Centre du Mali: les administrateurs civils disent «non!» à l’appel au suicide du ministre de l’Administration territoriale

20

Les militants du Syndicat Autonome des Administrateurs civils (Synac) et du Syndicat Libre des Travailleurs du Ministère de l’Administration territoriale (Syltmat) sont indignés par les propos du ministre de l’administration territoriale. Ils l’ont fait savoir au cours d’une conférence de presse, ce samedi 22 juin, à la Bourse du travail.

Maliweb.net «Informer l’opinion sur la réalité de la situation sécuritaire des représentants de l’Etat sur l’ensemble du territoire national et faire une mise au point suite au communiqué du 19 juin du ministre de l’Administration territoriale». Le menu de la conférence et le ton des conférenciers annonçaient la gravité du moment. Promesse tenue, pendant une demi-heure, Ousmane Christian Diarra, Secrétaire général du SYNAC s’est efforcé à détailler le quotidien difficile des représentants de l’Etat dans les zones d’insécurité.

Suite à l’appel du SYNAC et du SYLMAT à leurs militants, se sentant en insécurité, de rejoindre la ville de Mopti, le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Boubacar Alpha BAH, a énergiquement réagi. Le ministre rappelle aux représentants de l’Etat les paroles de l’Hymne national : «Debout sur les remparts, nous sommes résolus de mourir».Par ailleurs, le ministre indique que tout manquement, sous le couvert du syndicalisme sera sanctionné. Des propos jugés «méprisants et moralisateurs» par les Comités Exécutifs Nationaux (CEN) des deux syndicats. Les conférenciers informent le ministre que les administrateurs civils n’ont pas à être les premiers à braver le danger alors qu’ils sont les derniers à occuper les postes auxquels ils doivent légitimement prétendre: celui de Gouverneur de région.

17 représentants de l’Etat tués depuis 1990

Pour démontrer le degré de patriotisme de leurs membres et leurs sacrifices ultimes, Ousmane Christian Diarra a égrené la longue liste des membres du corps préfectoral morts du fait de l’insécurité.De 1990 à nos jours, 17 représentants de l’Etat, ont été tués du fait des différentes rébellions et des assassinats ciblés. En 2012, rappellent le SYNAC et le SYLTMAT alors que les généraux abandonnaient le navire, leurs militants étaient encore dans la région de Kidal, de Tombouctou et de Gao. Ils en ont payé un lourd tribut: l’assassinat de Mohamed Sangaré, préfet de Bourem, avec son fils, le 5 avril 2012; les assassinats «lâches»,  le 17 mai 2014, d’Amadou Belco BAH, Drissa COULIBALY, Commandant Mory DIARRA, Lieutenant Mahamane B TOURE, Sékou CISSOUMA, Paul Marie DIARRA. Ces derniers se faisaient massacrer  quand le Chef du gouvernement et des généraux se cachaient dans le camp de la MINUSMA.

Devant la presse, le Secrétaire général du SYNAC évoque aussi l’assassinat de Ibrahim AG TOUBEISSI, sous-préfet de Ouinerden, assassiné froidement jusqu’à domicile, le 18 mars 2018. Dans un silence de deuil de martyrs, le syndicaliste rappelle,les assassinats le 28 juin 1990, du camarade Moussa DIALLO, Chef d’Arrondissement de Tindermen et de son épouse enceinte.Un cas lointain mais évocateur de la violence inouïe à laquelle sont confrontés les administrateurs civils. Pris entre le piège du communautarisme montant, la haine djihadiste et l’indifférence de leur hiérarchie, les administrateurs civils meurent. En effet, aucun des 300 sous-préfets du Mali se disposent d’une arme individuelle de protection, aucun d’entre eux ne dispose d’une protection rapprochée. Ainsi, face à l’insécurité dans la région de Mopti, les CEN du Synacet Sylmat font fi des menaces du ministre et demandent à leurs militants, se sentant en insécurité, de rejoindre la ville de Mopti.

Mamadou TOGOLA/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

20 COMMENTAIRES

  1. @Nfp,
    Merci mon frère/sœur pour les explications!
    Les administrateurs civils, aussi bien que le dernier des administrés, ont bien droit à la protection et à la sécurité. Mais je pense qu’il faudrait bien regarder cette situation du côté des plus vulnérables, i.e les populations locales abandonnées. Nous savons que les préfets et les sous-preféts ont l’autorité sur les gendarmes, les policiers, les agents des eaux et forêts,..etc. dans les cercles et les arrondissements. Ce qui me fait douter de la véracité des prétextes avancés par les syndicats. Un commandant du bateau est sensé être le dernier à quitter le bateau en cas du danger, et non le premier. C’est le risque de leur métier, ils doivent être préparés à ce type de scénario. Sinon ils pourraient tout simplement démissionner.

  2. Je suis pour qu’on nomme kinguiranke’, yugu, yacou et tous les idiots qui nous cassent les oreilles ici sur maliweb comme prefets au centre. Le poste de gouverneur de Mopti doit revenir a’ … Coumba Sacko. Notre ami Moussa ag occupera la fonction de ministre de l’administration territoriale avec resident a’ … KORO!!!! Que faire? Quand on est con comme… moi, on tente de voir de l’humour dans plusieurs reactions humaines!
    MOGO CHI KANA PREFEW DJALAKI!!!! Ils quittent parce qu’ils n’ont pas plus de…. territoire a’ administrer! O DE’ TE’ WA? Personne ne doit rire avant d’avoir ma permission!

  3. Mali-Chez Nous 24 Juin 2019 at 13:48
    @Nfp,
    Mon frère/sœur, vous ne me connaissez pas pour me juger et ceci n’est pas non plus mon intention.”

    Mon frère, ce n’est pas TA PERSONNE que je “juge” (et qui serais-je d’ailleurs pour “juger” qui que ce soit ?), ce sont TES PROPOS qui me font réagir.

    Nous sommes effectivement tous d’accord sur la nécessité majeure de ne pas laisser la place vide de tout représentant de l’Etat, et bien évidemment, moi le premier.

    Ceci dit, je vois mal comment (et qui!) pourrait décemment exiger des administrateurs civils qu’ils restent……AU PERIL DE LEURS VIES !

    Ce sont des êtres humains comme toi et moi qui ont femmes et enfants, et qui n’ont pas plus envie que toi ou que moi d’en faire des veuves et des orphelins, et qui n’ont en plus AUCUNE RAISON de faire le sacrifice suprême pour un état qui justement, est totalement incapable de les protéger….alors que c’est pourtant son rôle !

    C’est pourquoi j’ai réagi vivement à tes propos, et rien d’autre !
    Sans rancune.

  4. La réaction du ministre est irresponsable à raison du sacrifice énorme qu’ a fait nos préfets depuis le début de la crise.
    Sa réaction pointe la lâcheté des éléments qui doivent être honorés.
    Peut on faire confiance à une autorité qui n’arrive pas à désarmer une milice dont le chef dit haut et fort que ces éléments ne déposeront les armes que si l’ÉTAT arrive à sécuriser la population?
    Peut on jouer convenablement son rôle d’administrateur dans des endroits qui se vident à cause de l’insécurité?
    Le ministre doit savoir que cette réaction des administrateurs est un signe qu’ il doit prendre des mesures pour les sécuriser ou les remplacer par des militaires.
    Il serait mieux que toutes les zones en insécurité permanente soit administrées par les militaires.
    On peut comprendre le ministre quand son ami président de la république veut cacher la réalité afin de ne pas étaler son échec cuisant à sécuriser la population.
    IL N’EST PAS DANS SON RÔLE DE MINISTRE,MAIS D’AMI POUR COUVRIR UN ÉCHEC.
    Un bon ministre est celui qui reconnaît les sacrifices de ceux qui sont sous sa responsabilité en les appuyant dans leurs démarches.
    Le ministre les aurait reçu pour leurs faire part de la pertinente de leurs mouvements tout en les informant de la nomination des militaires dans ces zones,il aurait fait preuve de responsabilité.
    C’est au président de la république de montrer l’exemple a se conformant à l’esprit de la phrase de l’hymne national citée par le ministre.
    C’est au président IBK de montrer l’exemple de patriotisme à tout le monde.
    Le président IBK et son CLAN ne peuvent pas continuer à vivre dans le luxe dans une période très difficile de notre nation tout en demandant des sacrifices à d’autres,surtout qui en ont fait lourdement sans être reconnus par le pouvoir IBK puisque les assassins de leurs collègues sont hébergés dans les hôtels de luxe par IBK.
    Que le ministre continue à couvrir son ami,il va finir comme SOUMEYLOU BOUBEYE MAIGA.
    Son salut est dans la défense de ceux qui sont sous sa responsabilité.
    OSER LUTTER ,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue .

  5. @Nfp,
    Mon frère/sœur, vous ne me connaissez pas pour me juger et ceci n’est pas non plus mon intention.
    Je parle du principe que l’État doit être représenté à tout prix sur l’ensemble du territoire national pour servir les populations. Et je pense que le gouvernement doit se montrer intraitable sur cette question. Seriez-vous d’accord si IBK s’exile à l’extérieur du Mali à cause d’insécurité et prétendre demeurer le Président de la République du Mali ? Ces administrateurs sont les IBKs de ces localités. Tant qu’il y a un administré vivant, ils doivent rester à tout prix ou démissionner. C’est le prix à payer pour occuper un poste d’administrateur civil, ou encore “commandant” dans l’ancien vocabulaire. C’est aussi un devoir citoyen. Maintenant, il n’y a aucune région administrative sécurisée au Mali. Si nous suivons cette logique de ces syndicats, il n’y aura point d’administrateur en service. Et le Mali va tout simplement disparaître sous nos yeux dans quelques mois.

  6. Ce Ministre est fou et très fou, comment peut-on penser mettre un représentant de l’exécutif central dans de telle situation? Sans garde, sans police, sans gendarme et sans militaire, c’est réellement irréfléchi et irresponsable de ma part de ce ministre inconscient et insouciant du devenir d’un pays en crise depuis bientôt sept ans. Comment avec des joueur de fourberie comme çà ce pays pourrait s’en sortir? cela s’appelle impossible. Les Chefs sont respectés parce qu’ils ont des hommes pour les défendre et défendre leur autorité, si IBK n’avait pas ces hommes autour de lui pour le défendre, le peuple allait le détruire en quelques minutes, car il y a plein de maliens qui ne sont pas d’accord avec sa gouvernance depuis plus de cinq ans. Pauvre ministre de l’Administration Territoriale, quand est-ce que vous comprendrez les choses comme il se doit?

  7. Nfp 24 Juin 2019 at 06:20 ;

    ” … Quand à remplacer les administrateurs par des militaires pour “combler le vide”, je te signale que nos militaires ONT ÉTÉ LES PREMIERS À DÉSERTER ET FUIR LE CENTRE, alors que eux, sont justement sensés assurer la sécurité des biens et des personnes !… ” … /// …

    :
    C’est pas responsable demander aux Gens de se suicider. On demande au Gouvernement du Mali de garantir la Sécurité des Populations et de tous les représentants de l’ETAT et surtout la Sécurité des Administrateurs. Quand les Administrateurs partent pour cause d’insécurité, c’est une victoire des rebelles et leurs mercenaires. S’ils arrivent à chasser les Administrateurs, ça veut dire pour eux qu’ils ont réussi à chasser l’ETAT Malien des lieux. Que croyez-vous que les rebelles et leurs mercenaires vont faire s’ils remplacent et s’installent naturellement aux postes libérés par les Agents de l’ETAT. Une fois installés avec tous les attributs de leur Pouvoir… Ils sèment la terreur et rançonnent les Administrés. On l’a constaté de 2012 à 2013 avant l’Intervention des Français…
    Pour les Militaires qui ont déserté. Je porte à la connaissance de Nfp, que ceux ci ont été radiés de l’Armée Malienne. Et cette radiation n’est pas leur seule sanction.
    Toute fois, même si Nfp est difficile à convaincre ( c’est d’ailleurs pas ma démarche ). Le mieux pour le Gouvernement Malien serait de remplacer les Administrateurs civils par des Militaires dans les Zones en insécurité. Le Militaires sont moins faciles à intimider. Les Administrateurs civils ne sont pas armés. Je ne sais pas s’ils ont même fait une formation militaire et de maniement des armes et d’auto-défense. Ils ne sont pas formés pour combattre à la différences des Militaires…
    Et pour plus de sécurité pour les Populations et pour les Administrateurs civils ou Militaires…, les FAMa doivent investir en force les Zones de conflits et d’insécurités.
    Nous voulons la paix… Notre ennemi, c’est la pauvreté et la misère et non l’Humain.

    Vivement le Mali pour nous tous.

  8. Mali Chez Nous
    “Ma position dans cette affaire est que les administrateurs civils doivent rester dans leurs localités d’affectation à tout prix. Si un civil en est incapable, il doit tout simplement démissionner/être remplacé par un militaire. La nature a horreur du vide”

    “A tout prix”, tu dis?
    C’est très facile de dire qu’ils doivent rester “à tout prix”, surtout quand on est comme toi tranquillement assis devant son PC à taper sur son clavier !!!

    Quand à remplacer les administrateurs par des militaires pour “combler le vide”, je te signale que nos militaires ONT ÉTÉ LES PREMIERS À DESERTER ET FUIR LE CENTRE, alors que eux, sont justement sensés assurer la sécurité des biens et des personnes !…

  9. Même G5 a fuit Mopti,au moins les administrateurs demeureront à Mopti ville!
    Le ministre con parle d’hymne et les généraux ? Vraiment un sinistre detruit par l’alcool !

  10. Et les maires et élus des collectivités, dans ça,les pauvres laisses pour compte. Mourrez et personne n’en souffrira. Pauvre conseiller,tanspis.

  11. @Mamadou NOMOKO,
    J’ai peur que votre analyse soit injuste si vous ne tenez compte des conséquences pour les populations d’un éventuel retrait massif des administrateurs civils de cette zone.
    Ma position dans cette affaire est que les administrateurs civils doivent rester dans leurs localités d’affectation à tout prix. Si un civil en est incapable, il doit tout simplement démissionner/être remplacé par un militaire. La nature a horreur du vide. Si nous abandonnons ces localités aussi facilement, nous pourrions ne les plus récupérer. Et ça pourrait coïncider avec le début de la fin du MALI.

  12. Comment le Ministre peut demander aux Préfets et Sous Préfets de mourrir pour la patrie ? Face au climat d’insecurite qui règne dans le centre, pourquoi le gouvernement n’a pas pris des dispositions pour sécuriser les représentants de l’Etat. Accepterait il lui même d’aller au front sans arme ? Depuis quand cette Sécurité existe partout au Mali en général , dans la région de Mopti en particulier ? Combien d’administrateurs , combien de soldats , des FAMAs sont morts pour la patrie ? Que sont devenus toutes ces veuves et orphelins ? Le gouvernement au lieu de les prendre en charge , s’occupe de la prise en charge des tueurs de ces patriotes oh combien nombreux . Ce qui se passe au centre interpelle tous les maliens , j’allais dire tous les africains qui sont troublés de la manière dont la crise au centre est gérée . Il est tant de se dire la vérité , toute la vérité et rien d’autre que la vérité . Ce qui se passe au centre est inadmissible . Si le gouvernement ne peut pas trouver la solution qu’il en informe le peuple qui tirera toutes les conséquences .

  13. Les administrateurs civils, aussi bien que chacun des administrés, ont droit à la sécurité et à la protection. Par contre, l’attitude des syndicats dans cette affaire relève plutôt de la distraction. M. Diarra nous parle de 17 administrateurs civils tués depuis 1990, sans aucunement faire référence au nombre de victimes au sein des administrés pendant cette même période. Qu’ils nous citent des exemples concrets de cas survenus dans la région de Mopti. Qu’ils nous expliquent aussi le sort qu’ils réservent à leurs administrés en les abandonnant. Les préfets et sous-prefets ont l’autorité sur les gendarmes, les policiers,….etc dans les cercles et les arrondissements. Dire qu’ils ne bénéficient pas de protection est un pure mensonge.
    Ce problème est simple, s’ils veulent abandonner ces misérables populations pour venir vivre dans leurs villas à Mopti ou à Bamako, ils doivent tout simplement démissionner. Ils verront si leurs postes seront vacants après leurs démissions. Nul n’est indispensable à la vie d’un pays.
    Quelle idiotie de demander au gouvernement de résoudre une crise inter-communautaire dans une localité où le gouvernement n’est pas représenté ! Va-t-il envoyer des diables ou des anges pour le faire ?

  14. Bamake
    “Ce que le Ministre a voulu dire peut-être aux Administrateurs, c’est de ne pas abandonner leurs Administrés aux mains des assassins”

    Ah bon?
    Alors que ce même gouvernement abandonne lâchement LUI-MÊME les populations villageoises qui se font massacrer à longueur d’année !!!

    Si c’est vraiment ce qu’il a voulu dire, c’est qu’il est encore plus con et plus gonflé que je ne le pensais !😎😎😎

  15. Il me semble que si j’appartenais a un gouvernement aussi INCAPABLE d’assurer la sécurité de ses propres agents et de qui que ce soit, j’aurais au moins la DÉCENCE de fermer ma g… quand je m’adresse à des gens dont la vie est réellement exposée!

    Vous avez entièrement raison : Protégez avant tout vos vies, Messieurs Dames!
    Ce n’est ni ce bouffon parleur ni cet Etat fantoche qui le feront pour vous!😎

  16. Et puis quoi encore ???

    Ce ministre, bien en sécurité à Bamako où il ne quitte pas son confortable bureau climatisé, prétend “exiger” tout naturellement des administrateurs civils QU’ILS EXPOSENT LEURS VIES!!!

    Et c’est d’autant plus scandaleux que ce bouffon sentencieux et donneur de leçons appartient à un gouvernement TOTALEMENT INCAPABLE de garantir ou que ce soit sur le territoire, la sécurité de QUI QUE CE SOIT !!!!!

    Si encore nos forces de l’ordre étaient dignes de ce nom et assuraient VRAIMENT la sécurité des personnes et des biens, mais en cas d’attaque, on sait au contraire qu’elles tremblent de peur dans leurs camps et attendent LE LENDEMAIN pour se montrer !!!

    Alors, si ce Monsieur est prêt LUI-MÊME à exposer sa vie, qu’il commence par le montrer, et dans le cas contraire, qu’il se garde bien de l’exiger……aux autres !😎😎😎

  17. Syndicats des administrateurs, vous avez parfaitement raison. Pensez à vos femmes et a vos enfants, su vous n’avez pas de protection n’allez pas vous suicider.

  18. ” … Les conférenciers informent le ministre que les administrateurs civils n’ont pas à être les premiers à braver le danger alors qu’ils sont les derniers à occuper les postes auxquels ils doivent légitimement prétendre: celui de Gouverneur de région… ” … /// …
    :
    Personne n’a le droit de demander aux Serviteurs de l’ETAT de se suicider. C’est pas juste. Tout le monde a droit à la vie. Ce que le Ministre a voulu dire peut-être aux Administrateurs, c’est de ne pas abandonner leurs Administrés aux mains des assassins. L’ennui est que le Ministre aurait plutôt dû prendre l’engagement de garantir la sécurité des Populations et des Administrateurs civils et non pas de les inciter au suicide.
    Puisque que le Gouvernement demande aux Administrateurs de braver le danger. Le Gouvernement, lui, il doit d’abord commencer par permettre aux Administrateurs de pouvoir occuper les postes auxquels ils doivent légitimement prétendre: celui de Gouverneur de région. Il n’est pas normal qu’ils restent cantonnés dans des postes subalternes quand leur compétence peut leur permettre d’accéder aux niveaux supérieurs.
    Que le Gouvernement commence d’abord par être juste avec ses Administrateurs. Qu’il assure leur sécurités en tout lieu et tout temps, surtout dans les Zones de conflits armés. Que les Administrateurs n’abandonnent pas non plus leurs Administrés, surtout quand leur sécurité est assurée.

  19. Que Monsieur le Ministre nous montre l’example, on ne peut qu’etre sous influence de la drogue pour raconter des vacheries de ce genre Monsieur le Minsitre, il faut avoir honte de dire des aneries de ce genre quand tu passes ton temps dans les bureaux climitises, dans des voitures climatisees et dans une villa climatisee a Bamako. Le Mali n’ira nulle part avec des energumenes de ce genre! Honte a toi Monsieur le Ministre.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here