Processus de paix : le porte parole de la plateforme pense que « l’accord de paix est en péril »

2

Le porte parole de la plateforme des mouvements armés du Nord, Me Harouna Toureh a ouvertement accusé le gouvernement malien « de ne pas être suffisamment fort dans la mise en œuvre de l’accord ».Il s’est exprimé ce matin à Bamako, à l’occasion d’une conférence sur la paix. Cette rencontre a été organisée par le Parti pour la Renaissance Nationale (PARENA), un parti de l’opposition.
L’ensemble des mouvements armés et la classe politique malienne étaient présents à cette rencontre.

C’est dans un discours de plus d’un quart d’heure, que Me Harouna Toureh, a énuméré un certain nombre de points de blocage qu’il attribut au gouvernement malien. Selon lui « il n y a pas suffisamment de motivation et d’engagement » de la part des autorités maliennes.
Pour Me Toureh, « le gouvernement tarde à mettre en œuvre les mesures de confiance mentionnées dans l’accord de paix ». il estime que « ces mesures doivent permettre l’installation de l’administration et redéploiement progressif de l’armée régulière dans les zones encore sous contrôle des groupes armés ».
Tout au long de son discours, Harouna Toureh a tenu à rappeler à la classe politique malienne, « la nécessité d’être ensemble dans une gouvernance inclusive où opposition et majorité pourront faciliter l’instauration d’un climat apaisé ». Ce climat poursuit-il « est utile à la fois pour rassurer les populations, mais aussi la communauté internationale dont le soutien est qualifié d’historique ». Le porte parole de la plateforme a ensuite insisté « sur la bonne entente qui existe entre les mouvements CMA et plateforme ».
Il s’agissait donc pour le PARENA, d’amener tous les acteurs à discuter de la mise en œuvre de l’Accord et de faire des propositions pour le retour définitif de la paix au Mali.
Me Harouna Toureh porte parole de la Plate forme est au micro de Hawa Berthé :
« L’accord est en péril, si l’accord est en péril, c’est le Mali qui est en péril. Le Mali a besoin d’être sauvé. Nous avons remarqué qu’il n’y a pas suffisamment de motivation. Il n’y a pas suffisamment d’engagement global bien pensé, bien réfléchi de la part du gouvernement du Mali, à aller de façon claire dans la mise en œuvre de cet accord. Et le Mali est absent du nord. Ce que nous disons, vous qui êtes les hommes politiques qui avez cette capacité de parler de vous faire écouter. Je parle aussi bien de la majorité présidentielle que de l’opposition. Je vous demande de vous mettre ensemble, c’est pour dire qu’il faut que les Maliens se remettent ensemble. De faire un travail pas simplement de simple collaboration, mais d’implication et exclusivité permanente de façon à ce que cet accord qui est une chance pour nous puisse voir le jour. Et que le Mali soit sauf. Il faut que les Maliens aussi entre nous tous, on se pardonne, militaire, civile, jeune. C’est ensemble que nous sauverons le Mali. »
Au même moment, le secrétariat permanent du comité national de coordination de la mise en œuvre de l’accord en partenariat avec le ministère de la réconciliation nationale a organisé ce matin un atelier d’échanges. Il s’agissait de soumettre aux parties signataires un guide méthodologie de l’accord pour la paix et la réconciliation. Selon les organisateurs, le document doit permettre de mieux interpréter l’accord de paix.
Lassine Bouaré, est le secrétaire permanent du Comité National de Coordination de la Mise en œuvre de l’Accord. Il est au micro de Ayouba Sow :
« Le guide explique pédagogiquement et didactiquement le contenu de l’accord, en proposant un outil permettant à qui conque de pouvoir administrer une formation articulée autour de ce dit accord. Plusieurs personnes sont curieuses de savoir ce qu’il y a dans l’accord. C’est pour satisfaire ces curiosités qu’il y a des initiatives de formation. Mais qui dit formation, bien sûr parle de nécessiter d’avoir un instrument. On est à la phase de prise en compte des observations et des commentaires des uns et des autres. Parce qu’il s’agit d’un projet et qui a été réalisé et testé . Mais il ne saurait être définitif. Le processus de finalisation essaye d’intégrer nécessairement les commentaires des premiers acteurs que sont ceux qui sont parties prenantes au dit accord, pour intégrer justement leurs commentaires et leurs observations ».
Les mouvements armés dont la CMA et la Plateforme saluent cette initiative du gouvernement. Selon leur porte parole, ce genre de partage d’informations permet de dissiper les malentendus entre les parties.
Mahamadou Djéry Maïga déplore toutefois, l’absence d’experts des mouvements parmi les concepteurs du présent guide méthodologique. Il est au micro de Ayouba Sow :
« On a été convié par le ministère de la réconciliation et par le secrétariat permanent pour l’application de l’accord de paix. C’était pour nous présenter un guide méthodologique sur lequel des experts ont eu à travailler ; le partager avec nous. Pour qu’on puisse aussi dire notre dernier mot sur le contenu. Nous, nous voudrons que tout soit par une manière participative. C’est-à-dire, quand le gouvernement prend l’initiative de faire un guide ou quel que soit ce qu’ils vont faire, qui concernera l’accord de paix, qu’on puisse associer les mouvements. Cela nous permettra de parler d’une même voix, créer la symbiose entre nous et ça évitera aussi des escarmouches entre nous. C’est ce que nous venons de les expliquer. On leur a dit que nous respectons quand même les experts qui ont travaillé sur le document. Parce que c’est un document précieux. C’est une manière d’enseigner l’accord de paix aux populations. Donc c’est une bonne chose ».

SOURCEstudiotamani.org
PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Ce petit clochard de Toureh fera pire que le MNLA heureusement il ne n’a si aucun moyen de sa politique. Pour atteindre il.est capable de vendre son ame au diable. l’Etat du Mali se doit d’assumer des responsabilités. Une alliance de cette nature ne nous étonne guere. Ils l’ont pourtant dit mais le Mali a refusé de croire temps mieux.

  2. il se peut que les auautorités maliennes aient enfin compris qu’elles se sont trompées d’interlocuteurs. Nous avons intérêt à aller vers nos frères”jihadistes” avec les préalables qui nous sont chères : l’unité et lindivisibilité du territoire , la forme républicaine et laïque de l’état. Avec la cma tout est mensonge depuis le début. Elle a avancé l’idée d’une sécession pour arriver à ses fins : avoir le contrôle du nord pour leurs trafics de tous genres avec évidemment une administration malienne de façade. Aujourd’hui, la cma a tout perdu c’est pourquoi elle s’agrippe à l’accord d’Alger qui, malheureusement pour eux, est mort né. Le Mali s’étant trompé d’interlocuteur et la France ayant eu ce dont elle a toujours rêvé: tenir le Mali par la bride.
    Mais la France ne combattra nos ” jihadistes” , elle n’a jamais eu cette vocation. Elle est là pour ses intérêts et ils ne sont pas menacés.

Comments are closed.