Poursuivie pour enlèvement d’un nouveau-né : Oumou Traoré dite Gnélé alias Batôma condamnée à 18 mois de prison ferme

    0

    Poursuivie pour enlèvement de personne, Oumou Traoré dite Gnélé alias Batôma a reconnu les faits qui lui étaient reprochés et a pris 18 mois de prison ferme. Les faits !

    Courant 2017, Oumou Traoré dite Gnélé alias Batôma et Aminata Traoré se retrouvèrent sur le site d’orpaillage de Forogo dans le village de Chakabougou (cercle de Kangaba) et nouèrent amitié. Aminata Traoré tomba enceinte des œuvres d’un certain Alpha Touré qu’elle a rencontré sur ledit site. Inquiète de retourner avec sa grossesse indésirée dans son village natal à Baraouéli (dans la région de Ségou) où elle était fiancée à un autre garçon, Aminata Traoré sera accueillie et logée chez Oumou Traoré sur le site minier. Aminata Traoré sera convaincue par cette dernière de regagner Bamako afin de faciliter son accouchement. C’est ainsi qu’Aminata Traoré fut hébergée à Daoudabougou chez une de ses soi-disant tantes ou mère avant qu’elle ne se rendit elle-même à KatiSananfara chez son copain Adama Diallo à qui elle fit croire qu’elle fut enceintée par ce dernier.

    Courant mars 2017, Aminata Traoré accoucha d’une fille et Oumou Traoré dite Gnélé alias Batôma la rejoint 5 jours plus tard à Daoudabougou afin, dit-elle, de l’accompagner ou l’assister dans sa maternité. Ainsi, elle invita Aminata Traoré à aller prendre son bain en laissant sous sa garde le nouveau-né. Lorsqu’Aminata Traoré se rendit dans la salle de bain, Oumou Traoré dit Gnélé alias Batôma en profita pour disparaître avec le bébé, sans destination connue.

    Après 2 ans de cabale avec l’enfant et sur renseignements fournis par son copain Adama Diallo qui a rendu visite à la soi-disant tante ou mère indiquée, Oumou Traoré dite Gnélé alias Batôma fut appréhendée et interpellée par le Commissariat de Police du 1er arrondissement de Kati qui ouvrit une enquête, à la suite de laquelle Oumou Traoré dite Gnélé alias Batôma fut poursuivie puis inculpée devant le magistrat instructeur pour enlèvement de personne.

    Oumou Traoré dite Gnélé alias Batôma passe aux aveux

    Tant à l’enquête préliminaire qu’à l’information, l’inculpée Oumou Traoré dite Gnélé alias Batôma a plus ou moins reconnu les faits qui lui sont reprochés. Ella a soutenu qu’elle voulait adopter l’enfant avec l’accord de sa mère qui lui aurait confié son intention de se suicider plutôt que de se rendre à son village avec un enfant adultérin pendant qu’elle était déjà mariée à un autre. Oumou Traoré dite Gnélé alias Batôma a reconnu que face à la résistance de la mère du bébé, elle a enlevé l’enfant à l’insu de celle-ci avant de disparaître et se refugier durant 2 ans dans sa famille paternelle sise à Kati Faladiè. Elle sera dénoncée par son amant Adama Diallo.

    Oumou Traoré dite Gnélé alias Batôma a reconnu aussi avoir simulé une grossesse des œuvres de son amant avant de faire passer le nourrisson enlevé pour lui avoir donné naissance. Tous les subterfuges dans le dessein de s’occuper d’Aminata Traoré et de l’aider à mieux supporter sa grossesse, faciliter son accouchement et son hébergement, n’avait que seul objectif de s’emparer frauduleusement du nouveau-né pour en faire son éventuelle progéniture.

    Ces comportements de l’inculpée dénotent de sa volonté sans équivoque de commettre sciemment son forfait. Les éléments ainsi réunis constituent des charges suffisantes pouvant justifier le renvoi de l’inculpée devant la Cour d’assises pour y être jugée, conformément à la loi. L’inculpée Oumou Traoré dite Gnélé alias Batôma est considérée comme délinquante primaire, elle n’a jamais été condamnée.

    A la barre, elle a reconnu les fais qui lui sont reprochés. Elle est revenue l’Arrêt de renvoi. Mais seulement, elle a expliqué qu’elle voulait simplement aider Aminata Traoré afin d’épargner à  cette dernière l’humiliation et le suicide.

    Dans son réquisitoire, le Ministère public a proposé de maintenir Oumou Traoré dite Gnélé alias Batôma dans les liens de l’accusation, mais avec des circonstances atténuantes. Il a requis un an de prison. Cette proposition a été saluée par l’avocat de l’accusée, commis d’office. Il soutenu que sa cliente ne jouit pas totalement de ses facultés mentales. Il a plaidé coupable car sa cliente a reconnu les faits qui lui sont reprochés. “L’enfant a été enlevé à l’insu de sa maman, mais sans dessein car Oumou Traoré dite Gnélé alias Batôma avait déjà deux enfants. Il y a des interrogations par rapport à la nature profonde de ma cliente. La question de son équilibre mentale se pose. Je remets en doute le certificat médical de ma cliente élaboré par un médecin généraliste d’une infirmerie et qui prétend que l’accusée jouit de ses facultés mentales. Ma cliente n’est pas totalement responsable des faits qui lui sont reprochés. Mais elle est une Mère Theresa qui s’est bien occupée de l’enfant en question. Elle doit bénéficier de circonstances atténuantes”, a plaidé l’avocat avant de solliciter la clémence de la Cour.

    Dans son Arrêt, la Cour a condamné Oumou Traoré dit Gnélé alias Batôma à 18 mois de prison ferme.

                                                                     Siaka DOUMBIA

     

    Commentaires via Facebook :

    REPONDRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here