Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali : L’intégration de 26 000 ex-combattants prévue entre 2023 et 2024

0

L’hôtel Radisson Collection (Ex- Shératon) a abrité, le vendredi 05 août 2022, la cérémonie de clôture de la réunion décisionnelle des Parties de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger, sur certains aspects de la mise en œuvre de l’Accord. Cette réunion de haut niveau ayant pris 5 jours a été organisée par le Ministère de la Réconciliation, de la Paix et de la Cohésion nationale, chargé de l’Accord, en partenariat avec la Coopération Allemande, la GIZ. La présente Réunion de Niveau Décisionnel a permis de prendre les décisions dont l’intégration de 26.000 ex-combattants en deux tranches de 13.000 dont la première tranche est repartie selon le quota ayant fait l’objet d’un consensus entre les parties et la seconde tranche sur une période de deux ans, notamment 2023-2024.

La cérémonie de clôture de la réunion était présidée par le Premier ministre, Dr. Choguel Kokalla MAÏGA, en présence des autres membres du gouvernement dont le Ministre de la Réconciliation, de la Paix et de la Cohésion nationale, chargé de l’Accord pour la paix et la Réconciliation nationale, Colonel-major Ismaël WAGUE ; le chef file de la Médiation internationale, El Haoues RIACHE, non moins l’ambassadeur de l’Algérie au Mali ; le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies au Mali et chef de la MINUSMA, El Gassim WANE ; des représentants des mouvements signataires de l’accord et d’autres personnalités. Il ressort du communiqué final de la réunion que des décisions ont été prises dont l’intégration de 26.000 ex-combattants en deux tranches de 13.000 dont la première tranche est repartie selon le quota ayant fait l’objet d’un consensus entre les parties et la seconde tranche sur une période de deux ans, notamment 2023-2024 ; la création et l’opérationnalisation d’une commission ad hoc en charge de conduire les travaux et de formuler des propositions pour la gestion au cas par cas des hauts cadres civils et militaires des Mouvements signataires. « Cette commission qui sera mise en place de façon concertée dans le meilleur délai proposera des modalités de prise en charge des hauts cadres militaires des mouvements signataires à intégrer dans la chaîne de commandement.

Le Gouvernement prendra toutes les dispositions nécessaires pour diligenter les réformes politiques et institutionnelles non liées à la révision constitutionnelle. Aussi, en ce qui concerne les réformes prévues par l’accord qui sont liées à la révision constitutionnelle, le soin est laissé au gouvernement de veiller à les soumettre pour être prises en charge dans la rédaction de la nouvelle constitution en étroite collaboration avec les mouvements signataires », révèle le communiqué final lu au cours de la cérémonie de clôture.

Selon le Colonel-major Ismaël WAGUE, Ministre de la Réconciliation, de la Paix et de la Cohésion nationale, cette rencontre aura eu pour mérite de réunir les fils et filles de la patrie malienne dans un dialogue franc, convivial et fructueux tenu dans un esprit de paix et de confiance mutuelle même dans les contradictions, en vue de générer des consensus permettant de tenir les promesses faites aux populations éprouvées du Mali. « Malgré les accords obtenus à l’occasion de cette RND, des questions importantes restent à vider, mais tant que nous demeurons dans cette dynamique de dialogue fraternel, aucune contradiction ne survivra la volonté commune que nous avons de construire ensemble la paix dans notre pays. Nous rappelons que les décisions que la présente RND a permis de prendre et qui ont été lues dans le communiqué conjoint ici présenté, feront l’objet de notre part, d’une exécution diligente afin de rassurer d’avantage toutes les parties et de faciliter l’amorce des phases suivantes », a conclu le ministre.

Pour sa part, le Premier ministre, Dr. Choguel K. Maïga, a indiqué que le Gouvernement ne ménagera aucun effort pour mettre en œuvre sa part d’engagement pour réaliser ce qui a été convenu d’accord partie.

De même, dit-il, le Gouvernement s’engage à œuvrer pour créer les conditions de consensus sur les autres points en suspens. Dans cette perspective, il a invité le ministre chargé de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation nationale à mettre en place, le plus tôt possible, la Commission ad hoc inclusive pour traiter des points inscrits à sa charge. «J’exhorte tous les membres du Gouvernement concernés à œuvrer pour une mise en œuvre rapide des points d’accord auxquels nous sommes parvenus, Nous, Partie malienne, à l’issue de ces cinq jours de travaux. Je tiens à remercier l’ensemble des participants (Partie gouvernementale,  Mouvements signataires, Mouvements de l’Inclusivité) pour l’accomplissement de cette œuvre historique d’intérêt national en s’accordant sur certains aspects de la mise en œuvre de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation issu du Processus d’Alger », a conclu le chef du gouvernement.

Aguibou Sogodogo

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here