Promotion du Genre au Mali : L’Institut Panos Afrique de l’Ouest lance « Femmes : Occupez les Médias »

0

La ministre de la promotion de la femme, de l’enfant et de la famille, a procédé ce jeudi 8 juin 2017 au lancement du projet FOM( Femmes :  occupez les médias »  au Centre Aoua Kéïta de Bamako. C’était au cours de l’atelier de stratégique relatif audit projet organisé du 8 au 9 juin 2017 par  l’institut Panos Afrique de l’Ouest.  

Une quarantaine de personnes de la société civile, des leaders religieux,  des Institution  et des médias  , participent  à cet atelier  de deux jours dont le thème est   « Femme : occupez les médias » . Il s’agit d’un nouveau projet initié par l’ Institut Panos Afrique de l’ Ouest d’une durée de 5 ans, financé par le ministère des Affaires Étrangères des Pays-Bas pour « Bâtir un espace de communication démocratique pour le changement et la justice sociale en Afrique » . Et pour la directrice générale du Panos, Diane Senghor, cet atelier vise à   renforcer ses participants sur les droits civils et politique des femmes  d’une part. Et d’autre part  le projet FOM  est un instrument de plaidoyer pour lutter contre les violences basées sur le genre. En effet, comme l’a rappelé  la directrice générale de Panos lors de l’ouverture des travaux ,  nonobstant certaine avancée dans la promotion du genre , le Mali fait face à une faible participation des femmes et elles sont souvent reléguer au second plan lors des  prises de décisions.  Une tare que compte corriger  l’ ensemble des acteurs de cet atelier avec la collaboration de la ministre de la promotion de la femme, de l’enfant et de la famille, Mme Oumou Touré.  Pour qui les questions relatives aux droits des femmes sont à négocier en prenant en compte les pesanteurs socio-culturelle.  Car comme l’a déclaré la ministre, le Mali a ratifié les  différentes conventions internationales prônant le droit et la promotion des femmes au lieu d’ériger des antagonismes entre hommes et femmes ,  il est urge de sensibiliser les populations pour défendre et respecter les spécificités humaines.

Khadydiatou SANOGO

Commentaires via Facebook :

PARTAGER