Zégoua : A la poursuite d’un prétendu vendeur de drogue, ils dévalisent un vendeur de médicament

    1

    Des porteurs d’uniforme soutirent 150 000 F CFA à un commerçant… la restitution fut imminente !

    Zégoua, samédi  25 Avril 2015. Ce jour de la foire  a été marqué par un fait drôle.  Un imposteur (Douanier), avec à ses services un garde et deux gendarmes,  était à la poursuite d’un prétendu vendeur de drogue provenant de la Commune de Fourou.  Saisis par ce Civile-Douanier, les trois porteurs d’uniforme abandonnent leur poste ; le Garde en service devant la Caisse Kafo Djiguinè et les deux gendarmes à la sortie au poste de contrôle. Irruption à l’improviste dans le marché. En ce lieu, ils tombent sur un vendeur de médicament par terre.  L’homme en question, qui vient chaque samedi de Kadiolo pour la foire, a été confondu à celui décrit par le Civile-Douanier  aux porteurs d’uniforme ? Bien non ! Il était juste assis à côté de l’endroit indiqué. A cette place, il n’y avait personne. Celui recherché avait plié bagage et personne ne savait où il était allé. A la surprise générale de tous, les hommes en tenue s’en prennent  au vendeur ambulant. Par coup de force, il est conduit vers un endroit, loin des regards et de tout soupçon. Sa chemise transformée en haillon (effet de la force), il est menacé… et pour échapper à toutes poursuites certainement judiciaires, l’homme est appelé à payer 150 000 F CFA.

    Choqués par les faits à leur (ses connaissances sur place) expliquer, il lui (la victime) a été  conseillé d’aller voir le Chef de village. Il en fait ainsi… Ce dernier le renvoie à son tour chez le maire de la Commune rurale de         Zégoua.

    Epaté par les faits, les hommes en tenue ont été interpellés par les élus communaux.  Et l’adjoint au maire leur (hommes en tenue)  aurait posé quelques questions. Avez-vous des preuves matérielles contre le Monsieur ? Et même si cela s’avère vrai est-ce qu’il est normal de lui prendre  de l’argent et le laisser continuer avec la salle besogne ?  Ils seraient restés sans voix !

    L’affaire est expliquée au sous-préfet.  Celui-ci, sous le choc de cette injustice par la loi du plus fort, aurait demandé aux hommes en tenue de restituer les sous séance tenante. Quelque moment plus tard, le vendeur est remboursé.  Et  le Douanier ? Dieu seul sait où il se trouvait en ce moment. Il a lui aussi disparu.

    Cette attitude des trois hommes en tenue a irrité la population de Zégoua.  Ce qui est incompréhensible pour quoi ceux-ci  ont-ils abandonné leur poste pour cette opération ? L’on sait qu’à même que leur pouvoir  est légitime respectivement devant la Caisse Kafo Djiguinè et le Poste de Contrôle.

    Par ces pratiques de tracasserie, la frayeur se lisait sur les visages des commerçants. Nombreux, joints au téléphone, disent être victimes de l’abus de pouvoir des porteurs d’uniforme.  Le jour de foire est un jour exceptionnel de la semaine, au moment duquel commerçants des trois pays frontaliers (Burkina-Mali-Côte d’Ivoire) se retrouvent à Zégoua. Dans les normes, la libre circulation devrait être autorisée… par peut être des mesures d’accompagnement c’est-à-dire des contrôles.

    L’affaire est-elle close ? Eh bien oui ! Ce qui n’est pas aussi normal. Ces hommes en tenu ont violé le servent. Ce qui nécessite une poursuite judiciaire et des sanctions au bout du tunnel.

    Boubacar Yalkoué

    Commentaires via Facebook :

    PARTAGER

    1 commentaire

    Comments are closed.