Contrôle physique des fonctionnaires : Une situation de ‘’doux-amer’’ !

0

Le contrôle  physique des agents de l’Etat initié par le gouvernement n’est pas sans préjudices pour certains agents, malgré son importance si capitale pour le Pays. Ne serrait ce qu’il permettra de déceler ces agents fictifs qui perçoivent des faux salaires au nom de l’Etat. En tout cas une agente de la santé de Bamako, obligée d’aller jusqu’à Diema pour faire son contrôle n’est pas prête à oublier de sitôt ce processus du gouvernement actuel.

Si au début des opérations, c’était la panique généralisée dans certains services publics, le processus de contrôle physique des agents de l’Etat  avec le temps est entrain de causer de préjudices à certains agents, obligés de parcourir des centaines, sinon des milliers de km pour aller faire leur contrôle ailleurs. C’est le cas de cette agente de santé du nom de N.Coulibaly.

Selon la pauvre dame, son triste sort n’est la faute des agents en charge du contrôle mais plutôt de l’administration de son service d’origine.

A ses dires, elle a été mutée à Bamako depuis 2011. Ne se doutant de rien, elle percevait son salaire dans une banque de la place, jusqu’au début de ce processus de contrôle physique, où on lui a fait savoir que son nom continue d’émerger sur la liste du personnel de son service d’origine (Diéma). Qui est rattaché à la Direction Régionale de la Santé de Kayes.

N’ayant pas d’autre choix, elle est condamnée à effectuer le déplacement pour aller faire son contrôle jusque dans ce cercle de Kayes. Un gâchis pour l’Etat aussi, car cela prouve qu’elle percevait depuis longtemps les primes de zone de Kayes étant à Bamako.

Si, elle se plaint de cette souffrance, un autre agent qui est à Bamako aussi, selon nos informations s’est beaucoup réjoui après son passage à son service d’origine à Koulikoro pour le contrôle. Car selon lui, cela lui a permis de connaitre son vrai salaire. Une augmentation de 60.000f qu’il ne percevait pas depuis quelques années.

Des rumeurs font croire aussi qu’au niveau d’un service militaire, une importante somme est restée après le contrôle alors qu’avant après les paiements, la caisse restait vide.

Modibo Dolo

Commentaires via Facebook :

PARTAGER