Ressources des groupes terroristes en Afrique : Cigarettes : plus de 524 milliards de FCFA en 2015 – Cocaïne : 590 milliards de FCFA en 2012-2013

2
TERRORISMES : Des terroristes tentent de s’évader

Comment sont financées les activités des groupes armés qui commettent des actions assimilables à de la criminalité transnationale ? Ces organisations criminelles qui ont sans doute des penseurs, se signalent surtout à travers des attentats et attaques terroristes perpétrés par les groupes armés qu’elles mettent en place. D’où proviennent ces centaines de millions de dollars, que nécessitent les activités de chacun des groupe armés que sont Boko Haram, Aqmi, Al Mourabitoune, ou Ansar Dine, qui bravent les armées nationales, les casques bleus et la Force antiterroriste française Barkhane?

Dans leur stratégie de guerre asymétrique, ils organisent des attaques contre les armées conventionnelles nationales (Mali, Niger, Nigéria…) des forces multinationales (Minusma au Mali) pour semer la terreur dans les rangs de ces forces, mais aussi au sein de la population et dans l’opinion publique. A titre illustratif, on peut citer les attentats commis à Bamako, au Restaurant-Bar La Terrasse, ayant fait 5 morts le 7 mars 2015, à l’hôtel Radisson Blu, ayant fait 22 morts le 20 novembre 2015 ; et également celui commis à Sévaré en août 2015 contre un hôtel. Et tout cela, malgré la coexistence de plusieurs dispositifs sur le terrain, comme les Forces armées maliennes (Fama), la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma), la force antiterroriste française Barkhane, le G5 regroupant la Mauritanie, le Mali, le Burkina Faso, le Niger et le Tchad.

Les armes et engins de guerre, les matériels d’équipement, le ravitaillement en carburant et autres approvisionnements de ces groupes armés, bref leur capacité opérationnelle coûtent des centaines de millions de dollars, sur la provenance desquels, il y a lieu de s’interroger. Car si ces groupes armés ont choisi le vaste Sahara avec ses grottes comme sanctuaire, il n’en demeure pas moins que les centres d’intérêt névralgiques des Etats, les villes restent leur théâtre d’opération. Ils ont la capacité de représenter durablement un défi pour toutes ces forces, avec la Minusma qui représente quelque 12 000 casques bleus au Mali.

D’où proviennent les ressources de ces groupes terroristes comme Boko Haram, Aqmi, Al Mourabitoune, ou Ansar Dine, qui bravent les armées nationales, les casques bleus et la Force antiterroriste française Barkhane? Dans le vaste désert du nord malien, du temps des rébellions aussi bien que de l’occupation djihadiste et même aujourd’hui, certaines situations conflictuelles, des affrontements entre différentes communautés, voire entre des groupes armés de différentes obédiences, peuvent s’expliquer difficilement que par les positionnements pour contrôler des zone d’influence, des passages pour les commerces douteux comme celui des armes et de la drogue. La stratégie opérationnelle de ces groupes comporte le contrôle qu’ils exercent sur des axes économiques, et le trafic de drogue et des armes.

 

Blanchiment de capitaux

Des véhicules gros cylindrés, des grands immeubles à niveaux dont les financements ne sont pas clairs, des comptes bancaires renfloués, sont le prolongement dans les villes d’activités illicites et opaques. Les propriétaires apparents ne mènent aucune activité transparente qui expliquerait leurs avoirs. Le trafic de drogue et d’armes, le blanchiment de capitaux et parfois même le trafic humain, se mêlent et s’entremêlent alimentant des sources de financements d’activités criminelles et le terrorisme.

« Boko Haram a des ressources financières importantes qui proviennent principalement du contrôle que le groupe exerce sur un certain nombre d’axes et de circuits économiques, et puis du trafic de drogue et du trafic des armes », explique Soumeylou Boubèye Maïga, ancien ministre malien de la Défense, expert sur les questions de terrorisme et d’extrémisme violent, invité de Christophe Boisbouvier, le 14 juin 2016. Quand on prend la carte, quand on regarde dans le sens est-ouest, Boko Haram sert d’élément important dans le transfert des drogues, en particulier de l’héroïne, depuis un certain nombre de ports d’Afrique de l’Est, comme Mombassa, Dar es Salam, et même plus loin le port de Durban, le groupe parvient à faire passer l’héroïne, via plusieurs ports du Nigeria, comme Calabar, Lagos, Port Harcourt, puis via un certain nombre de ports ouest-africains, et parvient à faire transiter la drogue jusqu’en Europe, explique l’invité de RFI. C’est-à-dire que Boko Haram fait transiter l’héroïne depuis les ports de l’océan Indien jusqu’aux ports du golfe de Guinée, et du golfe de Guinée sur l’Europe, principalement sur l’Italie, la Grande-Bretagne et d’autres. Donc c’est un trafic qui rapporte au groupe beaucoup d’argent. Ça, c’est dans l’axe est-ouest.

Dans l’axe nord-sud, son allégeance à l’Etat islamique lui permet d’être dans le transfert des armes à partir de la Libye. « Au niveau régional, c’est au niveau du lac Tchad qu’un certain nombre d’activités économiques licites ont été totalement infiltrées par les gens de Boko Haram. Je pense notamment à la pêche, je pense un peu au pastoralisme. Ce qui fait que Boko Haram dispose aujourd’hui de ressources financières importantes qui lui permettent de monter des opérations, de les planifier, de les conduire et de les multiplier », selon Soumeylou Boubeye Maïga.

Zone Afrique de l’Ouest

Grâce à la corruption et au chantage, Boko Haram parvient à contrôler des administrateurs et des opérateurs qui travaillent sur les grands ports du golfe de Guinée, comme Lagos, Port Harcourt, Calabar. C’est-à-dire que, pour organiser sa mainmise sur ces ports ou, en tout cas, pour pouvoir y faire les trafics qu’il organise, il lui a fallu avoir les moyens d’exercer plus de chantage sur beaucoup de gens qui sont dans la chaîne de gestion et d’administration de ces ports, et qui font qu’ils peuvent faire transiter tous ces produits illicites. Il y a donc des liens entre Boko Haram et les mafias qui contrôlent ces ports. « Et à titre de comparaison, je peux vous dire par exemple que le trafic des cigarettes, qu’il faut aussi ajouter aux différents trafics contrôlés par Boko Haram, a généré plus de 800 millions d’euros de profits en 2015, et que le trafic de cocaïne a généré plus de 900 millions d’euros de bénéfices en 2012-2013 ». Et cela sur la zone Afrique de l’Ouest. A titre comparatif, le budget de la Guinée-Bissau, pour la même période, c’est 117 millions d’euros.

La Rédaction LSB

Source : Les secrets bancaires

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Cela est connu depuis toujours, il n’y a rien de nouveau à ces informations; mais il faut retenir qu’il y a des complicités de plusieurs pays et institutions pour le trafic de ces produits pour l’obtention de ressources financières pour ces groupes djihadistes armés. Il suffit que les pays les plus nantis s’impliquent très fortement pour voir ces sources tarir tout de suite.
    NB: Il faut une fortement implication des pays nantis et ces trafics s’arrêtent instantanément.

    • Frere Coulibaly, plusieurs conflits sont cree’s et maintenus parce qu’on y tire des profits! Nous avons toujours su que les trafic du sucre, des cigarettes, du the’ et de la cocaine jouent un role important dans la destabilisation de certains pays. Les implications/complicite’s existent jusqu’au niveau de certaines de nos presidences africaines. GENERALEMENT, NOUS AVONS AFFAIRE A’ DES MAFIA. LA RELIGION EST UTILISE’E POUR GALVANISER CERTAINS IDIOTS QUI NE COMPRENNENT PAS LA VRAIE NATURE DU PROBLEME!!!! BEL MOCTAR, IYAD ET LES AUTRES DIRIGEANTS DES DJIHADISTES, SONT EGALEMENT LES CHEFS DES COMMERCES ILLEGAUX QUI EXISTENT DANS NOS PAYS!

Comments are closed.