Région de Sikasso : L’OCS saisit plus d’une demi-tonne de produits pharmaceutiques contrefaits

    1

    Dans la journée du lundi 23 novembre 2020, un technicien de santé du nom de Seydou Berthé a été interpellé dans la localité de Loulouni, région de Sikasso pour « détention et vente de produits pharmaceutiques illégaux ». Son interpellation a été possible grâce à l’implication d’un habitant de la localité désirant garder l’anonymat. L’opération a été menée par les éléments du Commandant Moumouni Bengaly, chef de l’antenne OCS de Sikasso.

    Au total 540 kilogrammes de produits pharmaceutiques, détenus et vendus illégalement par le dénommé Seydou Berthé ont été saisis dans la localité de Loulouni, région de Sikasso. L’interpellé dispose d’un magasin de stockage situé auprès du marché de ladite localité. Cette importante quantité des produits pharmaceutiques contrefaits est composée de plus d’une demi-tonne soit 540 Kilogrammes.

    Outre, la détention et vente des produits pharmaceutiques contrefaits, l’interpellé est aussi accusé pour un exercice illégal du métier de la médecine sans expérience requise dans le domaine. Selon nos informations, M. Berthe pratique cette activité depuis quatre (4) ans.

    Par ailleurs, selon les mêmes informations, le 540 kilogrammes des produits sont composés de plusieurs de médicaments parmi lesquels on  peux citer: de 500 Mg de paracétamol, 500 Mg d’Amoxilline, 200 Mg d’Efferalgan, 200 Mg d’Ibuprofène, de Cotri, de Métronidazole, de 500 Mg l’aspirine, de Zebedol, ainsi que 300 Mg de Quinine.

    S’agissant de produits injectables, on peut noter 1000 Mg de Ceftrixi, de Sérum glucose 10%, Sérum sale 0,9%, de la vitamine C, 500 Mg de Ringer Lactate,   20 Mg de l’Arttemether, 1G de Ceftriazone, 4Mg de Dexamethazone, 10 CC de Seringue, de Cathéter, de Furosémide, 20 Mg de Quinine, 1 G de l’Ampicilline entre autres.

    Selon nos sources, l’interpellé ne dispose aucun document l’autorisant à faire la vente des produits pharmaceutiques. C’est qui explique que M. Berthe dispose depuis un certain moment un dépôt de vente illégale des produits pharmaceutiques.

    Il passe, par ailleurs, chaque semaine ses commandes auprès d’une société dépositaire de produits pharmaceutique, situant dans la ville de Koutiala. Cette société peut fournir des produits d’une valeur 1 000 000 de F CFA par semaine. En outre, M. Berthe ne disposant aucune formation dans le domaine de la médecine et n’ayant pas de document l’autorisant à exercer cette activité fait de lui un arnaqueur de grande espèce, un danger pour la santé des habitants de cette localité.

    Contacté par nos soins, le président de l’ordre des pharmaciens du Mali, Badra Wade a évoqué les conséquences de la vente des produits pharmaceutiques contrefaits. Selon lui, la plupart de ces pratiquants ne connaissent pas le dosage, la date de péremption…des produits. M. Wade affirme également que cette pratique a d’énormes conséquences économiques.

    B. Guindo et Ibrahim Djitteye

    Commentaires via Facebook :

    1 commentaire

    REPONDRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here