Multiplication des braconnages dans le nord du Mali : 70 éléphants abattus depuis 2012

3

ElephantsLes bijoux en ivoire qui s’arrachent sur les étals à travers le monde alimentent le terrorisme en Afrique. Notre pays n’échappe pas au phénomène car, depuis 2012, des groupes armés s’attaquent aux éléphants dans le Gourma. De cette date à nos jours, ce sont une soixantaine d’éléphants qui ont été abattus pour leur ivoire. Les organisations de défense de l’environnement exhortent le nouveau ministre de l’Environnement à porter ce problème devant le gouvernement pour permettre la prise en charge de ce dossier.

Depuis 2012 on dénombre plus de 70 éléphants tués dans le Nord du Mali. La situation s’est nettement aggravée cette année. Ainsi, selon les organisations de défense de l’environnement, depuis le début de l’année, ce sont 57 éléphants qui ont été tués dans la zone de gourma, région de Tombouctou. Ce qui représente 20% de la population totale des éléphants qui vivent dans la zone désertique de notre pays. Ces actes de braconnage ne sont pas vraiment nouveaux, mais ils sont en nette augmentation ces derniers mois. Les groupes terroristes qui opèrent dans le septentrion malien sont pointés du doigt. Ils basculent dans le trafic d’ivoire pour se procurer des armes comme en témoigne le nombre d’attaques menées contre les éléphants, selon l’ONU et les ONG présentes dans notre pays.

Au niveau du continent, le trafic d’ivoire alimente plusieurs rébellions ou groupe armés en Afrique comme l’armée de résistance du seigneur (LRA) en Afrique centrale, les Djandjawid au Soudan, Boko Haram au Nigeria ou les Shebab en Somalie. Ce sont plus de 100.000 éléphants qui ont été tués depuis 2012 pour alimenter ce triste commerce. Le site Blueandgreentomorrow.com qui relaie les données du recensement, rapporte que la population des éléphants a baissé de 60% entre 2009 et 2015, passant de 109.000 à 43.330 espèces.

Selon un rapport publié début juillet par l’organisation de coopération policière Interpol et le Programme des Nations unies pour l’environnement, l’ivoire africain vendu en Asie représente une valeur marchande de plus de 150 millions de dollars par an, soit plus de 75 milliards de F CFA. Selon l’ONU, ce trafic ressemble de plus en plus à celui de la drogue. L’organisation onusienne affirme que le revenu annuel tiré de l’ivoire par les groupes terroristes d’Afrique subsaharienne oscille entre 2 et 7 milliards de F CFA.Face à l’augmentation de ce trafic, les organisations affirment que si rien n’est fait le symbole de l’Afrique qu’est l’éléphant risque de disparaître d’ici à vingt ans.

Les défenseurs de l’environnement reconnaissent toutefois les efforts du gouvernement du Mali dans la protection de ces espèces par le renforcement de la présence des agents des eaux et forêts sur le terrain. Un agent des eaux et forêts que nous avons joint au téléphone, hier reconnait la multiplication des braconnages dans la zone. Notre interlocuteur qui a souhaité garder l’anonymat soutient que l’insécurité et le manque de moyens des agents ne facilitent pas leur travail sur le terrain. D’où l’appel des ONG au nouveau ministre de l’Environnement, de l’assainissement et du développement durable de prendre le problème à bras le corps.

                  Moussa SIDIBE

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. Je demande à mes frères d’arrêter immédiatement ce massacre, car le Mali à bien l’intention de développer dans la zone l’écotourisme. Les études de faisabilité sont terminées et un plan d’action à même été ficelé avec l’appui de nos partenaires. Je vous en prie joignons nos forces pour sauver les éléphants du Gourma

    • Helas mes frères c’est la realité surtout dans Un pays ou vers le nord et même au nord il n’y a plus ni securité ni lois , donc les braconniers s’en donneront a coeur Joie. Tres très très triste.
      Seulement si le gouvernement portait des culottes et faisait un appel aux organisations comme WWF, Greenpeace, Wildlife protections etc… peut être ces patriarches et matriarches ne disparaitront pas a jamais du Maliba . J’espère que le gouvernement se mettra au boulot pour la survie de Notre Faune et Flore.
      Ca fait pleurer parce que l’existence humaine même depend de la Nature avec ceux et celles qu’Elle cohabite avec en harmonie, et synbiose.

  2. QUELLE BARBARIE CONTRE CE PAUVRE MAMMIFERE QUI SYMBOLISE TANT EN AFRIQUE ET DANS LE MONDE!
    JE SOUHAITE QUE SA MALÉDICTION RÉDUISE TOUS SES BOURRAUX AU BRASIER ÉTERNEL DE L´ENFER!

    QUE SOIT LANCÉ APPEL A TOUTES LES ORGANISATIONS HUMAITAIRES, PUISQUE C´EST DE CELA QU´IL S´AGIT: L´HUMANITÉ C´EST TOUT CE QUI SONNE HUMANISTE COMME DE SAUVER UNE ÂME COMME CELLE DE SAMA!

Comments are closed.