30.2 C
Bamako
sam 4 Déc 2021 - 21:07
Accueil Insécurité

Le chef du groupe Etat islamique au Grand Sahara tué par les forces françaises, annonce Macron

14

Les forces françaises ont tué le chef du groupe jihadiste Etat islamique au Grand Sahara (EIGS), Adnan Abou Walid al-Sahraoui, un “succès majeur” pour la France à l’heure où ses troupes se réorganisent au Sahel pour se concentrer sur la lutte antiterroriste.

“Il s’agit d’un nouveau succès majeur dans le combat que nous menons contre les groupes terroristes au Sahel”, a déclaré le président Emmanuel Macron sur Twitter dans la nuit de mercredi à jeudi. Cet été, Paris avait déjà annoncé la mort ou la capture de plusieurs cadres de haut rang de l’EIGS par la force française Barkhane et ses partenaires, dans le cadre de sa stratégie visant à cibler les hauts dirigeants des organisations jihadistes.

La frappe française contre Adnan Abou Walid al-Sahraoui “a eu lieu il y a quelques semaines, et nous sommes aujourd’hui certains qu’il s’agit bien du numéro 1 de l’EIGS”, a détaillé jeudi sur Radio France Internationale la ministre française des Armées Florence Parly, se félicitant d’une “très grande réussite” des armées françaises.

Cette nouvelle intervient dans un contexte tendu entre Paris et la junte au pouvoir à Bamako, laquelle envisage de conclure un contrat avec la sulfureuse société paramilitaire russe Wagner. Un déploiement de ces mercenaires serait ‘incompatible” avec le maintien au Mali des troupes françaises, qui combattent depuis huit ans les jihadistes au Sahel, a averti mardi le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian.

L’EIGS, créé en 2015 par Adnan Abou Walid al-Sahraoui, ancien membre du Front Polisario (groupe indépendantiste du Sahara occidental), puis de la mouvance jihadiste Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), avait été désigné comme “ennemi prioritaire” au Sahel, lors du sommet de Pau (sud-ouest de la France), en janvier 2020.

Ce groupe est l’auteur de la plupart des attaques dans la région des “trois frontières”, un vaste espace aux contours vagues à cheval sur le Mali, le Niger et le Burkina Faso, des pays qui comptent parmi les plus pauvres du monde.

Cette zone constitue la cible récurrente d’attaques de deux groupes armés jihadistes concurrents: l’EIGS et le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM ou Jnim en arabe), principale alliance jihadiste au Sahel, liée à Al-Qaïda, dont le chef touareg malien Iyad Ag Ghaly est également traqué par la France.

– “Notre combat continue” –

L’EIGS a perpétré des attaques particulièrement meurtrières, visant militaires mais aussi civils, au Mali, au Niger et au Burkina Faso.

Il avait pris pour cible des soldats américains en octobre 2017: quatre soldats américains des forces spéciales et quatre Nigériens avaient été tués dans une embuscade à Tongo Tongo, dans le sud-ouest du Niger.

Fin 2019, l’EIGS avait mené une série d’attaques d’ampleur contre des bases militaires au Mali et au Niger, faisant des dizaines de morts dans les rangs des armées locales.

Et le 9 août 2020, au Niger, le chef de l’EIGS avait personnellement ordonné l’assassinat de six travailleurs humanitaires français et de leurs guide et chauffeur nigériens. Cette attaque contre des jeunes engagés dans l’humanitaire avait suscité une vive émotion en France et au Niger.

“Ce groupe est décapité dans son organisation. Il importe maintenant , en particulier au Niger, que les acteurs étatiques puissent reprendre le terrain qui a été ainsi abandonné et laissé (au) groupe EI”, a commenté jeudi sur Franceinfo le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian.

Après plus de huit ans d’engagement militaire français au Sahel, au cours desquels 50 Français ont perdu la vie, Emmanuel Macron a annoncé en juin une réduction de la présence française dans la région au profit d’un dispositif resserré, recentré sur les opérations de contre-terrorisme et l’accompagnement au combat des armées locales, autour d’une alliance internationale associant des Européens.

Ainsi, le nombre de troupes françaises déployées au Sahel devrait passer de plus de 5.000 hommes actuellement à 2.500 ou 3.000 d’ici 2023, au terme d’une vaste réorganisation débutée ces dernières semaines, qui prévoit notamment la fermeture des emprises françaises de Kidal, Tessalit et Tombouctou, dans le nord-Mali.

Mais “nous ne partons pas du Mali, nous adaptons notre dispositif militaire”, a souligné Mme Parly. “Notre combat continue”.

leb-bur/dab/ayv/

Commentaires via Facebook :

14 COMMENTAIRES

  1. Zanga c’est dommage que Macron te met de l’herbe sur la table et te dit que c’est de la salade et tu la mange! Je ne sais pas quand le negre va sortir de son complexe d’inferiorite et de son esclavage mental?

  2. je me régale de lire les commentaires plein d’aigreur et de petite haine des maliens …
    … qui ne peuvent que constater que cette victoire est encore … française
    😉

    c’est quand même cool de savoir qu’en France nous au moins on a une armée
    😉

  3. Chaque mois la France tue un “chef djihadiste” mais curieusement cela ne fait que nous enfoncer dans la boue. Personnellement, je crois que la France a un agenda à suivre qui n’a rien à avoir avec notre bien être dans ce pays. Soit la France nous aide à nous débarrasser des terroristes, soit on part chercher de l’aide ailleurs même si la première option est peu plausible vu l’historique de la présence française chez nous depuis bientôt 10 ans.

  4. Tous les jours que Dieu fait un chef est neutralisé,apparemment les forces françaises ne tuent que des chefs connus par elles seules…😱

    Mais Koufa et Iyad restent introuvables.
    La jolie laide de france,votre dc est rayé…

    • Koufa et IYAD bénéficient de de plus de complicités locales que les autres. Il y a de fortes possibilités que IYAD soit protégé et caché à Kidal par ses complices du MNLA. Un peu le cas de Ben LADEN au Pakistan. 💡💡

  5. GRAND BRAVO ET GRAND MERCI AU GUERRIER TOUBAB !!!!!!

    * BELMOKTAR

    * ABOUZEID

    * AL TOUNES

    *HAKIM AL SAHRAOUI

    * AL LIBBI

    * AL MASRI

    * DROUKDEL …..

    Aujourd’hui c’est WALID AL SAHRAOUI qui a rejoint les fils de putes dans l’Enfer ! Tout ça est bien mais ce qu’on demande aux guerriers TOUBAB est de quitter notre pays souvrain. Nous ne voulons pas d’étrangers chez nous, c’est pourquoi on a fait appel aux Chinois et aux Russes, eux sont nos cousins même père-même mère.

    • * BELMOKTAR

      * ABOUZEID

      * AL TOUNES

      *HAKIM AL SAHRAOUI

      * AL LIBBI

      * AL MASRI

      * DROUKDEL …..

      Aujourd’hui c’est WALID AL SAHRAOUI qui a rejoint les fils de putes dans l’Enfer .”

      Chacun est libre de croire ce qui veut mais une chose est sure de 2012 a maintenant le bilan de la jolie laide est bien loin d’être élogieux…

      Que des menteurs patentés!

  6. Merci a la France.
    Nous voulons la tete de iyad et de kouffa.
    Cela n’empeche le Mali doit diversifier son partenariat.Faire regner la concurrence.
    Il doit pas avoir de monopole.

  7. Noted Jill but not much more. It is reasonable to conclude Sahroui was replaced by Terrorists/ jahadists/ violent criminals as capable if not more capable before dinner time Thursday. Tired of showtime. We need productive security actions. France plus Europe it is beyond their desire or/plus will. Nothing more need be said except Russia,Russia, Russia.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

  8. Informez Maaaacron, s´l ne le sait pas encore!!! Ces petites annonces pour nous tromper sont revolues.
    La petite france avait a un moment tué Amadou Kouffa!!!??? N´est ce pas?
    Si ca chauffe sur le terrain politique, en ce moment net, tue la france un terroriste.
    C´est bon arretez de les neutraliser, rentrez chez vous!!!!!
    L´Afrique a compri vote jeu qui a trop duré.
    Maaaacron dit a tes conseillers de te dire la verité sur l´AFRIQUE.
    Le faux jeu est TERMINÉ!
    Nous avons aussi besoin de vivre dignement………..

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here