Foncier à Sénou- Lafiabougou : les populations se mobilisent contre un ancien ministre

2

maliweb.net- La place publique de Sénou- Lafiabougou en commune VI du district de Bamako a abrité, ce dimanche 02 mai, une mobilisation exceptionnelle. Les habitants sortis nombreux ont accusé l’ancien ministre Amadou Dem de vouloir démolir des milliers de maisons sur la base de « faux titres fonciers ».
L’appel de l’imam local, dans sa prière introductive, à « ne pas laisser la passion dominée la raison » n’a apparemment pas été entendu. Face à la menace de voir sa maison démolie et se retrouver avec femme et enfants dans la rue, on n’entend mal la voix de la raison. En effet, les maux ont été très durs contre l’ambassadeur et ancien ministre Amadou Dem qui réclame sa propriété sur un espace de sept hectares à Sénou- Lafiabougou.
« On ira plus à la justice, notre justice se fera sur le terrain ici », a proclamé Seydou Goïta, un des intervenants, sous les applaudissements nourris du public. Entre les habitants de Sénou-Lafiabougou et Amadou Dem, le processus judiciaire a commencé en 2012. Cette année-là, Dem saisit le Tribunal de première instance de la Commune VI, pour « occupation illégale » de son titre foncier. « Le tribunal lui a clairement dit que ses documents étaient faux », a indiqué Tidiane Tamboura, porte-parole des habitants.
Croyant que le droit a été définitivement dit, les habitants sont passés à la recherche du pain quotidien. Cependant, en 2018, une nouvelle plainte est introduite devant le même tribunal pour la même affaire. Là, selon Tamboura, le nouveau juge, « avec les mêmes éléments du dossier » a donné raison à Amadou Dem. Les appels devant la Cour d’appel de Bamako et la Cour suprême n’ont rien changé au nouveau jugement.
La solidarité contre l’injustice….
Parce qu’ils s’estiment victimes d’une justice à double vitesse, les populations de Sénou- Lafiabougou ont formé une large coalition contre les prédateurs fonciers. Ainsi, le Collectif des victimes de démolition de la zone aéroportuaire a rejoint le combat, tout comme des délégations venues des villages environnants. Aux dires d’Aboubacar Sidiki Kanta du Collectif des victimes de démolition de la zone aéroportuaire, la solidarité est la seule solution contre les injustices dans le foncier. «Quand un village est attaqué, tous les villages voisins doivent s’associer pour la lutte », a-t-il indiqué, faisant recours au mythe des trois vaches dévorées une à une par un lion.
Mamadou TOGOLA/maliweb.net

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. Un promoteur immobilier “Youssouf Diallo” aussi prétend être propriétaire de plus de 70 hectares à Sénou Ouest (Belekan), Cité des Gendarmes.
    Depuis des mois, certains pauvres habitants de la zone dorment à peine, à cause de cette histoire.
    Comment une chefferie traditionnelle (Dougoutigiw) peut-elle vendre un tel espace à un particulier? Comment l’Etat aussi peut fermer les yeux sur ces insuffisances dans le foncier?
    La terre n’appartient -elle pas à l’Etat?
    Cet Etat ne doit-il pas jouer le rôle de régulateur?
    Vivement la bonne gouvernance au Mali!

  2. Corrupt judges stupidly put themselves in due harm way. That is shame to justice. In this matter it seem those who have money are using corrupt judge to rob others plus their families of their homes. That often create rage. Those possessing Rage of sort are not reasonable being they have not been treated with just reasoning. Only stupid corrupt judge would create that rage in others.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here