innocents, de blessés sont quotidiennement fréquents dans la localité. Malheureusement, cette situation perdure, car les patrouilles des forces de l’ordre ne concernent que les grandes artères et les habitants sont laissés à la merci des bandits dans les rues. Chaque jour apporte son lot de victimes, surtout en cette période où le pays vit une situation difficile qui se répercute sur la vie, devenue chère un peu partout.

    Les paisibles citoyens dépouillés, braqués, blessés, et même souvent tués, à cause de leurs biens, commencent à murmurer. Les autorités locales et les forces de l’ordre sont donc interpellées pour mettre fin à cette barbarie qui n’a que trop duré. Actuellement, selon des indiscrétions, les habitants en colère commencent à s’organiser pour la mise en place d’un groupe d’autodéfense des jeunes pour mettre les bandits hors état de nuire, à la place des forces de sécurité. Si la création de mouvement d’autodéfense des jeunes se confirmait, les autorités auraient désormais du mal à mettre fin aux violences dans cette zone, car la vengeance est une arme très fatale.

    D.K

     

    PARTAGER