Un jour une histoire : 28 février 1978 – 28 février 2021, il y a 43 ans : La “Bande des trois” sous l’éteignoir

61

Le Comité militaire de libération nationale (CMLN) sous l’orage

Le 28 février 1978, la cohésion et la complicité au sein du Comité militaire de libération nationale (la junte qui a renversé le régime socialiste du président Modibo Kéita) volent en éclats à la suite de l’arrestation de ses hommes forts, surnommés la “Bande des trois” (Tiécoro Bagayoko, Kissima Doukara, Karim Dembélé). Cela a occasionné un véritable orage dans la capitale avec son lot d’interrogations parce que personne ne s’y attendait. La réalité était que le président Moussa Traoré venait de se débarrasser de ses camarades qui, à son analyse, entravaient sa conduite des affaires de l’Etat. Qu’est-ce qui a réellement provoqué cette rupture entre ces compagnons d’arme qu’on croyait inséparables ? Comment les arrestations ont été opérées ? Les procès ? Les propos contradictoires des bourreaux et des complices ? Quarante-trois ans après et dans le souci de nous remémorer l’Histoire du Mali, nous revenons sur ces événements qui ont constitué  un tournant décisif et déterminant pour la suite du régime de Moussa Traoré.

Le point de départ de la discorde entre les membres du CMLN, fut la réunion du 6 janvier 1978. Pourquoi et comment ? D’habitude le président Moussa Traoré discutait avec Tiécoro Bakayoko dit Django et Kissima Doukara avant chaque remaniement ministériel. Mais personne n’était au courant d’un mouvement gouvernemental ce 6 janvier. Kissima devait quitter le ministère de la Défense, de l’Intérieur et de la Sécurité pour celui des Transports et des Télécommunications, Karim Dembélé irait aux Affaires Etrangères, ainsi de suite.

Le président Moussa Traoré, juste avant la réunion s’est confié à Charles Samba Sissoko. Celui-ci rendra compte au duo de choc Tiécoro-Kissima. Le ministre de la Défense, de l’Intérieur et de la Sécurité, très furieux, décida aussitôt de retourner à Kati pour se préparer. Django, lui fera alors savoir que son absence à la réunion serait mal interprétée. Par prudence, ils demanderont au commandant de la Compagnie para, le capitaine Sounkalo Samaké (ami inséparable de Tiécoro Bagayoko) de prendre des dispositions de sécurité.

Cette intention du président Moussa Traoré a fait l’objet d’une bombe dans le cœur de la “Bande des trois” et venait confirmer le malaise qui couvait au sein de l’organe dirigeant militaire. Lors de la réunion, le président après avoir planté le décor, fit une proposition rejetée par une contre-proposition de Tiécoro Bagayoko. Les débats se sont poursuivis et à un moment donné, Kissima a attiré l’attention du président sur l’heure de la prière. Une pause est intervenue. Elle a permis aux frondeurs de se construire une majorité.

A la reprise, les débats n’ont pas permis de s’entendre et finalement un vote s’en suivra. Un exercice qui mit le président en minorité, avec comme conséquence le maintien de Kissima Doukara à son poste de ministre de la Défense, de l’Intérieur et de la Sécurité. Les rancunes ont pris forme surtout qu’à la pause Moussa Traoré a été surpris de voir un dispositif de la Compagnie para pour cerner la réunion. Pour s’assurer de la position et de la loyauté de Sounkalo Samaké, le président lui a demandé si sa présence à la réunion avec un tel dispositif était spontanée ?

Le capitaine Sounkalo Samaké répondra oui. Mais après recoupement Moussa Traoré s’est rendu compte qu’il était là sur ordre de son ami Tiécoro Bagayoko. Cette attitude du commandant de la Compagnie para confortera le président dans ses analyses, avec un détail très important : la complicité entre Tiécoro et Sounkalo par rapport à ce qu’il soupçonnait, la déstabilisation de son pouvoir.

De plus, des tracts sur le couple présidentiel avaient circulé avant la réunion du 6 janvier 1978. Le président Moussa Traoré savait que Charles Samba Sissoko était au courant des intentions de ses camarades. Il savait également que Kissima Doukara avait chargé Tiécoro d’informer Charles Samba qu’il dirigerait la junte à l’issue du coup d’Etat (le capitaine Sounkalo Samaké dans son livre “Ma vie de soldat” a confirmé cette hypothèse, mais sous une autre forme).

Mieux Moussa savait aussi que ses adversaires ont été informés par Charles de son intention lors de la réunion du 6 janvier. Ce qui a fait échouer son plan. Enfin durant tout ce temps, Charles Samba n’a pas pris son courage à deux mains pour informer le président Moussa Traoré.

A la lumière de toutes ces analyses et preuves réfutables, le président Moussa Traoré s’est fait  une idée sur la conduite à tenir pour neutraliser les frondeurs. Il s’est montré patient jusqu’à ce mardi 28 février 1978. Entre-temps, les relations entre les héros du 19 novembre 1968 s’étaient tellement détériorées que l’enfant de Séfétou dut passer à la vitesse supérieure, appuyé par un certain Youssouf Traoré.

Les arrestations

Dans cette même rubrique, le colonel Youssouf Traoré nous a dit que c’est le lundi 27 février 1978 au soir qu’ils ont eu l’information que la “Bande” de Tiécoro envisageait de renverser le pouvoir, le 3 mars. Après un entretien téléphonique avec le président Moussa, il a été décidé de tirer toutes les conséquences de cette information. Youssouf a envoyé le gardien du Comité au marché pour acheter pour 2000 francs maliens (1000 F CFA) les cordes qui allaient servir à ligoter leurs adversaires.

Le mardi 28 février 1978, Moussa Traoré appela un à un ses compagnons. Le colonel Youssouf avait préparé de jeunes militaires, ceux-ci surgissaient pour surprendre celui dont le tour était arrivé. Avant midi, les ténors avaient été arrêtés et mis aux frais. Charles Samba Sissoko qui était en mission, sera cueilli de retour à son bureau par Youssouf Traoré et de jeunes soldats. Ensuite ce fut la purge à plusieurs niveaux, notamment les commissaires de police.

Et sans surprise Kissima Doukara et ses compagnons cassés de leurs grades sont renvoyés devant la Cour spéciale de sureté de l’Etat (CSSE), pour un procès qui a duré du 18 au 21 octobre 1978  avec comme ministère public Alassane Bèye. Face à lui une pléiade d’éminents avocats menée par Me Demba Diallo.

A quoi pouvait ressembler ce procès ?

L’éminent avocat français Jacques Vergès, militant politique et écrivain franco-algérien dans son roman “De la stratégie judiciaire” a dit que les procès quels qu’ils soient au pénal peuvent être rangés en deux grandes catégories : le procès de connivence et le procès de rupture. Le procès de connivence est le procès courant où les magistrats et les avocats sont décidés à jouer le jeu, avec comme verdict une sanction légère afin de permettre à l’inculpé de se ressaisir pour retrouver sa société. Le procès de rupture est celui de la cassure irréparable, où on ne cherche pas d’arguments, mais éliminer l’adversaire, comme le procès de Louis XVI en France.

Ce procès de la “Bande des trois” appartenait à quelle catégorie ? L’introduction du réquisitoire du ministère public a suffi pour comprendre qu’il s’agissait plutôt d’un procès de cassure. Parce qu’il ressort du dossier d’enquêtes que  la bataille juridico-judiciaire avec les avocats de la défense ne serait pas facile. Et cela pour trois raisons : la gravité singulière des faits (attentat contre le gouvernement légal de la République, complicité d’attentat, non dénonciation calomnieuse, provocation d’attroupement), les fonctions particulières importantes des accusés, la dégradation de l’image d’un officier digne de ce nom.

Il est évident que si la défense estime que les faits accablent ses clients, elle peut plaider coupable et demander des circonstances atténuantes. Dans le cas contraire, elle se met dans la peau des accusés, c’est-à-dire entrer en collusion avec eux pour démonter les éventuelles élucubrations de l’accusation.

Mieux le ministère public aussi peut requérir à décharge, en concluant que ses services ont mal travaillé. A défaut de s’entendre sur l’essentiel, c’est-à-dire la manifestation de la vérité, chaque partie dans ce procès sort la grosse artillerie pour gagner cette bataille juridique.

Après trois jours de débats contradictoires, émaillés de passages à la barre des accusés, de confrontations, le ministère public Alassane Bèye prit la parole pour ses réquisitions, introduites par des observations liées à la qualité de sa voix. L’extinction de voix qui l’a frappé à vingt-quatre heures de sa prise de parole, a selon lui été mal interprétée, par la défense. Laquelle estimait qu’il n’est pas très sûr de pouvoir bien enfoncer ses clients.

Certes, il ne criera pas pour porter sa voix, mais il va la trainer jusqu’au bout. Cependant, vu l’importance, l’affluence et l’intérêt suscité par ce procès, il a souhaité qu’un tel procès ne puisse pas se tenir dans une telle salle à l’avenir. Raison pour laquelle il a exhorté les autorités à doter la justice malienne d’infrastructures dignes de ce nom.

A peine a-t-il terminé ses propos que l’un des avocats lui répliquera, en dénonçant sa position assise et l’obligera à solliciter l’autorisation de la Cour. Le ministère public qui a compris que les hostilités venaient de commencer, s’en référa au président pour qu’il soit dispensé de la station débout. Ce qui lui permettra d’avoir une différence entre la clarté de son esprit, et la faiblesse de son corps, malheureusement appréciée par la défense, dont il rappelle les propos discourtois tout en assurant qu’il tiendra bon pour asseoir son accusation.

D’emblée il a soutenu que le Mali de par son passé historique n’a pas besoin de se refermer sur lui-même, pour organiser un procès à huis clos, un jugement escamoté, des exécutions sommaires, contrairement à d’autres pays dont les pratiques dans des genres de situations sont connues. Toutes les presses ont été admises dans la salle, parce que le Mali ne veut rien cacher, malgré la gravité des faits.

L’avocat général a ensuite martelé que la loi permet aux accusés de mentir pour se défendre, mais regrettera qu’ils ont eux-mêmes compromis leur honneur, leur liberté et leur tête, à travers leurs actions subversives. De façon péremptoire, il mit en garde tout avocat du Barreau malien, qui, par son silence, sa duplicité renouvelée, se tairait ou ne viendrait pas au secours de la Cour pour faire avouer à son client que tout s’est passé conformément à la loi depuis la phase de l’instruction. C’est-à-dire qu’il n’y a pas eu de torture, ni de pression pour extorquer les aveux.

DE QUOI S’AGIT-IL ?

S’interrogera-t-il. Des infractions et d’événements prévus et punis par la loi. Alors commença pour le ministère public le fond de ses réquisitions qui consistèrent à démontrer le degré d’implication de tous les accusés. Il n’a épargné personne dans ce procès. En s’appuyant sur les procès-verbaux, l’aveu des inculpés, les recoupements faits par-ci par-là, qui collent aux faits, en analysant en amont la tension qui a régné au sein du CMLN.

Le représentant de la société a détaillé les faits. Il ressort de son réquisitoire que Kissima Doukara a contacté des officiers. D’abord Boureima Maïga à qui il rappela le nombre d’engins lourds de l’armée malienne en fonction, et lui dit qu’il envisage une action. Donc, il lui a instruit d’augmenter la quantité des BRDM confiés à un autre officier Lamine Kéita. Le fait d’avoir exécuter les ordres du ministre de la Défense est suffisant pour le ministère public pour conclure que Boureima Maïga est complice et coupable.

Quarante-huit heures après, toujours selon Alassane Bèye, Kissima Doukara a vérifié au niveau de Lamine Kéïta l’état d’exécution de ses instructions. Une fois de plus, il a dévoilé ses intentions. Ce denier au lieu de prendre son courage à deux mains pour informer le président Moussa Traoré de ce qui se tramait, a préféré envoyer des émissaires au président pour une médiation entre les protagonistes, ce qui n’a pas permis de concilier les positions tranchées des deux clans.

Pis, Lamine Kéita a rencontré le capitaine Sounkalo Samaké à l’Etat-major et apprendra par ce dernier que Kissima dit toujours d’attendre, malgré la disponibilité de sa compagnie. Face aux différents chefs d’Etat-major (Mamadou Mariko, Abdoulaye Diallo dit Dax, Alou Traoré), le ministre public a soutenu mordicus que Kissima leur a dit que le président ne l’aime plus, qu’il ne bénéficie plus de sa confiance, ajoutant que c’est fini entre eux mais que la guerre n’est pas finie. Et de marteler : “Si un jour le malheur fait que je parte de ce département, vous serez tous relevés”.

Cette déclaration était un alibi pour le ministre de la Défense pour embarquer ses acolytes. Bref, le ministère public s’est battu pour asseoir son accusation. Il a démontré comment Kissima a tissé sa toile avec les moyens de l’Etat, auprès des officiers et sous-officiers pour les préparer à son intention, c’est-à-dire la déstabilisation des institutions de la République. Raison pour laquelle, il l’a accusé d’avoir entraîné ses compagnons d’armes qui lui faisaient confiance dans cette galère de désespoir et de misère. Il le qualifiera de tonneau vide, d’officier qui cache son incompétence par l’arrogance.

L’angle d’attaque du ministère public pour asseoir ses accusations contre Tiécoro Bagayoko, (ancien directeur des services de sécurité) fut cette réunion du 22 février 1978 qui a réuni tous les commissaires de police du district de Bamako et le directeur de l’aéroport, également un policier. Selon l’accusation, cette rencontre qui a eu lieu à l’Ecole nationale de police a servi de cadre pour Tiécoro, pour informer d’une part ses lieutenants de la situation délétère qui existait désormais au sein du Comité militaire de libération nationale. D’autre part, de préparer la riposte sous la forme d’un coup d’Etat.

Sur ce point précis, le commissaire du 2e arrondissement, Yacouba Coulibaly nous a dit dans cette même rubrique qu’il n’a pas participé à cette réunion. Et le fait d’avoir été accusé par Moussa Traoré d’être le chef du peloton d’exécution est une contre vérité. Il s’est dit victime de ses relations d’amitié avec le directeur des services de sécurité.

Selon le ministère public, le tort des commissaires ne réside pas dans la participation à une telle réunion, mais leur silence coupable par rapport aux intentions de leur patron relative à la déstabilisation des institutions de la République.

De façon individuelle, Alassane Bèye a étalé le rôle de tous ceux-ci qui ont participé à la fameuse réunion du 22 février 1978.

Pourtant, l’ancien directeur des services de sécurité s’est comporté en responsable, en disculpant ses subalternes, comme pour dire qu’il est seul responsable des accusations formulées par le ministère public. Mais celui-ci n’a pas porté de gants pour étayer son accusation, et a même demandé au président de la Cour, de contraindre Tiécoro Bagayoko à présenter ses excuses pour des propos discourtois lors de son passage à la barre à l’endroit d’un ministre de la République. La réplique de l’ancien directeur des services de sécurité ne s’est pas fait attendre, face à ce qu’il considérait comme une attaque à son endroit. Il a fallu l’intervention du président de la Cour pour mettre fin à cette altercation entre Tiécoro et le ministère public.

Au bout de quatre heures d’horloge le procureur Alassane Bèye conclut que s’il pouvait exister dix peines de mort, il les aurait requises. Du coup, il requit la peine capitale contre l’ancien ministre de la Défense, Kissima Doukara. Pour les autres accusés il ne s’est pas prononcé sur leur peine. Mais demandera plutôt à la Cour de leur appliquer une sentence, à la mesure de leurs forfaits conformément à la loi.

Après ce réquisitoire de l’avocat général, la défense est montée au créneau pour les différentes plaidoiries et apportera une réplique aux accusations de son adversaire sur le prétoire. Premier intervenant, Me Demba Diallo, qui pour la première fois et en vingt-cinq ans d’expérience s’est présenté à la barre avec des notes d’audience parce qu’il mesurerait l’ampleur et toute la gravité de la situation. Autrement dit ce procès était loin d’être une affaire banale. Il soutiendra que le réquisitoire du ministère public n’entamera en rien la détermination de la défense qui ira jusqu’au bout pour tirer ses clients d’affaire.

D’entrée de jeu, il a souligné qu’il n’est un secret pour personne, que quelle que soit la gravité d’une affaire, et plus particulièrement en des circonstances qu’il vit, les rumeurs et les clameurs de la cité doivent être éteintes à l’entrée du prétoire. Pour la défense, elles se sont tues, elle les ignore et les ignorerons délibérément pour ne faire que son devoir, pas trop aisé. Il sollicita avec émotion la plus grande indulgence de la Cour.

Parce qu’il devait avec des maillons fragiles, humains défendre la dignité, l’honneur, la liberté et la vie d’êtres humains comme lui. Me Demba promit de ne pas faire quatre heures, mais se battra de son mieux pour défendre ses clients, en apportant le maximum d’eau au moulin de la Cour. Afin qu’au secret de sa délibération elle sache qu’en chaque être humain, il n’y a que du mal. Plutôt des traits de lumière et d’ombre. Et c’est en cela que se justifie la profession d’avocat, qui est parfois très ingrate.

Selon Me Demba, en tant qu’avocat il n’est pas là pour abuser des hommes qui ont les mêmes expériences et les mêmes connaissances que lui, et qui ont des cœurs d’hommes derrière les uniformes et les robes. Mais pour aider la Cour dans sa difficile mission de juger ses semblables. C’est ainsi qu’il renouvela sa confiance au juges, tout en regrettant que l’avocat général n’a pu rien démontre pour justifier ses poursuites. Il a défendu vaillamment individuellement ses clients avec des argumentations juridiques solides, et des démonstrations pour conclure que Kissima Doukara est à la barre pour sa mauvaise réputation et non pour un complot. Et cela est regrettable.

Me Demba finit sa plaidoirie par un cri de cœur, par rapport à la peine de mort requise contre son client Kissima Doukara. Il martèlera que la peine de mort est en train de disparaître dans le monde. Qu’en conséquence, le Mali un pays de vieille tradition, connu pour sa courtoisie, son hospitalité, ne devrait pas aussi tomber bas. Pour lui la peine de mort est indigne de notre pays. Sera-t-il entendu par la cour?

A sa suite d’autres avocats à l’image de Me Assane Sèye ont également joué leur partition pour convaincre les jurés à ne pas suivre l’avocat général dans sa logique de faire condamner leurs clients, dont il n’a pu démontrer au sens réel du terme leur culpabilité.

En un mot, tous se sont battus pour sauver la tête de leurs clients. Mais hélas ! Le verdict tel un couperet est tombé au bout de quatre jours de procès. Les peines sont lourdes  : peine de mort pour Kissima Doukara et Tiecoro Bagayoko, vingt ans de travaux forcés pour Karim Dembélé, le Compol Yacouba Coulibaly, quinze ans de  travaux forcés,  le capitaine SoungaloSamaké  dix ans de travaux forcés, les chefs d’Etat-major de l’armée de Terre et de la Gendarmerie écopent respectivement de cinq et dix ans d’emprisonnement, Charles Samba Sissoko prend cinq ans de travaux forcés……….

Ils comparaitront une deuxième fois devant la même CSSE, pour crimes économiques. Le jugement s’est tenu à Tombouctou les 8 et 9 mars 1979, avec une nouvelle peine de mort pour Kissima Doukara, 20 ans de travaux forcés pour Joseph Mara (il était le président de la Commission de lutte d’enrichissement illicite, mise en place pour traquer ses anciens compagnons. Malheureusement il se fera prendre banalement et les accompagnera d’ailleurs durant leur séjour à Taoudénit), 10 ans de travaux forcés pour Karim Dembélé, 5 ans pour Tiécoro Bagayoko. Tous les biens des condamnés seront confisqués.

Après ces deux procès tous les détenus à l’exception des femmes ont été transférés à Taoudénit sous une haute sécurité commandée par le lieutenant Lamine Diabira. En ces lieux régnait un homme du nom de lieutenant Almamy Niantao.

Les livres “Le Chemin de l’honneur” de Guédiouma Samaké, “Dix ans au bagne de Taoudénit” de Samba Sangaré, “Ma vie de soldat” du capitaine Sounkalo Samaké et le reportage de notre confrère de l’ORTM Sory Ibrahim Kéita sur le bagne Taoudénit suffisent pour comprendre que le Comité militaire de libération nationale avait créé ce centre de détention pour uniquement éliminer ses adversaires. Beaucoup de détenus y ont péri en effet. Ceux qui ont eu la chance de retourner, ont trainé les séquelles de cette détention  jusqu’à leur mort.

Quoi qu’il en soit, ce divorce entre les membres du Comité militaire de libération nationale fut regrettable. Aucun commentaire, aucune motivation ne pouvaient justifier cette guerre fratricide entre des gens qui sympathisaient dans le bonheur et dans le malheur. Ils sont devenus des ennemis mortels. La justice ne pourrait pas du tout les unir, mais elle a contribué à creuser le fossé entre eux. Raison pour laquelle nous avons posé dès le début la question de savoir à quoi ce procès pouvait ressembler.

Il a été celui de la cassure, comme écrit dans le livre de l’éminent avocat français feu Jacques Vergès. Même les enfants sont entrés dans la danse. Bref, c’est le désamour, la haine entre les parents des protagonistes. Au décès du président Moussa Traoré, des enfants de certaines victimes de son régime ont animé les réseaux sociaux avec des messages “On peut être le premier à aller à Ségou mais tout le monde ira à Ségou”.

Une mise en évidence du degré de haine qui frémit toujours dans les cœurs. Hélas !

O. Roger Tél (00223) 63 88 24 23

Commentaires via Facebook :

61 COMMENTAIRES

  1. VOILA LE MALIEN TYPIQUE, IL A PEUT-ETRE MEME FOUETTE LES DETENUS A TAOUDENI, IL LES A MEME PEUT ETRE ABATTU, L HYPOCRITE FAIT LE SAINT ET ACCUSE D AUTRES ICI!

    Mamadou NOMOKO 2 Mar 2021 at 03:31
    Merci M. Roger de ce récit des deux procès organisés contre la bande des trois : Tiecoro Bakayoko , Karim Dembele, Kissima Doukara et leurs compagnons et amis. Je sais qu’à l’époque tu étais enfant , mais ceux qui t’ont apporté l’événement sont sincères sans aucune exagération. Personnellement j’ai assisté aux deux procès à Bamako pour la déstabilisation des institutions de la république et à Tombouctou pour les crimes économiques. J’ai vu de mes propres yeux les détenus à Taoudenit entrain d’extraire du sel gemme et faire des travaux inutiles à pas de course sous les fouets et injures des soldats qui pourtant étaient placés quelques mois seulement sous leurs ordres . En résumé Moussa TRAORE etait un sanguinaire . J’ai compris la réaction des parents des victimes à la mort de Moussa TRAORÉ et je la partage . Tu ne peux pas faire de moi une veuve ou un orphelin à cause de ton pouvoir et que je t’aime . Moussa TRAORÉ est mort de mort naturelle et poutant il a fait tuer des dizaines de personnes pour se maintenir au pouvoir par tous les moyens . Plus de 40 ans , il y’a encore quelques rares survivants , qui pourront dire ce qu’ils ont vécu et même certains tortionnaires qui ont du sang humain sur la main . C’est vrai que nous irons un jour comme ces gens sont partis , mais je sais que lors du dernier jugement Moussa TRAORÉ n’aura pas la chance d’échapper à la couronne de feu qu’il a infligé aux autres .

    MADOU MOMOKO, IL N Y A PAS DE JUGEMENT DERNIER ! QUEL JUGEMENT DERNIER A TES CORELIGIOONAIRES QUI ESCLAVAGISENT< VOLENT< VIOLENT< VIOLENTENT DES SIECLES!

  2. @ FAARO: On peut dire tout ce que l’on veut mais GMT restera l’homme le plus cruel, le plus criminel et le plus sanguinaire du Mali. De 1968 a 1991 il ne s’est jamais arrete de tuer ses amis, ses compagnons, ses freres d’arme, des hommes, des femmes et des enfants. C’est cela l’histoire vraie de GMT, un homme sans pitie, sans vertu et sans humanite! C’est ce que l’histoire retiendra de GMT!

  3. Seydou, tu peux nous dire combien de fois GMT a ete en Algerie pour des sois medicaux? Tu es jeune et tu dois apprendre au lieu de discuter!

  4. INSTITUTIONS! RELIGIONS ! RACISM ! CAPITALISM! LE MEME SORT DES INDIENS D AMERIQUE, RESERVE AUX NOIRS D AFRIQUE!😊 LE DIEUISME 😊EST L NSTITUTION SUPREME QUI ALIMENTE LES AUTRES INSTTUTIONS DESTRUCTIVE!

    KINGUIRANKE,
    ES TU DU CERCLE RESTEINT DE CEUX QUI ONT CONNU GMT? TA CONCLUSION N ENGAGE QUE TOI, ET N EST VALIDE QUE POUR DES GENS QUI PENSENT COMME TOI. GMT A ETE UN HOMME D ETAT MALIEN./

  5. Sangre, merci de cloturer le debat.
    J’ai beaucoup de respect pour Kinguiranke.
    On peut dire tout ce qu’on veut de GMT.
    Mais il a ete digne jusqu’a sa mort…sans frais supplementaires pour le contribuable Malien.Il est mort chez lui.Pas a l’etranger.Il a toujours consomme Malien.Medecins, pilotes…

  6. On peut dire tout ce que l’on veut mais GMT restera l’homme le plus cruel et le plus sanguinaire du Mali. De 1968 a 1991 il ne s’est jamais arrete de tuer ses amis, ses compagnons, ses freres d’arme, des hommes, des femmes et des enfants. C’est cela l’histoire vraie de GMT, un homme sans pitie, sans vertu et sans humanite!

  7. Sangre a sagement cloture le debat, reste a ce qu il soit sage lui meme, au Mali, le probleme c est la sagesse des actes mais celle des paroles ne manquent pas, l intolerence est sur les levres mais pas dans les faits, la solidaritee est sur toutes les levres mais dans la croyance importee, chacun a dans le subconscient que que dieu donne a un et un a un, que chacun sera seul dans sa tombe, que le jugement dernier sera personel, et biensur le telephone portable jusqu au dieu en question est personel, tout est devenu perso, dans le pays ou les greniers etaient communs, les champs communs, la destinee commune!

    LES ENVAHISSEURS ONT CREE PARMI LES ORDINAIRES, DES AGENTS-SPECIAUX, OU AGENTS-SPACIAUX QUI NE LAISSENT PLUS DE PLACES A LA SOLIDARITE, A LA SAGESSE COMMUNE ET AU DEVENIR COMMUN, ILS ONT FAIT DES EGOISTES-DES ELITES! DES VOLEURS, MENTEURS, VIOLEURS, VIOLENTEURS D ELITES ,TOUT COMME EUX et PIRE QU EUX, PUISQUE CASTING DE CHEZ NOUS!

    • Écoutons nous mutuellement pour rendre le linge propre ! Personne n’est au dessus du lot pour prétendre à la sagesse ! Les autres voient ce que je ne vois pas !

  8. Tous ceux qui ont dirigé le Mali ont fait des fautes ! Ils sont tous des bons cotés et des mauvais côtés ! Chaque camp a droit à un bilan impartial pour édifier les générations futures dans la construction d’ un Mali meilleur ! Chaque malien a son mot à dire et doit être écouté pour enrichir le débat !

  9. Seydou c’es t faux ce que tu dis, les militaires comme Diby Silas Diarra sous Modibo Keita n’ont jamais fui la guerre et l’ont toujurs gagnee et c’est vrai mais sous GMT les militaires ont deja fui c’est pourquoi nous avons eu le accords bidons de Tamarachet et sous AOk il y a eu les flammes idiotes de la paix quand AOK a brule nos armes au nom the la ‘paix”

  10. Zie, je me demande si les agents du poste frontalier de Hèrèmakono se sont battu meme.Ils ont pris la poudre d’escampette, laissant aux mains des terroristes tout ce qui appartient a l’etat:armement, voitures, batiments…Cela se passe ainsi un peu partout au centre, au nord.
    Comment voulez-vous qu’on gagne cette guerre?
    Nous Africains ne bougent pas sans baton.
    Les militaires Maliens n’ont jamais fui les combats sous GMT ou Modibo. Qui osait?
    Quand on dit a un detachement militaire de ‘tenir le check point’ ils savent ce que cela veut dire.Ou le poste est bien tenu et l’ennemi est neutralise, ou le poste est pris par l’ennemi et eux militaires sont morts.On envoie un autre detachement.
    Cela veut dire qu’il ya pas d’autorite au Mali et c’est tres grave.Car les ordres ne sont pas suivis.
    Un chef doit faire peur et non avoir peur.
    Les Haidara et Cherif de Nioro font trembler nos resposables.
    L’Almamy Balla Kalle, Paix a son ame, tremblait devant GMT et non vis versa!

  11. Seydou, ce que GMT a fait pendant longtemps (1968-1991) avec une armee bourgeoise et obese a eu des consequences tres lointaines et nous allons pas les ignorer du tout!

  12. Apparemment Zie y voit plus clair.

    J’avais envoye cette reponse hier soir a Kinguiranke.
    Zie, comme moi n’est pas d’accord avec vous quand vous accusez GMT.

    Quand a l’armee, cela fait 30 ans que GMT n’est plus au pouvoir.Je connais des pays qui ont eu leur independance en 1990, ou des pays qui n’avaient pas d’armee en 1990 mais qui ont une vraie armee Aujourd’hui.En 30 ans on construit une armee.En 8 Ans Modibo a construit une armee tres forte que GMT a entretenue.

    Qu’a fait les democrates de l’armee Malienne depuis 1991? Et on continue d’accuser GMT pour cela?

    Soyons serieux.

    Kinguiranke, tu es un grand intellectuel.

  13. Zie quand on a des colonels en papier comme Mala Konare le fils d’Alpha Konare que veux-tu? Nous allons perdre notre Nation et c’est tout!

  14. L’état actuel du pays n’est pas un lueur encore moins des mensonges. Le Mali aujourd’hui n’a plus d’Etat ! La raison : LA CORRUPTION.

    Même dans la région de Sikasso, les agents de l’Etat sont entrain d’abandonner leur poste.

    Hier soir, le poste de Hèrèmakono à la frontière du Burkina a été attaqué. Les postes de la douane, de la gendarmerie, et de la police ont été pillés et incendiés. Les pauvres ont tout simplement fuient.
    Je le répète, dans dix ans maximum, ces gens là seront à Koulouba. La raison : LA CORRUPTION.

  15. Zie tu ecoutes trop les mensonges de Choguel Maiga un petit de GMT, liberes ton esprit, car il y a eu des fautes qui ont mis le Mali sur la mauvaise pente et que les democrates (Alpha, Boubeye et autres) ont exacerbe car ils avaient peur de l’armee Malienne!

  16. C’est terrible ! Moussa Traoré est parti des affaires depuis 1991, 30 ans. C’est suffisant pour corriger tout. Les trentes glorieuses en Europe ont vu les principaux protagonistes de la seconde guerre mondiale de remettre leur économie debout. Même des pays comme la Corée du Sud c’est rétabli en trois decemie. Et 30 ans après, on met le chapeau à Moussa !
    Avec lui au moins, la colonne vertébrale de l’Etat qu’est l’Armée était solide. Il l’a dit lui même, que la France a arrêté les colonnes djihadistes a Kona avec deux hélicoptères et deux Mirages 2000. Or il avait laissé suffisamment pour qu’on puisse se défendre.

    Lui avait laissé 36 Mig et plusieurs hélicoptères dont un des pilotes est Ba N’Daw. Les Mig ont été vendu au Pakistan qui s’en sert comme avion d’exercice face aux avions américain qui équipent leur armée, et ça, contre l’avis des Russes qui ont été obligés de changer beaucoup de choses dans leur dispositif car disent-ils, ils avaient vendues des modèles plus avancés au maliens.

    Qui a fait ça ? Les démocrates convaincus et patriotes sincères. En trente ans, ils ont vendu le Mali et les djihadiste qui sont aux portes de Bamako finiront par chasser l’Etat dans sa forme actuelle et finiront par créer un État Islamique. Rien à faire ils y arriveront comme en Afghanistan.
    La corruption c’est tellement installer dans le pays qu’il est impossible de corriger avec ceux qui se tapent la poitrine avec des diplômes européens et, qui sont les vrais malheurs du pays.

  17. AVONS NOUS DES ARCHIVES ET DES HISTORIENS!? QAFRIHW! Nous sommes dans l ere des enfants soldats des francais et des arabes, devenus adultes et politiciens ou responsables religieux!

    AVONS NOUS DES ARCHIVES ET DES HISTORIENS! QAFRIHW! 28 Fév 2021 at 18:55
    SI LES ACTEURS DE CETTE PERIODE GMT SE TAISENT ALORS JE NE VOIS PAS DE RAISONS POURQUOI NOUS POLEMIQUIONS ICI?

    CE QUI SONT TEMOINS PROCHES DES ACTEURS DE 1968 A 1991 DOIVENT ETRE APPROCHES ET LEURS PENSEES RECUEILLIES, LES ARCHIVES MIS A LA DISPOSITION DE NOS HISTORIENS SI NOUS EN AVONS!

    les enfants soldats des arabes (imams et cherifs marabouts) les enfants soldats des francais (elites politiques), les etrangers ont fabrique des maliens enemis des maliens, des africains enemis de l afrique…

  18. IL N Y A PAS ENCORE EU UNE ECOLE MALIENNE! IL YA UNE ECOLE FRANCAISE MAIS AVANT ELLE UNE ECOLE ARABE! LES ENFANTS SOLDATS POUR ARABES ET FRANCAIS!

    SANGARE!
    LE SEUL PROBLEME DE L ECOLE MALIENNE C EST CETTE ECOLE MEME, SON ESSENCE ET SA MISSION, QUI NE SONT PAS DEPUIS SA CREATION DURANT LA COLONISATION, DESTINEES A SERVIR LE PEUPLE MALIEN, LA TERRE MALIENNE, A TRACER UN AVENIR ET UN DEVENIR POUR LE PEUPLE MALIEN ET LA TERRE MALIENNE!

    UNE ECOLE QUI A CREE ET CONTINUE A CREER DES SERVITEURS DE LA FRANCE ET QUAND ELLE EST APPELLEE CORANIQUE, ALORS DESTINEE A FORMER DES IDIOTS RECITEURS ET VIOLENTS AU SERVICES DES ARABES!

  19. Seydou
    Le bilan d’un PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE est déterminé par l’héritage qu’il a laissé.
    C’EST ININTELLIGENT DE PENSER QUE LES PROBLÈMES DE L’ÉCOLE MALIENNE ONT COMMENCÉ AVEC L’ÈRE DÉMOCRATIQUE.
    MOUSSA TRAORÉ,après son COUP D’ÉTAT,a hérité d’un système d’éducation incontestablement souhaité.
    L’école,c’est d’abord l’AUTORITÉ DE L’ENSEIGNANT,ensuite le respect de L’EFFECTIF RECOMMANDÉ.
    Avant la chute de MOUSSA TRAORÉ,l’enseignant n’avait plus d’AUTORITÉ.
    Le régime militaire a délaissé le métier d’enseignant.
    Cela est incontestable.
    D’ailleurs les opposants au régime militaire étaient majoritairement les enseignants.
    Avant 1991,on pouvait citer tous les lycées du Mali.
    Avant la fin du deuxième quinquennat d’ALPHA OUMAR KONARÉ,rien qu’ à BAMAKO on ne pouvait les citer.
    C’est pour souligner le manque d’investissement dans l’espace scolaire pendant la dictature militaire.
    Malgré les investissements D’ALPHA OUMAR KONARÉ,les écoles sont restées pléthoriques car avec L’ÈRE DÉMOCRATIQUE une démande d’école s’est manifestée qu’on ne percevait pas sous MOUSSA TRAORÉ.
    DONC C’EST L’HÉRITAGE DE MOUSSA TRAORÉ QUI EXPLIQUE LE NIVEAU TRÈS BAS DE L’ELÈVE.
    Ce qu’on a constaté pendant la dictature militaire est l’héritage du régime socialiste.
    Ça veut dire que si on avait préservé L’AUTORITÉ DE L’ENSEIGNANT permise par le régime socialiste en leurs donnant la place primordiale dans la société tout en faisant des investissements en rapport à l’évolution de la population,les successeurs de MOUSSA TRAORÉ n’auraient pas à gérer une école ingérable.
    QUE L’ASSOCIATION DES ÉLÈVES ET ÉTUDIANTS SOIT LE FER DE LANCE DE LA CHUTE DE LA DICTATURE MILITAIRE EST LE SIGNE QUE L’ÉCOLE ÉTAIT MALADE.
    Cette maladie qui a fait sortir les ÉLÈVES et ÉTUDIANTS n’a t’elle pas été soignée?
    Personne ne peut contester que des investissements énormes délaissés par la dictature ont été réalisés.
    Mais L’AUTORITÉ DE L’ENSEIGNANT n’est toujours pas restaurée.
    Avec le SYSTÈME DÉMOCRATIQUE,c’est aux enseignant de se faire respecter.
    L’ÈRE DÉMOCRATIQUE appartient au peuple malien.
    Ce n’est pas une propriété du MOUVEMENT DÉMOCRATIQUE comme semble faire croire feu MOUSSA TRAORÉ et ses thuriféraires.
    Les enseignants sont une force populaire.
    Les revendications ne doivent pas seulement être matériels ou financiers,mais aussi et surtout pédagogique.
    Ils doivent régulièrement dénoncer les classes pléthoriques.
    La dictature militaire,c’est d’abord le CMLN formé après le COUP D’ÉTAT,ensuite L’UDPM après l’arrestation de la bande des trois.
    La lutte des fossoyeurs pour garder le contrôle de la mane financière de la défense explique LA TENTATIVE DE COUP D’ÉTAT.
    Un clan,celui de MOUSSA TRAORÉ,a continué à détourner les recettes affectées au budget de fonctionnement de l’armée malienne.
    Cet ESPRIT a été perpétué avec le prytané militaire de kati dont les élèves dirigent actuellement notre armée.
    Donc même la faiblesse de l’armée malienne est un héritage de MOUSSA TRAORÉ confirmé par son incapacité à mater la rébellion en 1990.
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

  20. LES HOMMES ET FEMMES, L AUTORITEE, LE MANQUE DE REGLES A' RESPECTES JUSTEMENT PARCE QUE ETRANGERES A' NOS REALITEES!

    Quand les hommes se reunissent il ya toujours des regles,
    celui qui ne respecte pas ces regles doit tuer ou se faire tuer!

    Voila l autoritee, et voila qui disparait, …
    Voila l autoritee, et voila ce qui est deficient…
    Voila l autoritee, voila sa faiblesse indique le manque de justice, l inexistence de regle, le desordre….
    Voila, pourquoi les pays, les regions,…deviennent des domaines envahis par des etrangers arabes et francais…

  21. Kinguiranke, je ne suis pas d’accord avec toi.
    Tu as le bac en 1977 serie SBT mention tres bien.
    Donc Bac et DEF sous GMT?
    Cela implique que l’ecole Malienne respirait encore?
    Tu n’a fait que 1-2-3 annees fondamentales sous Modibo.C’est pas ces classes qui font qu’on a une mention tres bien SBT?
    Et si GMT avait laisser les greves et autre violence pertuber ton DEF ou bac?
    Soyons honnetes si la trasition ou le CNSP ne peut rien faire pour l’ecole c’est pas le centre ou le nord que le Mali va pacifier.
    Tout est lier.
    Un chef c’est l’autorite, sinon cela ne sert a rien.

  22. AEEM et GMT ont detruit l’Ecole Malienne ensemble avec des gens comme Alpha Omar Konare, Tieblen Konare-Drame, Ali Nouhoum Diallo, Victor Sy, Omar Mariko, etc. Finallement Boua le ventru IBK l’a assommee avec des taux de reussite ridimentaires et ignobles!

  23. 1977 serie SBT mention tre bien.C\’est du haut niveau.
    J’ai du respect pour tous nos aines.C’etait la vraie ecole a l’epoque, plus vraie que la notre, c’est sur.
    Mais sous GMT l’ecole respirait encore jusqu’en 1990.J’ai eu la chance de partir en septembre de cette annee-la
    Je te dis du retour au Mali avec mon diplome universitaire, certains de mes camarades du lycee etaient encore en terminale, soit 5 ans derriere le bac.Voila comment AEEM a ete forme et a detruit l’ecole Malienne.

  24. Seydou personne au monde ne te dira que Boua le ventru IBK n’etait pas un desastre humain, un tres mauvais dirigeant et un gros corrompu a jamais egale, je ne perds mon temps sur lui du tout! C’est un enfant maudit!

    • Merci M. Roger de ce récit des deux procès organisés contre la bande des trois : Tiecoro Bakayoko , Karim Dembele, Kissima Doukara et leurs compagnons et amis. Je sais qu’à l’époque tu étais enfant , mais ceux qui t’ont apporté l’événement sont sincères sans aucune exagération. Personnellement j’ai assisté aux deux procès à Bamako pour la déstabilisation des institutions de la république et à Tombouctou pour les crimes économiques. J’ai vu de mes propres yeux les détenus à Taoudenit entrain d’extraire du sel gemme et faire des travaux inutiles à pas de course sous les fouets et injures des soldats qui pourtant étaient placés quelques mois seulement sous leurs ordres . En résumé Moussa TRAORE etait un sanguinaire . J’ai compris la réaction des parents des victimes à la mort de Moussa TRAORÉ et je la partage . Tu ne peux pas faire de moi une veuve ou un orphelin à cause de ton pouvoir et que je t’aime . Moussa TRAORÉ est mort de mort naturelle et poutant il a fait tuer des dizaines de personnes pour se maintenir au pouvoir par tous les moyens . Plus de 40 ans , il y’a encore quelques rares survivants , qui pourront dire ce qu’ils ont vécu et même certains tortionnaires qui ont du sang humain sur la main . C’est vrai que nous irons un jour comme ces gens sont partis , mais je sais que lors du dernier jugement Moussa TRAORÉ n’aura pas la chance d’échapper à la couronne de feu qu’il a infligé aux autres .

  25. Supposons que GMT a garde les valeurs de l’ecole Malienne sous Modibo meme a 80%.
    Qu’est ce que les democrates en ont garde, Kinguiranke? 10-20%? Ou rien du tout/
    Quel est le taux reel de reussite au bac, avec toutes sortes de fraudes?
    Il ya des pays qui ne donnent plus de bourses aux bacheliers Maliens, parce que le niveau est trop bas.
    Quand tu laisses les eleves gerer les centainnes de millions de frais de parking scolaire, de logement et autres manguilles vont-ils vraiment etudier?
    Quand IBK etait eleve a t-il gere 10 millions du lycee, du fac? A t-il recu du president de l’epoque un 4×4 tout neuf?C’est des choses qu’on fait pas tout simplement.
    Les eleves qui bastonnent les profs ou arrachent leurs fiances ou copines.Sous GMT quand tu touchais a un maitre ou un prof tu etais fini.Jamais d’ecoles au Mali pour toi.
    Au second cycle j’ai ete gifle injustement par un prof de chimie parce que les camardes barvardaient a cote de moi.Il croyait que c’etait moi.Si je lui retournait la gifle…j’etais grille.

  26. Kenedougou du haut de ton tata, peux-tu nous dire comment les problemes du Mali ont commence avec Modibo Keita? Nous t’ecoutons!

  27. J’ai connu certains protagonistes en France. C’était des réfugiés qui venaient discuter du pays avec mes parents et je peux vous dire qu’ils étaient brillants, avec un humour fin, une écriture magnifique
    Le problème du Mali date de Modibo keita mais le malien considère la parole du griot comme une science exacte et on ne peut pas critiquer ouvertement Thomas sangara, modibo keita , Sekou Toure….Et pourtant ces gens ont une face sombre et c’est ce qui fait d’eux des humains.

  28. Seydou tu as oublie que toutes ces ecoles dont tu es fier sont du president Modibo Keita, comme ton Lycee Bouyagui Fadigua, mon Lycee de Badaladougou comme le Lycee Askia Mohamed de Bouga, l’IPR, L’ENA, l’ENSUP, L’Ecole Nationale de Medecine et de Pharmacie du Mali, etc. J’ai eu mon Bac Serie Sciences Biologiques en 1977 avec la “Mention Tres Bien” et j’ai eu une bourse d’etude pour aller faire Medecine en Allemagne de l’Ouest mais ma bourse a ete donnee a quelqu’un d’autre (GMT peut te dire qui?) et je devrai me contenter de l’Ecole Nationale de Medecine et de Pharmacie du Mali et merci a Dieu j’ai eu la chance de me former dans une bonne ecole avec des grands Professeurs du Mali et de France et j’ai fini mon Doctorat en Medecine avec la “Mention Tres Honorable”. Apres j’ai travaille partout au Mali du Nord au Sud, au Centre et de l’Ouest a l’Est avec l’UNICEF/OMS/FNUAP/Banque Mondiale avant d’aller me specialer aux Pays-Bas, en France et en Belgique et le reste est histoire. Mais je dois te dire clairement que GMT est un criminel qui a tue de son debut a sa fin et on ne peut pas nier cela du tout. Il n’avait aucune vision pour le developpement du Mali mais il ne protegait que son pouvoir tres absolu!

  29. Faux, j’ai eu mon bac serie SET en 1990 avant la chute de GMT.
    Je suis issu d’une famille tres pauvre.Mais j’ai eu une bourse en classe pour Ohio, USA.Ils suffisait d’etre parmi les 3 1ers de la classe.
    Il n’avait plus d’internant je faisait 6 kms a pied chaque jour aller retour.Lycee Bouillagui Fadiga.Pas de bourse, bic, cahiers, livres et infirmerie gratuits.
    Nous etions parmi les meilleurs en Afrique.Au lycee nous avions des togolais, Beninois..Ivoiriens qui venaient apprendre chez nous.
    San oublier que les ecoles comme la medecine, ENI, IPR etaient parmi les meilleures.Toutes les nationalites d’Afrique Francophone venaient chez nous.
    Je trouve dommage qu’ils ont supprime la 1ere partie du bac.C’est ca qui formait vraiment l’eleve.La 1ere partie etait plus dure que la 2eme partie.
    Aux USA nous etions aussi bons que Americains, Chinois et autres en math, physique, chimie
    Je ne te parle pas de l’ere Modibo Keita.J’ai fait mes etudes au Mali entre 78 et 1990.
    Les enseignants n’etaient pas paye a temps.Mais ils etaient patriotes.L’amour du Mali.Quel devouement!
    Maintenenat la democraie sacrifie l’ecole Malienne.

  30. Seydou je dois te corriger, j’ai toujours apprecie et ete honnete avec Bouga car je sais qu’il aime le Mali. Quand on apprecie quelqu’un tu lui dis la verite et j’ai toujours dit la verite a Bougou en lui donnant des idees pour une veritable refondation du Mali: un Mali juste, social, egale, respectant scrupuleusement les droits fondamentaux de l’Homme, un Etat de droit.

  31. Seydou tu dois etre jeune, mais je dois te dire que dans tout ce que tu as dit il n’y a rien de logique et de raisonable, apprends que c’est GMT qui a detruit l’enseignant au Mali en l’appelant “la craie dumu nan” et du coup il a rabaisse l’enseignement au Mali car Modibo Keita etait enseignant, ensuite n’oublies pas que c’est GMT qui a vendu a prix brades sous la pression du FMI et de la Banque Mondiale toutes les Societes et Entreprises d’Etat et toutes counstruites par Modibo Keita, le reste est histoire, mais restes clair que GMT a tue et beaucoup de personnes depuis Novembre 1968 en commencant par le capitaine Mamadou Cissoko et jusquaux martirs de 1991. Du debut a sa fin GMT a tue!

  32. Kinguiranke, tu as un jugement biaisé sur la situation.Les autres intervenants ne sont pas obligés de te suivre.

    Je t’ai toujours dit qu’on ne choisit jamais son pere, par rapport a tes critiques sur les articles de Check Boucadry Traore.

    Pour voir si ton opinion est correcte il faut la tourner et la retourner, comme les modeles economiques afin de voir si cela tient toujours.

    Que deviendrait GMT si la bande des 3 avait reussi le coup d’etat? As tu posé la question et essayé de répondre?

    Tiekoro Bagayoko etait plus craint que GMT.

    Tout mon cycle au Mal 1er cycle jusqu’a lycee je l’ai fait sous GMT.On n’etait dans les memes classes que les fils des digniatires du régime GMT.

    GMT se soyait au Mali, ici, ses pilotes etaient Maliens, il s’habillait Malien….il est mort chez lui dans les mains des mecedins Maliens.J’ai du respect pour lui.

    GMT pouvait lotisser tout l’actuel ACI2000 en son nom entre 1980-90.Personne n’osait lever le petit doigt.Mais l’a t-il fait? Ils est mort avec combien de villa?
    Le CMLN c’etait un marigot à caïman .
    On ne peut pas en vouloir à GMT d’avoir survecu et mourir naturellement dans son lit familial entoure des siens.Comme on ne peut pas l’en vouloir d’avoir survecu a 11 ans de prisons.Les temps ont change.Ce qui etait permis dans les annees 1970-80 etait plus permis a partir de 1990.Cela aussi on ne peut pas en vouloir a GMT.C’est la baraka.

    Combien de civils et militaires ont ete executes durent la journee du 19 Nov 1968 et les jours qui ont suivi?

    Combien de morts en 1991?

    Le coup d’etat de Aya, les berets rouges coupes en morceaux jetes dans les puits a Diango, vers Kati.

    C’est cela que j’appelle la cruaute.

    Nous n’avaons pas la culture du sang.L’evenelement du CMLN ressemble a la piece du theatre intitule’La mort de Chacka, roi Zoulou, presente par Seydou.B Kouyate.Alliance, rupture, trahison, mort..tout y passe.

    Pour toi, Modibo, n’a jamais tue.Cetait comme un saint.OK.

    C’est comme les media francais.Quand il parle de GMT, ils disent qu’il a ete president de OUA avec un bilan mitige.Mais quel est le president qui a eu un bilan honorable?L’unite Africaine reste toujours un mirage.Il est plus facile a un Malien de se rendre aux USA qu’en Angola.

    C’est quand GMT etait president de l’OUA quand Mandela est sorti de prison.Moussa a frappe a toutes les portes pour la cause de Mandela.Je me rappelle au lycee les responsables de L’ANC sont venu au moins 3 fois a Bamako 1987-1990.Nous alions au stade ominisport chanter Mandela, denigrer le regime de l’apartheid.Mandela a ete tres reconnaisant envers GMT quand il etait enferme a Markala.

    Tout cela la presse n’en parle pas.

    La democratie Malienne fut fondee en 1991 sur 3 mots:

    GMT dictateur

    GMT assassin

    GMT voleur

    Et maintenant? Apres 30 ans nous sommes revenu au meme point de depart, avec une transition comme en 1991.

    Fallait-il que GMT laisse les Tiebile Drame prendre l’ecole Malienne en otage, comme c’est le cas aujourd’hui? Ceux qui l’ont essayé ont payé le prix fort.

  33. Zie tu as tout faux car le CMLN avait ses reglements internes et GMT ne voulait pas les respecter car il n’est pas democrate et voulait s’imposer comme vrai dictateur, ce que les autres membres ont refuse alors il les a trahi tous sans exception en tuant les uns, en faisant fuir Youssouf Traore et en dominant les autres comme ses petits esclaves (Baba Diarra, Filifing Sissoko, Missa Kone, et Mamadou Sanogo) avec son grand serviteur Omar Diallo dit Birus.

  34. UNE PAGE SOMBRE QUIE MARQUE AU “fer rouge ” L’HISTOIRE DU MALI et à jamais, dont les sequelles continueront pour une longue période…des coups d’état à répetition.

  35. Thank you kenedougou!
    Nous declencherons les hostilite’s le 1 mars 2021 pour avoir insulte’ mon chef spirituel! SABALI!!!!

  36. Le problème entre les officiers du CMLN est parti sur la base de la suite qu’il fallait donner à la promulgation de la constitution de 1974 et donc le retour à une vie civile et constitutionnelle.
    Un groupe ne voulait pas quitter le devant de la scène, Kissima et ses partisans, et Moussa Traoré qui voulait avancer.
    Les remaniements ministériels et toutes les décisions importantes se discutaient en conseil du Comité Militaire et après passaient devant les ministres. En effet, Moussa n’avait au comité que Baba Diarra, Yoûssouf Traoré et Filifin Sissoko comme partisans. Tous les autres étaient avec Kissima qui il faut le dire, avait la réalité du pouvoir d’Etat.
    C’est Allah Lui même qui a sauvé Moussa Traoré, et aujourd’hui les Djeli le louangent, et l’histoire a retenu sa domination.

  37. Joyeux anniversaire à notre roi bison de segou,
    Happy birthday,
    J’espère que du haut de tes 59 balais tu as compris que le chérif de Nioro est un narco trafiquant
    Gros bisous et à bientôt pour un nouveau fight sur maliweb 😘😘

  38. …sur la photo, Kissima a l air de quelqu un de tres impulsif et brutal, je dis bien c est l impression personelle d une image, …est ce ce qui les a fait perdre le jeu?…

  39. BIOGRAPHEURS, GRIOTS LETTRES, TEMOINS DE L HISTOIRE, CESSEZ DE PRIER !00 FOIS PAR JOUR, ECRIVEZ!

    MERCI KINGUIRANKE!

    C est pourquoi, il faut que ceux qui connaissent et sont temoins de vies des hommes et femmes populaires, ecrivent…sinon, nous aurons nos demons mystifies et nos saints demonises, un demon egal un dieu semantiquement….mais nous voulons des hommes et femmes racontes et decrits dans l histoire comme ils etaient….des hommes et femmes avec des fautes et des vertues, voila, tout juste pourque nous appreniames et evoluames…simplement , en tant qu individus et en tant que nation…

    QUFAAR, COOPER, KASPER, KASPAR, GAFFAR, KAFFAR,CAFARD, …

  40. Doudouba nous connaissons l’histoire de Birus comment il a profite du regime de GMT, comment son pere est decede dans un accident de sa voiture de transport entre Nioro du Sahel et Bamako, comment ses freres Hamalla et Beya ont beneficie des bourses d’etude aux USA et comment son cousin Djibi a ete promu dans l’armee et finallement a divorce sa petite soeur “Chimene” qui s’est remarriee avec Dr Dolo, etc… Allons doucement s’il te plait!

  41. GMT a toujours eu honte d’ecrire ses memoires et meme chose pour Mme GMT-Cissoko, mais Bouga est un exemple vivant qui demontre ce qu’etait la famille Traore de GMT, parles-lui et il va te dire la verite!

  42. J ai commence a lire, j ai pas fini,…je continuerai cette lecture fantastique, j etais relativement tres jeune pour mieux cerner ce qui s est vraiment passe bien que je suis du milieu et connu certains des acteurs…

    Je continuerai cette lecture et copierai l article pour relecture, …ce qui serait fantastique c est des gens qui peuvent faire des livres sur ces periodes et ces evenements, un livre demande une recherche et une confrontation d opinions et de faits…pourquoi pas des documents d archives….celui qui le fera apportera un grand service au Mali… J avais toujours espere que le General Moussa Traore ecrirai ses memoires, malheureusement…Mme Traore et ses Fils peuvent le faire, c est important, mais culture de l ecriture n est encore pas malienne….

    CE DONT J AI HORREUR C EST LE MENSONGE QUAND TOUS LES TEMOINS SERAIENT PLUS PRESENTS!

  43. Seydou, nos problemes d’aujourd’hui ont comme source ceux qui ont eu le devoir de gerer ce pays donc ce n’est pas une question d’effacer l’histoire, apprenons d’elle pour mieux eviter de repeter les memes betises et atrocites humaines du passe et contruire un pays de justice, de fraternite, d’amour et d’egalite!

  44. PKagame: tu te trompes car quand tu oublies l’histoire elle se repete. Le President Modibo Keita n’est pas mort mais il a ete assassine par GMT et c’est la meme chose pour les autres: Yoro Diakite, Tiekoro Bakayoko, Diby Silas Diarra, Kissima Doukara, Malick Diallo, Mamadou Cissoko et autres, tous ont ete physiquement liquides, heureusement que Youssouf Traore a pu fuir pour aller se cacher au Dahomey! GMT est un assoiffe de sang humain et peut-etre c’est pourquoi Seydou l’aime! Mais j’invite le peuple Malien a ne jamais oublier son histoire!

  45. Il y a beaucoup de leçons a tirer de leur histoire….. ces jeunes du CMLN étaient ce qu’ils étaient… une bande de soldats assoiffés de pouvoir qui peuvent être considérés comme des traitres qui ont trahi le peuple malien et Modibo KEITA. Hélas ils ont fini par se trahir les un les autres..ainsi tous mal finis ou allés en prison! GMT était simplement le joker de la bande ..qui par le destin a résisté plus longtemps au Karma de leur mal.

    Leur temps est passé et aussi presque que celui de la generation qui les ont suivi… (les, Ousmane Koulibaly, ATT, Kafougouna, Sada Samake, Birus etc…). La roue de l’Histoire ne s’arrête pas …. notre generation passera aussi comme si l’on jamais existe et cela très prochainement aux de l’univers. Aurons-nous fait mieux ? C’est ça la question qu’il faut se poser.

  46. N’togoma, yugu et kinguiranke’, vous laisserez l’histoire juger les militaires du CMLN. Notre priorite’ doit etre de sauver le MALI D’ AUJOURD’HUI!
    Le livre intitule’ Ma Vie de Soldat du Capitaine Sounkalo Samake’ est un bon temoignage de ce qui a eu lieu sous le CMLN.

  47. Yugo, tu te trompes le President Modibo Keita n’est pas mort mais il a ete assassine par GMT et c’est la meme chose pour les autres: Yoro Diakite, Tiekoro Bakayoko, Diby Silas Diarra, Kissima Doukara, Malick Diallo, Mamadou Cissoko et autres, tous ont ete liquides, heureusement que Youssouf Traore a pu fuir pour aller se cacher au Dahomey! GMT est un assoiffe de sang humain et peut-etre c’est pourquoi Seydou l’aime!

  48. Seydou

    Quand on regarde la gravité des faits (attente à la sûreté de l’etat), le nombre des accusés ( une quarantaine), la durée du procès (trois jours seulement), peut-on saluer ou avoir de l’admiration pour lui ? Pourquoi a-t-il gardé Modibo KEÏTA jusqu’à la mort sans le juger ?

  49. Seydou pour etre honnete avec toi, moi je n’ai jamais vu quelqu’un d’aussi cruel, sanguinaire et sans pitie comme GMT, il a deux cailloux dans sa poitrine a la place de son coeur. Dans l’ hisotire il nous rappele Pot, Hitler, Bokassa, Dada, Haile-Mariam, Doe, Jameh, etc. Un sanguinaire President ne peut pas etre un bon pere de famille!

  50. Seydou, le pardon se fait apres que justice soit rendue et c’est ainsi que la societe marche, la nation marche et la republique fonctionne. Moussa et Youssouf sont tous des faux jettons qui n’ont rien fait pour le Mali que de lui detruire et arreter son developpement et c’est ca la verite, tu peux les aimer ou meme les adorer, mais ce sont deux destructeurs du Mali. Seydou pourquoi GMT n’a pas pardonne Karim, Charles, Tiekoro ou Kissima? Il a meme refuse de pardonner Youssouf qui s’etait mis a son service pour arreter ses compagnons. Mais des que GMT a fini avec Tiekoro, Kissima, Charles, Joseph et Karim, il a commnce a chasse a Youssouf car apres avoir arrete ses compagnons il etait devenu l’homme a abattre parcequ’il etait devenu trop puissant. A cote d’un dictateur comme GMT, aucun homme puissant ne doit exister! Reveilles-toi Seydou de ta maladie et regardes la verite en face.

  51. Quelles que soient les raisons il faut cultiver le pardon ne serait que pour montrer l’exemple à la nouvelle generation.
    Ce qui est régratable c’est qu’avant leur deces GMT et Youssof Traoré vivant à moins de 300m l’un de l’autre sans jamais s’addresser la parole, en un moment où le pays avait besoin des conseils de tous ceux qui ont eu a occuper une place importante dans la gestion du pays.
    GMT et Youssouf Traoré sont morts en un an d’intervalle.Des amis intimes et tres proches colloborateurs pendant longtemps.
    J’ai de l’estime pour ces 2 personalités.

  52. Kissima etait Doukara! Il est vrai que KALE’, NIAKHATE’, SYLLA ET DOUKARA sont du meme clan!!!!
    Le 28 fevrier est mon anniversaire. J’aurai 59 ans INCHALLAH!!!
    J’avais donc 16 ans le jour ou’ Kissima, Thiecoro et Karim ont ete’ arrete’s! Je me rappelle toujours des mots utilise’s par Radio Mali pour annoncer leurs arrestations! Par respect pour les familles, je ne les ecrirai pas!
    Mes amis, prions pour nos morts et avancons!!!

  53. Seydou une chose est certaine, c’est que Youssouf Traore qui a arrete ses amis et compagnons (Kissima Doukara, Tiekoro Bakayoko, Karim Dembele, Charles, Mamadou Cissoko, et Joseph Mara) a connu le meme sort et il devrait fuir le Mali et ne rentrer qu’apres la fin du regime de GMT, donc la verite est que GMT etait un homme cruel, sans coeur, et sans tete, qui a tue tous ses compagnons et amis, un homme inbu de lui-meme qui a ete un vrai dictateur qui n’a jamais accepte de contradiction et qui a mange tous ses amis et compagnons. Jusqu’a sa mort GMT n’a jamais adresse la parole ou frequente Youssouf Traore, combien egoiste, rancunieux et sanguinaire on peut etre? Seydou tu as de l’admiration pour cet homme? Alors tu as besoin d’un examen psychiatrique!

  54. Merci pour ces eclairages.Il me semble impossible de cerner toute la verite dans cette histoire.
    Les temps changent et a l’epoque le Mali n’etait pas un regime de democratie.Malgre cela la bade des 3 a eu droit a un proces.A la meme epoque dans presque tous les pays Africains il n’aura pas eu de proces du tout.C’etait le poteau d’execution.Et toute la Famille y passait comme ce que Samuel.K Doe a fait au Liberia.Car en fait cette bande de 3 voulait renverser GMT.
    Et si le coup d’etat reussissait? A Bamako et dans tout le Mali, Tiekoro Bagayogo etaait plus craint que GMT lui-meme.Qu’allait-il faire de GMT et de Youssof Traore?
    Et si GMT echouait en 1968?
    Les reglements de compte entre militaires sont toujours douleureux.
    Au Mali que cela soit avec GMT, ATT, le CNSP le pays a heureusement echappe a cette folie meurtriere par rapport au pays comme le BFA, le Ghana, Togo, Benin, Nigeria.Mais en Guinee Conakry Diallo Telly, pourtant secretaire general de OUA a ete condamne a mort malgre l’intervention de l’Afrique toute entiere et du monde pour l’epargner.
    Seul le coup d’etat de Aya Sanogo a ete sanglant au Mali.
    Nous avons pas la culture du sang.
    Tout cela est regretable.
    Mais j’ai de l’admiration pour GMT.
    Quand on dirige un pays on fait tout pour que la nation ne soit pas la lie du monde.
    On n’ecrase pas une mouche mais on tue un homme.Raison d’etat.
    On doit pas confondre un homme president et un homme chef de Famille.
    Vive GMT.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here