La police tire sur un gendarme lors d’une patrouille nocturne en Commune IV

    1

    Dans la nuit du vendredi à samedi, la population d’Hamdallaye, en Commune IV du District de Bamako, a été réveillée par des coups de feu. À l’origine, un accrochage entre les éléments de la police du 5ème Arrondissement en patrouille et un gendarme.

    En fait, la scène s’est déroulée dans les parages du Tribunal de la Commune IV. Il nous revient des témoins que les policiers ont interpellé, aux environs de 23 heures, un conducteur qui se trouvait être un gendarme en communication au volant de sa voiture. Ce dernier, explique notre interlocuteur, n’a pas obtempéré. Comme la voiture n’avait aucune immatriculation, les policiers ont tiré immédiatement. Ainsi, le conducteur s’est arrêté, avant de se présenter. Toujours selon notre interlocuteur, les policiers lui ont demandé de montrer sa carte professionnelle. Toute chose qu’il a catégoriquement refusée. «À partir du moment où vous m’avez tiré dessus, je n’ai aucune raison de vous présenter ma carte», a estimé le gendarme.

     

    Dès qu’il est rentré dans sa voiture, un policier s’est accroché à la portière de son véhicule. Il a pris la rue à toute allure.  Au niveau du tribunal, sa voiture a cogné celle d’un civil qui venait dans le sens inverse sur la route pavée. Entre-temps, les collègues du policier qui les poursuivaient ont aussi percuté à leur tour un autre véhicule, avant de terminer leur course dans un petit ravin.

     

    Toutefois, le gendarme s’est expliqué sur la non-immatriculation de sa voiture. Il affirme que sa voiture a été récemment percutée par derrière et sa plaque n’a pu résister au choc. Et d’ajouter qu’il a la plaque dans le coffre de sa voiture et s’apprêtait à la réparer. Ce malheureux incident a drainé une foule de curieux et a duré plus de quatre heures d’horloge.
    Ousmane DIAKITE/Stagiaire

    PARTAGER

    1 commentaire

    1. Un tir de somation ou quoi merci de préciser la nature du tir.
      Quand au gendarme il devrait s’arrête en plus il était au téléphone passible de correction pour imprudence au volant. L’éducation du citoyen, une priorité pour notre nation

    Comments are closed.