Laâyoune (Sud marocain) : 8 milliards de dollars d’investissements annoncés par Rabat

0

sahara-marocUn centre hospitalier universitaire, une université qui portera le nom de Mohammed VI, un lycée moderne, des milliers d’emplois, des terres à aménager, des projets de pêche à créer, la promotion de l’énergie solaire, bref l’amélioration des conditions de vie et de travail, sont, entre autres, les réalisations que le Royaume du Maroc s’est engagé à concrétiser dans le Sud marocain, le 7 novembre dernier, dans le cadre du «Nouveau modèle de développement des provinces du Sud».

Accompagné du Prince Moulay Rachid, Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu l’assiste, a été accueilli avec pompe par les populations de Laâyoune, le 7 novembre dernier, dans le cadre du 40ème anniversaire de la Marche verte (6 novembre 1975).

A cette occasion, le drapeau marocain flottait sur tous les toits, bâtiments publics et privés. Les habitants étaient sur leur 31, dans des habits de style mauritanien, avec des femmes drapées dans des jolis voiles. Par endroits, on entendait des youyous, les spectateurs ne tarissant pas d’éloges envers le Raïs.

Certaines dames s’exprimaient en espagnol, avec des gestes de la main. Les tams-tams étaient là, les danseurs aussi, qui rivalisaient de pas de danses qui ressemblent forts à ceux de nos parents de Kidal. Des porteurs de gros turbans, comme celui de l’Aménokal de la capitale de la 8ème région, étaient également visibles par endroits.

En fait, ces habitants ont beaucoup de ressemblances avec les populations de l’Adrar des Iforas, à la différence qu’aujourd’hui le Sahara marocain est sur la voie du développement, contrairement à Kidal, qui attend impatiemment son tour.

Bref, pour en revenir à Laâyoune, la fête était celle des grands jours et les organisateurs avaient mis les petits plats dans les grands. Sur la place du Méchouar, lieu de la cérémonie, le Roi Mohammed VI a salué les couleurs nationales, avant de passer en revue un détachement de la Garde Royale.

Ensuite, le Premier ministre, Abdelilah Benkirane, a salué le Roi comme cela se doit. Les autres membres du gouvernement et officiels ont fait le même geste, y compris les Walis (gouverneurs) des régions de Laâyoune.

Second temps fort, plusieurs personnalités marocaines et étrangères ont reçu des mains du Souverain des décorations, les «Ouissams Royaux», une reconnaissance du pays. Puis, sous la grande tente bien climatisée, une spécialité marocaine de plus en plus exportée, notamment au Mali, les grands discours purent commencer.

Sous la direction bienveillante de Sa Majesté le Roi, et avec son autorisation, les ministres de l’Intérieur et de l’Economie et des Finances, Mohamed Hassad et Mohamed Boussaid, ont présenté les grandes lignes du «Nouveau modèle de développement des provinces du Sud».

On retiendra d’abord des différents exposés que ce nouveau modèle est basé sur les principes de participation, d’inclusion, de gouvernance responsable et de durabilité. Ensuite, ce nouveau modèle va mobiliser des investissements de l’ordre de 77 milliards de dirhams, soit 8 milliards de dollars. Il vise la création de pôles de compétitivité, le développement économique, la promotion sociale, la bonne gouvernance, la durabilité et le renforcement de la connectivité.

On retiendra aussi les grandes actions concrètes à mener, parce que, «lorsque le Maroc fait une promesse, il la tient par l’acte et la parole. Il ne s’engage que sur ce qu’il peut honorer» (parole du Souverain).

Il s’agira de la construction du Centre Hospitalier Universitaire de Laâyoune, d’une technopole à Forum El Oued, qui abritera l’Université multidisciplinaire Mohammed VI de Laâyoune, d’un lycée d’excellence et d’un centre de qualification des compétences.

S’y ajoutent la création d’un nouveau complexe industriel, pour la production d’engrais (16,8 milliards de dirhams) et la réalisation de 59 projets dans divers domaines, notamment l’énergie, l’immobilier, le commerce, les services, les transports, l’éducation et la santé, avec à la clé 10 300 postes d’emplois.

Ce n’est pas tout. 1 055 kms de routes sont prévus dans 6 ans et profiteront à plusieurs régions des Provinces du Sud, où il y aura également 1 000 ha à aménager, avec 6 projets à Dakhla pour valoriser la pêche, et l’énergie solaire à promouvoir, etc.

La rencontre a été sanctionnée par un grand déjeuner offert par le Roi Mohammed VI à plus de 2 000 personnes, en présence du Prince Moulay Rachid, son frère, qui a eu droit à une haie d’honneur et aux ovations des convives.

Chahana Takiou, Envoyé spécial à Laâyoune (Sahara marocain)

 

Brèves de Laâyoune :

Maradona à Laâyoune pour marquer un but

Dans le cadre de la commémoration de la Marche verte, un match de gala a réuni plusieurs ex-stars de football à Laâyoune, chef-lieu des provinces du Sud marocain, le vendredi 6 novembre dernier, dans la soirée. Les deux équipes étaient d’un côté l’équipe arabo-africaine et de l’autre celle du reste du monde. A la tête de ces ex – stars, le légendaire Diego Maradona, chaleureusement accueilli par le public de l’aéroport Hassan II de Laâyoune jusqu’au Stade Mohamed Laghdaf. Il a réussi à la 10ème minute de la première mi-temps à secouer les filets de l’équipe adverse, avant de quitter la pelouse  à la 18ème minute, sous les applaudissements.

Les Français Basile Boli et Sylvain Wiltord étaient de la partie

Au cours de ce match de gala, l’équipe du reste du monde était coachée par Nassert Larguet et Mustaph El Haddaoui. Cette équipé comprenait les Français Basile Boli et Sylvain Wiltord, les Italiens Francesco Toldo et Alessandro Altobelli, les Brésiliens Edmilson et Gilberto Silva. Alors que l’équipe arabo-africaine était formée du Libérien George Weah, du Ghanéen Abédi Pelé ainsi que des Egyptiens Mohamed Abou Trika et Nader El-Sayed. Il faut souligner que plusieurs joueurs marocains étaient de la partie, notament Youssouf Chippo, Salaheddine Bassir et Amed Faras.

Enfin, il faut relever que le match s’est achevé par la victoire de l’équipe de Diego Maradona, sur un score de 4 buts à 1.

Pas de chambres pour les journalistes africains

Dans le chef-lieu des provinces du Sud, à Laâyoune, les hôtels étaient pleins à l’arrivée de la délégation des journalistes de l’Afrique Occidentale et du Centre. Arrivé aux environs de 10 heures, les journalistes n’ont pas eu l’occasion de se débarbouiller, faute d’hôtel. Ils se sont mis au travail, avant de déjeuner et de poursuivre la mission dans l’après-midi, sans s’arrêter. A 20 h, le constat était là: pas d’hôtel. La fatigue s’accumulait et certains commençaient à s’énerver. C’est aux environs de 0 h que nous avons pu être logés, dans un hôtel de haut standing au bord de la mer, à 25 km du centre ville. Des délégations officielles l’avaient quitté pour Casa. Ce qui a fait notre bonheur. Tout est bien qui finit bien.

«Le retour à l’UA n’est pas à l’ordre du jour» dixit le ministre de la Communication

Le ministre marocain de la Communication, Mustapha Khalfi, est venu rendre visite aux journalistes africains dans leur hôtel de Laâyoune. Au cours des échanges, un confrère lui a demandé «à quand le retour du Maroc au sein de l’Union Africaine?» Sa réponse a été nette: ce n’est pas à l’ordre du jour. Ce qui nous préoccupe, a-t-il dit, c’est bien la régionalisation avancée pour les provinces du Sud marocain, afin de mettre en œuvre les projets structurants pour le bonheur des populations.

«Nous sommes membre fondateur de l’OUA, qui a donné naissance à l’UA. Un jour viendra, ça ne sera pas long, c’est mon souhait, où nous allons occuper notre place, toute notre place, pour le progrès de l’Afrique», a souhaité Mustapha Khalfi.

Rassemblées par Chahana Takiou          

PARTAGER