Manifestation du 5 juin : Manassa Danioko cristallise la colère des manifestants

1

Au cours de la manifestation du 5 juin, le nom de la présidente de la Cour constitutionnelle revenait sans cesse dans la bouche de la plupart des manifestants qui demandent sa décongestion.

La présidente de la Cour constitutionnelle, Manassa Danioko, cristallise les rancœurs de beaucoup de Maliens contre le régime en place. « Manassa Danioko, dégage ! » pouvait-on lire sur des pancartes que des manifestants brandissaient.

Au cours de la manifestation du vendredi 5 juin, la simple évocation de son nom faisait grincer des dents à certaines personnes qui préféraient mettre fin à la conversation. L’imam Mahmoud Dicko a soigneusement évité de prononcer son nom tout au long de son intervention.

Les manifestants venus d’un peu partout à travers le monde et la diaspora l’accusent d’avoir « tripatouillé les résultats des élections législatives ». C’est pourquoi, ils exigent son départ de la tête de l’Institution.

Une idée soutenue par l’ancien ministre de la Justice, Maître Mohamed Ali Bathily. Selon lequel, Manassa Danioko ne mérite pas de trancher une quelconque affaire au Mali. La présidente de la haute juridiction est visée selon lui par « une plainte pour forfaiture ».

Il faut dire que les résultats définitifs des élections législatives proclamés par la Cour constitutionnelle ont fait l’objet de nombreuses contestations. C’était le cas à Kati, en Commune I du District de Bamako, à Sikasso, pour ne citer que ces localités.

Sora Bana Sanu

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Les manifestants venus d’un peu partout à travers le monde et la diaspora l’accusent d’avoir « tripatouillé les résultats des élections législatives ». C’est pourquoi, ils exigent son départ de la tête de l’Institution. Mais a cela il faut ajouter les menaces par voie de presses de la cour constitutionnelle contre la marche du 5 Juin afin de proteger Boua le ventru IBk, ce qui nous fait comprendre que Manassa et Boua le ventru IBK doivent partir tous deux pas l’un sans l’autre ensuite le repechage de Timbine par Manassa et son election a la presidence de l’Asemlee nationale par Boua le ventru IBK sont des signes tres clairs alors les trois doivent partir afin que la democratie Malienne puisse etre respectee et digne et que le Mali soit une republique respectee et respectable.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here