Combat entre Mnla et Mujao : Une autre manœuvre de Blaise

12

La reprise des combats entre les groupes armés terroristes au nord du Mali, plus précisément à Menaka, entre le MNLA et MUJAO, n’est ni plus ni moins qu’une autre  manœuvre de diversion du capitaine Blaise Compaoré, le médiateur autoproclamé dans la crise malienne. Il cherchait à forcer la main des autorités de Bamako en permettant au MNLA de brandir, ne serait-ce qu’un fait d’armes, par exemple l’occupation d’un puits ou d’une rue. Ainsi ils auraient un argument qui justifierait des négociations; ils ont lamentablement en essuyant une autre défaite dace au MUJAO. Si la guerre totale arrange le Mali, c’est les négociations qui arrangent Blaise qui  profiterait de ce cadre pour monnayer des portefeuilles ministériels au profit de ses protégés terroristes qui ne lâchent toujours pas la pression sur lui. Tandis qu’avec une intervention militaire internationale, il ne restera aux troupes du MNLA et d’ANSARDINE que d’aller s’installer à Ouaga; un scénario catastrophe qui inquiète sérieusement et à juste raison le capitaine vieillissant.

Blaise Compaoré

Trop de sel gâte la sauce. Blaise est à nu ! Cette mise en scène  consisterait seulement à  réintroduire ses protégés dans le jeu politique malien. Pour que cela fasse sens, il fallait donc une portion de terre dans une des localités des régions occupées pour leur permettre de négocier en position de force avec les autorités de Bamako.

Car pour ceux qui ne le savent pas,  depuis le 27 juin 2012, le MUJAO a bouté du nord du Mali le MNLA grâce au soutien militaire et logistique d’Ansar Dine et d’Aqmi. Dés lors ces bandits armés se sont repliés à Ouagadoudou chez Blaise ou ils vivent mieux que n’importe quel Burkinabé. A titre de rappel, c’est un hélicoptère de l’armée du Faso qui est venu au secours de Bilal Ag Cherif, le chef de guerre du MNLA blessé lors des combats pour son évacuation à Ouaga. Du mois de juin à nos jours, les pseudo-indépendantistes ne contrôlent plus rien au nord Mali. Avec l’annonce d’une intervention militaire internationale, ils sont devenus une patate chaude entre les mains de leur parrain Blaise Compaoré qui cherche à sauver sa tête. D’abord, il va leur faire dire de renoncer à l’indépendance, puis à la charia et maintenant de négocier. Pour que cette négociation ait un sens il faut qu’ils occupent  une partie du territoire et être en position de force. D’où la multiplication des combats ces derniers temps entre les groupes armés au nord du Mali avec l’appui logistique et financier de Compaoré ? Sinon, comment comprendre que des gens qui ont déclaré devant les médias qu’ils renoncent à l’indépendance de l’Azawad se retrouvent le lendemain dans un combat sanglant. Pourquoi ?  De surcroît, le MNLA est allé jusqu’à dire que l’armée malienne ne peut pas mener le combat de la libération; par conséquent il faudrait qu’on leur donne des moyens pour qu’ils délogent leurs rivaux (ou ex amis) terroristes et avoir ainsi un contrôle sur les zones nord et discuter confortablement avec le Mali. Mais ce qu’ils oublient, c’est que  le MNLA n’a jamais gagné un combat.

Ançar Dine qui dit renoncer à l’application de sa  charia (pas la charia islamique) continue à enlever les femmes à Tombouctou, jusque dans leurs chambres conjugales, seulement parce qu’elles ne porteraient pas de voiles.

A titre de rappel de violents combats ont opposé, le vendredi dernier à Menaka, dans la région de Gao, les combattants du MUJAO (Mouvement pour l’Unicité et le Jihad en Afrique de l’Ouest) à ceux du MNLA (Mouvement National de Libération de l’Azawad).

Selon des témoins sur place, la rébellion touareg MNLA a subi une lourde défaite. Avec, à la clé, d’importantes pertes en vies humaines et en matériels militaires. Les hostilités avaient repris le mercredi dernier entre les rivaux terroristes. Le bilan fait état de plusieurs morts dans les deux camps et des blessés dont le Mechkanine, chef adjoint des forces armées du MNLA. Seul un attardé mental peut croire que ces voyous ont renoncé à l’idée d’indépendance.

HKB

Commentaires via Facebook :

12 COMMENTAIRES

  1. A DAROU,
    si c’est cela que l’on vous a raconté sur la guerre des pauvres, alors il faut être débile pour le croire. Sais-tu que pratiquement un bataillon n’est pas rentré à Bamako après la guerre. Moussa TRAORE n’a jamais osé le révéler. Prônes plutôt la paix et non la guerre car nous les africains nous avons mieux à faire que de se battre

  2. POUR LA NON IMPUNITÉ, LA JUSTICE ET LA NÉGOCIATION POUR LUTTER CONTRE LES AMALGAMES, LE RACISME, LA HAINE ET LE TERRORISME ET POUR UNIR

    Bonjour,
    Le problème de racisme invoqué souvent par le MNLA n’est pas exact et n’est pas autorisé au Mali seulement compte-tenu de l’aspect cyclique de la rébellion Touareg, certains Maliens commencent à en avoir marre, ce qui, en plus des amalgames, peut expliquer le sentiment de rejet des Touaregs par ces derniers et la haine induite chez certains Touaregs.

    Ce n’est qu’un sentiment, en vérité le Mali est vraiment un pays multiethnique sans racisme.

    Certains disent que cette haine est amplifiée par l’accès inégal au travail et par des problèmes non résolus liés au sous-développement malgré les programmes mis en œuvre dans les zones du Nord Mali dans le cadre du pacte national. Ce dernier n’a pas bénéficié à tous.

    Or, ces problèmes sont communs à d’autres communautés vivant dans d’autres zones ou régions du Mali.

    Alors, faut-il pour autant que les autres communautés touchées par le même problème se rebellent ?

    NON, il y a d’autres façons de revendiquer (à travers la démocratie, la citoyenneté et la gouvernance participative) autres que la rébellion ou la force.

    Pour apporter une solution durable et pour éviter de nouvelles révoltes, les concertations nationales et les négociations sont incontournables.

    Voir ma proposition de sortie de la crise, se référer à la lettre ouverte au président du Mali et aux Maliens que j’ai publiée sur maliweb.

    Ces concertations et ces négociations permettront de faire le bilan du futur souhaité par toutes les parties prenantes (tous les maliens n’acceptant pas le terrorisme, TOUTES LES COMMUNAUTÉS Maliennes, les groupes armés MNLA et Ansar Dine acceptant les principes et conditions à fixer.

    Pour être admis à négocier, des principes (refus du terrorisme, non impunité, respect des droits de l’homme, coexistence pacifique) et des conditions (dépôt des armes, indivisibilité du Mali et laïcité) sont à accepter par tous les groupes (MNLA, Ansar Dine, Gandakoye, …) intégrant des Maliens.

    Il faut donc avoir une plateforme de concertations nationales et de négociation pour une sortie durable de la crise.

    J’ai proposé un cadre et une plateforme de ce type au Président et aux Maliens à travers la lettre ouverte précédente.

    Sachez que les négociations sont incontournables pour que les différentes parties prenantes, comme elles doivent toutes accepter la condition d’indivisibilité du Mali, puissent comprendre leurs différends, réfléchir au futur souhaité et s’entendre sur les problématiques consensuelles et éventuellement les grandes lignes des solutions à y apporter.

    Par exemple, comme développé dans ma proposition de sortie de crise, pourront être consensuelles des problématiques liées à la bonne gouvernance de la décentralisation, au développement résilient, au développement équitable et l’intégration équitable des communautés dans un environnement démocratique, décentralisé et sécurisé.

    En fait, lors de la négociation portant sur l’avenir du Mali, il s’agit pour les parties prenantes d’établir ce consensus sur des problématiques à traiter et plus tard disposer de mécanismes de contrôle et de surveillance.

    Les Maliens doivent ensemble réfléchir sur le futur souhaité et construire durablement le pays dans l’unité en négociant l’organisation de ce processus de construction.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    EXPERT TIC ET GOUVERNANCE
    E-mail: [email protected]

  3. je me demande souvent si ces journalistes maliens sont dignes de prétendre au titre de journaliste.
    la force occidentale qui doit appuyer les forces africaines pour libérer le Nord du Mali prône le Dialogue avant toutes interventions.
    vous penser toujours à la guerre.
    C’est simple comme de l’eau à boire: vous vous levez et vous vous constitué en une armée de journaliste, et si le nombre n’est pas atteint, reconvertissez vos frères et soeurs en journalistes et vous vous rendez sagement au Nord.
    les soldats maliens qui sont les plus concernés ne veulent même pas de cette guerre et veulent même entendre le mot guerre même.
    Il faut 8 semaines pour former chaque bataillon malien et le mali compte combien de bataillon ?
    si l’armée que vous glorifiez autent était puissante, on n’allait pas parler de formation mais plutôt un va t en guerre directement.

    • Si faible soit elle, l’armée malienne a mis en en échec celles de la Haute voltat et du Burkina faso. Dans une guerre, surtout quand elle a concerné des pays frères il faut éviter de parler défaite ou de victoire. Mais le constat a été que le Mali est parvenu à porter ces guerres jusque sur le territoire burkinabé. Ce que vous ignorez, la guerre de 1986, appelée guerre d’Amacher, n’était qu’une manoeuvre de Sankara et de Blaise pour redorer leur honneur après l’échec pendant la première guerre. Malheur a pris Sankara, car de cette ambition devraient découler d’autres projets “révolutionnaires”. Comme il n’est jamais facile aux africains rebondir, en conséquence,ils tombent le cafouillage. Alors personne ne se comprend plus et les loups finissent par se manger. A l’interne, ce projet de sankara visait à moyen terme à étendre le territoire du sahel burkinabé (ses origines) sur les autres territoires et à long terme, la suprématie des ressortissants de ce territoire sur les mossis.

      • je savais pas que tu es historien bref.
        si c’est le cas, cela veut dire que depuis 1986 le mali n’a pas de guerre par conséquent, elle dispose toujours des armes qu’elle s’est servie pour venir a bout du Burkina Faso.
        dans ne compté plus cette communauté africaine pour venir vous liber.
        au faite où sont passées les armes qu’ont a vu défiler pendant la fête de l’indépendance du durant le règne d’ATT.
        donc le capitaine malien a dit vrais alors. ” la majorité des armes qui ont servies aux défilés de la fête de l’indépendance du mali ont soit été prêté ou loué” pour berner la population malienne.
        tu fais allusion a la guerre des pauvres en 1986
        j’espère que ces dirigeant qui ont passé le temps a mentir au peuple malien t-ont dit que la moitié d’un bataillon n’est pas rentré au Mali après cette guerre dont tu fais allusion.

      • N’oublie pas aussi que c’est pas les soldats maliens seulement qui sont concernés par cette guerre. c’est toute l’armée de l’Afrique de l’ouest qui est concernée.
        je te comprend maintenant comme le Mali n’envoie jamais de contingent militaire a l’extérieur.
        raison pour laquelle tu prônes pour un va t en guerre. sache que des familles seront endeuillées malgré qu’elle n’ont rien a avoir dans cette foutue de merde de guerre que vous les journaliste prétendez être l’unique voie pour parvenir a une solution définitive.
        il serait plus sage de moraliser la classe politique qui ne pense qu’au pouvoir en se mangeant au détriment de leur compatriotes qui subissent tous au nord.
        je pense même pas que cette classe politique malienne tient a ce que cette situation se règle, surtout qu’elles sont pas partant pour les élections de l’après guerre.

    • c’est honteux de t’attaquer au journaliste malien,ce qu’il dit est vrai .nous avons fait fausse route en prenant Blaise comme médiateur.il n’est ni un exemple en matière de démocratie ,ni en bonne gouvernance encore moins un visionnaire.c’est l’homme de la France -Afrique des réseaux mafieux .il remplace ATT dans le commerce des otages.le journaliste ,son rôle n’est pas la guerre mais de nous informer ,éduquer.nous pouvons gagner seul cette guerre sans l’aide de personne ,seulement quand on a des dirigeants qui ne voient pas loin que le bout de leur nez ,eh bien c’est l’impasse ,on tourne en rond .Ditous tu ne dis rien .quand tu n’as rien à dire tu la fermes.

      • Vous êtes bêtes; après l’algerie, vous êtes chez Blaise après Blaise, vous êtes en france après, vous finirez par aller voir l’azawad pour demander pardon pauvre con. Celui qui prend son problème pour courir partout en cherchant de l’aide et en montrant son ingratitude finit toujours par payer cher. Pauvres ingrats; allez vous faire foutre.

      • Blaise ne s’est pas autoproclamé comme médiateur dans la crise malienne.
        je te rappel que c’est la CEDEAO qui l’a désigné comme médiateur.
        si la CEDEAO le laisse continuer la médiation c’est qu’elle a confiance en lui.
        en plus tout ce qu’il a dit dans la résolution du problème malien s’est avéré vrais.
        la preuve en ai que tous ceux qui prônaient un va en guerre commence à comprendre qu’il faut négocier avec ceux avec qui ont peut négocier.
        en plus sache qu’il un militaire de formation il s’est ce que c’est que la guerre et il connait bien l’armée malienne.
        Sache aussi que tant que les institutions maliennes ne seront pas stable, il n’aura pas d’intervention.
        et on finira par épouser les idées américaines malgré nous. c’est a dire les élections et après l’intervention.
        Choses que les politiciens de la transition ne veulent pas entendre.

  4. De toute façon Mr blaise est entrain de jouer sa dernière cartouche en Afrique de l’ouest ? je crois cette fois ci il est son propre fosfailleur de tombe? et déja le MUJAO et AQMI doivent déja déclarer la guerre à blaise? car ces derniers affrontements à Ménaka est orchestré par lui? il arme le MNLA contre MUJAO et AQMI . et déja il n’est plus crédible comme médiateur , il a violé plusieurs fois l’espace terrestre et aérien malien il s’est foutu de nous les maliens? est ce que etre médiateur est une obligation ? il n’a démissionné le peuple ne veut pas lui? vraiment ? une ordure voisin?

  5. De toute façon Mr blaise est entrain de jouer sa dernière cartouche en Afrique de l’ouest ? je crois cette fois ci il est son propre fosfailleur de tombe? et déja le MUJAO et AQMI doivent déja déclarer la guerre à blaise? car ces derniers affrontements est orchestré par lui? il arme le MNLA contre MUJAO et AQMI . et déja il n’est plus crédible comme médiateur déja il a violé plusieurs fois fois l’espace terrestre et aérien malien il s’est foutu de nous les maliens?

  6. Chers internautes,

    Priere d’effacer dans vos idees que le MNLA a renonce a l’independance. Visiter un peu leur site pour vous impregner de leur possition: http://www.azawad.net

Comments are closed.