Déclaration finale de la rencontre de concertation interne du MNLA; les 29; 30; 1er et 02 Mai 2014

14
prisonniers MNLA
Cérémonie de remise des prisonniers MNLA par les autorités maliennes
BKO 02 Octobre 2013 Photo Archive

DECLARATION FINALE

La rencontre de concertation interne du MNLA, tenue à Kidal du 29 avril au 02 mai 2014, se félicite de la présence à ses assises de plus de 2000 personnes venues de toutes les régions de l’Azawad et des représentants à l’extérieur. Elle se félicite également de la présence à l’ouverture et à la clôture de Elhaj Intalla Ag Attaher, coordinateur des tribus de l’Adagh, de Elhaj Baba Ould Sidi El Moctar, chef de la tribu Kounta, de plusieurs autres chefs de tribus et fractions de Tombouctou, Gao et Ménaka, du Secrétaire Général du Haut Conseil pour l’Unité de l’Azawad (HCUA), Alghabass Ag Intalla et d’une forte délégation du Mouvement Arabe de l’Azawad (MAA) conduite par son Secrétaire général Sidi Brahim Ould Sidatt.

La rencontre salue la présence des représentants de la MINUSMA.

Elle se réjouit de la tenue de ses assises à un moment où les intérêts supérieurs de l’Azawad sont devenus un enjeu encore plus grand. La rencontre a enregistré avec une très grande satisfaction le discours du Secrétaire Général du Mouvement, Monsieur Bilal Ag Achérif, président du CTEA (Conseil Transitoire de l’Etat de l’Azawad). Elle se félicite des mises au point apportées par cet important discours, notamment :

– Le caractère révolutionnaire du MNLA,

– La nécessité de maintenir la remarquable symbiose entre la branche politique et la branche armée du Mouvement ;

– Le rôle important joué par les femmes et les jeunes de toutes les régions de l’Azawad ;

– Le rôle salutaire joué par les chefs traditionnels de toutes les régions de l’Azawad ;

– Le rôle important joué par toutes les cellules extérieures ;

– La disponibilité du MNLA au dialogue politique sur la base de l’intérêt supérieur de l’Azawad ;

– La disponibilité du MNLA à tendre la main à tous autres Mouvements et Organisations œuvrant à remettre l’Azawad dans ses droits légitimes ;

– La nécessité de rester hors des sphères de toutes organisations hostiles à l’Azawad ;

– La détermination du MNLA de rester pleinement confiant en la médiation et facilitation de la communauté internationale, des institutions internationales et sous-régionales et des Etats tant que leur implication ne révèle pas l’intention d’une restauration pure et simple de la dictature et du mépris de l’Etat Malien ;

– La nécessité de maintenir solidement l’unité d’action au sein du Mouvement car le chemin de la révolution n’est jamais court.

Après avoir entendue les interventions et messages du Conseil Révolutionnaire, du Conseil Consultatif, de la Coordination des Femmes de l’Azawad, de la jeunesse de l’Azawad, de l’Etat Major du MNLA et de ses cellules extérieures notamment celle de l’Arabie Saoudite, de la Mauritanie, du Burkina Faso, de l’Algérie, de la Lybie et de l’Europe :

Ø La rencontre salue la ferme détermination des femmes de l’Azawad à œuvrer pour que notre territoire recouvre sa pleine dignité, et note avec une grande satisfaction leur exhortation à renforcer une dynamique interne du Mouvement en adéquation avec les impératifs du moment.

Ø La rencontre a rendu un vibrant hommage, en leurs faisant des bénédictions, à tous les martyrs azawadiens tombés sous les balles de l’armée malienne de 1960 à nos jours, victimes de terrorisme, ainsi qu’à tous ceux qui ont perdu la vie au nom de la lutte héroïque pour l’Azawad.

Ø La rencontre salue l’implication de la communauté internationale dans le conflit opposant l’Etat malien à l’Azawad depuis 54 ans et principalement l’intervention du Conseil de Sécurité de l’ONU.

Ø La rencontre a apprécié positivement les résultats obtenus dans la recherche de stabilité et surtout de la Division Droit de l’Homme de la MINUSMA et souhaite que cette voie soit poursuivie avec toute la rigueur, toute l’impartialité que requiert la gravité et la délicatesse de la situation.

Ø La rencontre se réjouit également du respect de l’accord de Ouagadougou par le MNLA.

Par contre les participants à cette rencontre condamnent fermement, aux yeux de la communauté internationale, la violation flagrante et ostentatoire de cet Accord par la partie malienne. La concession faite par le MNLA quant à l’intégrité territoriale du Mali n’est nullement un sauf-conduit pour le retour au statu quo.

Elle dénonce devant la Communauté Internationale, avec la même fermeté, la tendance à « remettre en selle » l’Etat malien avant la signature d’un accord global définitif entre l’Azawad et l’Etat malien qui doit mettre en exergue le statut juridique et politique de l’Azawad.

Face à cette situation, Le MNLA :

· Réaffirme son attachement aux aspirations du peuple de l’Azawad c’est-à-dire le recouvrement de toutes ses libertés et de sa dignité ;

· Apprécie la Coordination inter-Mouvements amorcée à Rome en Mars dernier ;

· Encourage le rapprochement, l’unité dans l’atteinte de l’intérêt supérieur de l’Azawad ;

· S’inquiète de la non application de l’Accord de Ouagadougou ;

· Exige, comme prévu dans cet Accord, la libération immédiate et sans conditions des personnes détenues du fait du conflit, y compris celles, nombreuses, kidnappées depuis le 18 juin 2013 ;

· Réaffirme son rejet systématique de toute forme de terrorisme d’où qu’il soit ;

· Demande l’élaboration et le respect des modalités du cessez-le-feu ;

· Demande la mise en place de la commission d’enquête internationale indépendante ; sur les crimes commis par le Mali depuis 1960 sur le peuple de l’Azawad;

· Exige l’arrêt des exactions, des arrestations, détentions, pillages, provocation et harcèlement de tout genre par les Forces armées maliennes ;

· Demande la mise en Œuvre du cantonnement, concomitamment avec la progression du processus de négociations (statut politique);

· Exige la libre circulation des personnes et de leurs biens,

· Demande le fonctionnement des structures prévues (CSE, CTMS et EMOV) par l’Accord de Ouaga et

· L’Assistance au Mouvement.

Ces dispositions citées ci-dessus et contenues dans l’Accord de Ouagadougou doivent être satisfaites par le gouvernement du Mali. Le MNLA reste toujours ouvert aux négociations sous l’égide et la garantie de la Communauté internationale, en dépit du retard accusé par l’Etat du Mali avec les conséquences qui en découlent.

 

Mouvement National de Libération de l’Azawad
Kidal, le 02 Mai 2014
La rencontre 

Commentaires via Facebook :

14 COMMENTAIRES

  1. Ladji et sa bande, la balle est dans votre camp. Le Conseil de Securite vous avez carresse un peu dans le sens des poils et avec la signature d’un accord de defense avec le patron francais, alors debarassez nous de ces bandits en les desarmant et en les catonnant une bonne fois pour toute.
    Ladji qui parle et nous chauffe le thympan tous les jours sans que mouche de se fait. Au boulot, c’est pour ca que le peuple vous amis la ou vous etes actuellement.

  2. Quel faiblesse de ibk comment le mali peut laisse le mnla faire ses réunions sur le sol malien a kidal ibk est en triant de dénigrer le mali pas son incapacité le mnla ne respect pas le mali pourquoi ont doit les respecter tue à babemba biton doivent se retournes dans leurs tombaux

  3. Ceux qui pensent trouver une solution en négociant avec les groupes criminels mnla et maa perdent leur temps et prolongent la souffrances des populations

    CEUX QUI PENSENT TROUVER UNE SOLUTION EN NEGOCIANT AVEC CES CRIMINELS PERDENT ENORMEMENT LEUR TEMPS ET NE FONT QUE AGRAVER LES SOUFRANCES DES DREFUGIES QUI ONT HATE DE RENTRER CHEZ EUX.

    NOUS AVONS TOUJOURS DIT QUE LE PROBLEME DES REBELIONS RECURENTES TIRENT SA SOURCE DANS LE GRAND BANDIDISME LE TRAFFIC DE DROGUE , LE TRAFFIC D’ARMES JUTEUX ETC , PROPICES DANS CETTE VASTE ZONE.
    C’EST EXACTEMENT COMME LES CARTELS MEXICAINS ET LES FARCS QUI CHERCHENT A CONTROLER DES ZONES ENTIERES , C’EST POURQUOI ILS S’OPPOSENT TOUJOURS A UNE PRESENCE REPUBLICAINE DANS CES ZONES.
    LES GROUPES CRIMINELS QUI ONT PRIS LES ARMES / MNLA MAA ANCARDINE ETC ONT MEME ETE DESAVOUE PAR LES COMMUNAUTES QU’ILS PRETENDENT REPRESENTER.
    EN PROTEGEANT CES CRIMINELS LE CONSEIL DE SECURITE NE FAIT QU’AGRAVER LE PROBLEME AVEC L’IMPUNITE DU LEVE DES MANDATS INTERNATIONAUX CONTRE CES CRIMINELS QUI ONT FAIT TANT DE VIOLS ET TANT D’AUTRES CRIMES CONNEXES.
    💡

  4. Le nord du Mali est le plomb dans l’aille de la colombe malienne. Il est grand temps qu’on se sépare de ce fardeau qui nous empêche d’amorcer notre développement économique. Faisons le référendum à l’issu duquel ils auront leur indépendance. Et nous allons refouler tous les Nordistes. je vous avoue qu’en dix ans le Mali sera un pays émergeant où le chômage sera absorbé où autosuffisance alimentaire sera un acquis, en outre le sempiternel conflit sera derrière nous.

  5. Le MNLA, un gentil criminel.
    5 mai 2014 • Par Aliou Hasseye.

    En 2012, le Mali a vécu un enfer, certains l’appelleraient le sort du destin, d’autres le prix du laxisme ou de la naïveté. Mais si tout le monde s’accorde sur une chose, c’est bien l’identité des déstabilisateurs.

    Pour les maliens, il n’existe point de qualification supplémentaire à « groupes armés ». Mais pour la communauté internationale, la distinction « groupes armés rebelles » et « groupes armés terroristes » est primordiale. C’est ainsi que certains groupes, comme le MNLA, furent différenciés des « terroristes ».

    Malgré les preuves d’actes criminels du MNLA, il continue de bénéficier d’un traitement plus doux par rapport aux autres mouvements armés. Des fois, il est même adulé, protégé et aidé par « son amie », la France.

    Quant à l’ONU, elle le tolère, bien qu’au vu de ses constats sur le terrain, le mouvement se distingue à peu d’égards des autres groupes armés appelés « terroristes ».

    Le secrétaire général de l’ONU reconnait, dans un récent rapport, que « depuis le début de l’offensive menée au début de 2012 contre les forces armées maliennes, le MNLA a été responsable de pillages généralisés d’installations publiques, d’actes visant les ressortissants du sud du pays, de viols et de violences sexuelles, ainsi que du recrutement et de l’utilisation d’enfants et de jeunes provenant de fractions Touaregs locales et de proches de cadres du Mouvement. ».

    En réalité, si la qualification « terroriste » doit s’employer dans son sens strict, le MNLA ne saurait faire l’exception. Le mérite de la distinction aurait dû revenir aux seules victimes qui ont vécu l’enfer et connaissent chacun de leurs bourreaux. Quand bien même ce droit ne leur fut pas reconnu, la communauté internationale devait procéder à une requalification après la découverte des faits terroristes du mouvement.

    Quoi de plus criminel ou terroriste que le meurtre ou la mutilation d’innocents enfants ?

    « Pendant les premiers mois de 2012, le MNLA était le principal groupe qui recrutait et utilisait des enfants, commettait des actes de violences sexuelles et se livrait à des meurtres et des mutilations d’enfants. » (Rapport – Secrétaire General des Nations Unies).

    Les maliens se demandent ce que le MNLA a de si particulier pour être considéré comme saint malgré son penchant criminel. Comment peut-il avoir commis les exactions avec ses alliés AQMI, MUJAO, Ansar Dine et jouir d’un traitement amical par les forces qui étaient censées rétablir, rien de plus, rien de moins que l’intégrité territoriale du Mali ?

    « En 2012, 211 cas de violences sexuelles et sexistes (viol, esclavage sexuel, mariage forcé, violence sexuelle en détention et viol en bande) perpétrés par des acteurs armés, notamment le MNLA, le MUJAO, Ansar Dine et AQMI, ont été signalés. Ces groupes utilisaient la violence sexuelle comme tactique de guerre pour humilier les populations, leur faire peur et exercer un contrôle sur celles-ci. C’est pourquoi en 2013, j’ai inscrit Ansar Dine, le MNLA et MUJAO sur la liste des entités ayant commis des violences sexuelles » (Rapport – Secrétaire Général des Nations Unies).

    L’ONU ne sert-elle à rien ? La France n’a-t-elle plus de principe ? Pourquoi collaborer avec le MNLA, une organisation terroriste ? Pourquoi héberge-t-elle chez elle les leaders du MNLA ? Pourquoi l’armée française n’a pas suivi les objectifs premiers de sa mission ? Pourquoi a-t-elle permis une nouvelle atteinte à la souveraineté du Mali en laissant s’installer des criminels armés ? Pourquoi avoir permis qu’une déclaration d’indépendance d’une partie du Mali soit prononcée sur son territoire ?

    « Deux sœurs songhaïs âgées de 14 et 16 ans auraient été emmenées de force de leur domicile de Gao par des éléments du MNLA et violées par plusieurs hommes toute la nuit » (Rapport – Secrétaire Général des Nations Unies).

    Le MNLA est un groupe armé qui n’a aucune légitimité, porté par aucune aspiration de défense des principes fondateurs de l’humanité mais il continue à agir en toute impunité car protégé le par le grand pays des libertés, la grande démocratie, le pays des droits de l’homme, la France.

    « Lors du pillage d’un entrepôt du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et du Programme alimentaire mondial (PAM) à Gao, en avril 2012, un garçon a été tué par balle par le MNLA…En juin 2012, le MNLA a tué trois élèves âgés de 13 et 14 ans qui protestaient à Gao contre le meurtre d’un directeur d’école. » (Rapport – Secrétaire Général des Nations Unies).

    Evidemment, ce rapport du Secrétaire Général des Nations Unies pointe également du doigt les islamistes. Cependant, cette mise au point est nécessaire pour ressortir, le rôle non moins important, mais occulté, du MNLA dans la terreur qu’ont vécu les populations du septentrion malien pendant l’occupation en 2012 – 2013.

    Dans un souci de clarté et de cohérence, les alliés du Mali doivent coordonner leurs actions sur le terrain avec les objectifs qu’ils se sont assignés.

    Les maliens auraient aimé avoir des sauveurs du Mali et non des sauveurs du Mali et de ses ennemis. Cela fait encore plus mal quand on est obligé de côtoyer, supplier le MNLA pour qu’il prenne part à d’hypothétiques pourparlers dont l’issue éventuelle risque bien d’aboutir à une distribution de privilèges.

    …………………………………………………………
    Mohamed Ag Acharom

    [email protected]

    À Mohamed, malilink

    Merci, mon frère, pour les extraits bien commentés. Bravo pour les commentaires!

    Bien cordialement
    M. Diagayété

  6. moi je suis de Goundam, mon cercle reste en entier de la république du Mali, celui qui veut être d'une autre républiques n'a qu'à plier bagages est allé ailleurs car nous tamashek, arabe, sonrai et peuhls nous disons non a leur division. Vive le Mali dans une Afrique stable.

  7. Enlevez le noms de nos villes de votre Azainvention. Trompez vos amis en France et ailleurs, mais foutez la paix à nos villes et campagnes. souvenez vous seulement comment vous avez quitté Gao, les pieds….dans le derrière!! Attention, ça peut se recommencer! Souvenez vous que l’effet de surprise est passé et que vous n’aves plus aucune chance. Livrez-vous à la justice avant que ça ne soit trop tard et arrêtez de vouloir intimider, vous n’en avez ni la dignité, ni la crédibilité encore moins le cran. on vous a vu face aux jeunes de Gao

  8. Tout ça est bien dit et bien fait. Il reste maintenant que vous vous engagez dans la voie du développement. La révolution n’est pas que des vains mots mais des actes qui concourent au bien être social et économique de la population. L’AZAWAD n’a pas besoin de bombes mais de l’eau, de l’éducation, de la santé, des routes, du matériel de communication et d’électrification, du pâturage et de l’argent. Votre rencontre devrait vous amener à envoyer une visite d’échanges à Kayes où les jeunes migrent pour développer leur terroir tandis que vous vous migrez pour acheter des armes et des véhicules pour convoyer vos caravanes de drogue et de cigarette. Comme le dit l’autre “A vouloir grimper malhonnêtement, vous chuterez très brutalement”. Sentiment révolutionnaire.

  9. Pour l’instant la seule entrave à la circulation des personnes et des bien sont les faits des bandes du MNLA qui rackettent entre l’Algérie et le Mali. Poser la question à n’importe oparateur de la région il vous le dira

  10. Quand vous aurez lu cette déclaration alors vous êtes édifié sur la duplicité, la mauvaise foi, la malhonnête intellectuelle, l'orgueil démesuré et surtout la versatilité des représentants de la chimérique azamerde. Rien que des propos belliqueux, de la méprise, du désir de vengeance et du mensonge. Même le soit disant sage devenu sénile n'apporte aucun espoir de paix et de développement pour ses compatriotes. Le courage de dire la vérité et le respect de l'autre vaut mieux que l’éternel chemin de la vengeance et de prédominance ethnique.

  11. Quand vous aurez lu cette déclaration alors vous êtes édifié sur la duplicité, la mauvaise foi, la malhonnête intellectuelle, l'orgueil démesuré et surtout la versatilité des représentants de la chimérique azamerde. Rien que des propos belliqueux, de la méprise, du désir de vengeance et du mensonge. Même le soit disant sage devenu sénile n'apporte aucun espoir de paix et de développement pour ses compatriotes. Le courage de dire la vérité et le respect de l'autre vaut mieux que l’éternel chemin de la vengeance et de prédominance ethnique.

  12. Le soi-disant MNLA encore une fois nous a mouillé de honte . Mais pour quoi les touaregs qui occuppent les grands postes au sud puisqu’ils sont nombreux ne peuvent pas se rendent à Kidal pour dire en face des gens de mnla non à l’azawad . Vraiment excusez moi du terme nous les sudistes on n’a quoi au Mali . Les Directeurs Généraux des services, la douane , les ministres, intègre fonction publique, président d’honneur de l’énergie même le chef d’etat major général de l’armée etc…sont du nord. Si tu vois que IBK à été élu avec 77% c’etait pour abolir tout ça. Vraiment nous les jeunes on est fatigué de tout, un homme averti en vaut deux.

  13. Alors je ne comprend pas ces touarègues, dans leur communiqué ils parlent de l’état de l’azawad puis déclare que les chef de tribus de la tombouctou, gao et de Menaka alors que l’azawad est une portion de tombouctou. J’aimerai savoir quelles sont les regions de l’état de l’azawad.
    1- Cette reunion réunissait les touaregues, les arabes et les kounta. Je me pose la question quelle est la place des sonrhaï, des peulh, des bambara, de bozo, de malinké, de soninké, de sarakolé, de dogon, qui vivent tous dans cette partie du mali pour ceux qui connaissent l’histoire du mali.
    2- Quelle est la definition de l’azawad que les touaregues réclament puis que le mot ne vient pas de leur langue.
    3-l’accord de Ouagadougou reconnait l’integrité du territoire malien, la laïcité de l’état dont ils n’ont qu’à analyser leur mot.
    4- C’est une rebellion qui a donné le statut de region à Kidal sinon c’était un cercle de Gao, je ne sais pas comment une petite region peut être devenir un pays sur une base ethni

  14. abbas le mnla……vive le Mali .chercher votre peuple de l,azawad bande fils de put . 👿 👿 👿

  15. Fora sur la réconciliation au nord : De la poudre aux yeux
    Soyons sérieux, appelons le chat par son nom. Ayons le courage de lâcher les mots, c’est du bluff. Le forum de la paix et la réconciliation que le département du même nom organise depuis bientôt un mois dans les régions du nord n’est rien d’autre que du tape à l’œil. Un grand coup de bluff budgétivore, qui ne profite qu’aux organisateurs. Pour leurs intérêts égoïstes, et qui met tout le pays en danger.
    Au vu de la mascarade que le ministère de la réconciliation et du développement des régions du nord est en train d’organiser au Nord du pays, l’on est en mesure de se demander, si pour une fois l’on peut être sérieux dans ce pays. De cercle en cercle, de capitale régionale en capitale régionale, le département organise tout sauf des forums de réconciliation. Comment peut-on organiser un forum sur la paix et la réconciliation dans une localité sans les véritables acteurs ? L’on comprend aisément pourquoi la presse nationale n’a pas été associée à ces foras.
    Il s’agit tout simplement pour le ministère d’organiser une rencontre et d’inviter quelques personnes pour faire des grands discours et le cortège continue sa route de ville en ville. Les véritables acteurs à savoir les populations n’y sont mêmes pas au courant qu’il y a une rencontre en leur nom dans leur propre ville.
    A Goundam par exemple, c’est une vingtaine de personnes, qui ont pris part à cette mise en scène aussi grotesque que stupide avec la bénédiction du préfet et des autorités communales, qu’on a eus à percevoir sur les antennes de l’Ortm en train d’applaudir comme des marionnettes, fiers de leur coup. L’équipe régionale de l’Ortm pourrie jusqu’à la moelle fait des montages grotesques qu’elle diffuse.
    Quelle honte !
    Ce sont les populations de cette localité très meurtrie par la crise, qui nous ont rapporté l’information. Selon elles, ce n’est que le jour de la rencontre qu’elles ont appris qu’un forum se tient dans leur ville en leur nom. Alors, avec qui est ce que les responsables du département ont discuté ? La réponse est toute simple.
    Ils se sont retrouvés autour du préfet et d’élus locaux. Ils ont tenu des discours à se faire plaisir eux-mêmes, histoire de vérifier leur talent d’orateur, sinon les populations, nous affirment avoir des choses à dire, beaucoup de choses d’ailleurs, car dans cette localité, les bourreaux sont revenus s’installés comme des maitres et continuent de faire la loi sous la protection du préfet et la Minusma, nous confient-elles.
    C’est inadmissible affirment-elles. Qu’ils sont d’accord pour la réconciliation et le vivre ensemble, mais pas avant que justice soit rendue. Il faut que les responsables de leurs malheurs répondent de leurs actes commis sur les populations. Des actes dont les auteurs sont connus de tous.
    A Diré, Niafounké, Tombouctou, Gao, c’est le même scénario, la mission s’est baladée après avoir remplie ses poches pour nous diffuser des images montées de toutes pièces. Jamais les populations ne se sont parlées dans aucunes de ses localités.
    Pour ce qui est de la région de Gao, les notables réunis dans un cadre de concertation, nous ont affirmé qu’ils n’ont jamais été concertés pour le fameux forum tenu dans la localité en leur nom.
    Alors si le gouvernement pense que le terrain est balisé, c’est se leurrer. Rien n’a été fait et les responsables de la mission doivent rendre des comptes. Où sont passés les centaines de millions des pauvres contribuables ?.
    Pourquoi, l’Ortm n’a pas diffusé l’intervention des jeunes de Gao avec leurs doléances et leur vision de la situation ? Cela s’appelle de la censure pure et dure dans un pays sérieux.
    En attendant, de voir de quoi accouchera le forum de Kidal, il faut reconnaitre que ceux de Tombouctou et Gao furent des échecs cuisants.
    Il temps que le Premier Mara prennent le taureau par les cornes. Des simples agents de l’Etat ne peuvent pas jouer avec l’avenir du pays tout entier comme ça pour leurs intérêts personnels et sans conséquences. « «Nul ne s’enrichira désormais, impunément dans ce pays, inchallah » dixit IBK. Le peuple veut savoir à quand l’arrêt de l’hémorragie financière ? Quand serait nous sérieux dans ce pays ? Osons le dire, n’ayons pas peur des mots, c’est du tape à l’œil et du bluff.

    Nous y reviendrons.

    Harber MAIGA

Comments are closed.