Safa Assurances – AAB : les dessous d’un deal

Le groupe béninois AAB qui s'apprête à débourser une bagatelle d'environ 20 millions d'euros pour acquérir l'assureur ivoirien Safa Assurances serait-il en opération commando masquée après la décision brusque de la marocaine Wafa Assurances de surseoir en août 2013 à l'opération de rachat des 75% des parts de celle-ci. Exclusif.

0

 Nébuleuse autour du sinistre du siège de Safa Assurances. D’après des informations en notre possession, un incendie avait gravement endommagé les archives et l’immeuble abritant le siège de Safa Assurances à Abidjan. Ce gros sinistre couvrant la période 2001-2012 dont les contours restent encore flous refait surface à l’occasion des tractations en cours engagées entre l’assureur béninois l’Africaine des Assurances et Safa Assurances Côte d’Ivoire. Suite à cet incendie, tous les dossiers sinistres sur la décade (archives saillantes de la Safa, soit un volume de 5 393 dossiers) et une partie des dossiers corporels stockés dans des boîtes d’archives ont été totalement détruits. Seuls ont été épargnés les dossiers sinistres corporels s’étalant sur la période 1995-2001 et les dossiers risques divers couvrant la période 1997-2012, soit 897 dossiers au total pour ces deux rubriques. Selon des sources concordantes, la disparition des dossiers consécutifs à ce gros sinistre n’a pas éteint les réclamations des assurés et victimes diverses qui sont toujours en possession de leurs polices d’assurance et des pièces afférentes à leurs réclamations. Nous y reviendrons en détails. Nos sources évoquent même que le propriétaire de l’immeuble abritant le siège de la compagnie d’assurances Safa à Abidjan a déjà obtenu une décision de justice condamnant Safa Assurances et Avenir Ré à lui verser plus de 2 milliards de f CFA. Les Afriques qui a recoupé les informations mises à sa disposition peut affirmer que le propriétaire de l’immeuble où trône majestueusement le siège de Safa Assurances n’est autre que l’ancien ministre guinéen, sous l’ère de la transition, Mansour Kaba. Reconverti en homme d’affaires, Mansour Kaba qui a beaucoup souffert de ce sinistre est très bien introduit dans les palais de Conakry et d’Abidjan.

 

Rétropédalage de l’assureur marocain Wafa. Après s’être rapproché de Safa Assurances Côte d’Ivoire pour acquérir à hauteur de 75% des parts du capital de l’entreprise, Wafa Assurances a décidé de surseoir à l’opération de rachat, pourtant presque bouclée et annoncée en grande pompe, courant 2012. Subitement, elle jeta l’éponge. Sans bruits. Août 2013, le gros sinistre bloque le processus de rachat et l’opération tourne en eau de boudin. Les Marocains ont-ils flairé le bizutage de premier degré pour désister au finish ?

 

Une nouvelle lune de miel se profile. Deux ans après le désengagement de Wafa Assurances, l’Africaine des Assurances Bénin largue les amarres dans les cuves de Safa Assurance Côte d’ Ivoire. Grosse ambition de rachat de l’assureur ivoirien qui devra lui coûter la bagatelle de 20 millions d’euros. Toutefois, la coïncidence de proximité entre les deux patrons de ces compagnies d’assurances est à la limite troublante. Car le directeur général de Safa Assurance, l’Ivoirien Faman Touré, et le patron de l’Africaine des Assurances du Bénin n’est autre que le Béninois Ibrahim Cherifou. Les deux siègent comme administrateurs du réassureur panafricain Avenir Ré. Nous l’avons révélé dans notre édition électronique du 18 novembre dernier, dans la guerre de tranchées qui fait rage dans les couloirs de Avenir Ré. Ces deux administrateurs Faman Touré et Ibrahim Cherifou sont présentés comme les indécis jokers en face des deux camps qui s’affrontent pour le contrôle du leadership de Avenir Ré. Aujourd’hui, ces tractations intriguent dans les milieux avisés. Le gros point de friction reste de savoir à combien s’élèvent les montants des sinistres concernés.

 

PAR ISMAEL AIDARA, RÉDACTEUR EN CHEF

Les Afriques

PARTAGER