Elles attendaient le lancement de leur dernier opus au Mali : Les Go du Kotéba échappent à une escroquerie de taille

0

L”album West Africa Feeling WAF devait sortir à Bamako tout juste après le Festival sur le Niger de Ségou. C’était le producteur Aly Landouré qui avait en charge la promotion de cet album des Go du Kotéba au Mali. Mais, à la dernière minute, les artistes se sont rendues compte que Landouré n”avait pas la possibilité d’exécuter le travail convenu.

Après le festival sur le Niger, les Go du Kotéba, Awa et Maaté, ont séjourné à Bamako pendant quelques semaines, pensant préparer ainsi le lancement de leur nouvel album au Mali. Mais elles se rendirent vite compte que rien ne bougeait du côté de Aly Landouré, le producteur qui était censé s’en occuper. Point d”affiches, pas de concerts des Go programmés, encore moins de conférence de presse. En un mot, aucune activité de promotion n”avait été entreprise par Aly Landouré. Les Go sont pourtant restées à Bamako afin d’y voir plus clair, partageant leur temps entre les dîners, déjeuners, invitations de toutes sortes et participation à certaines émissions de télé et de radio. Awa et Maaté ont ainsi commencé leur séjour bamakois par un déjeuner chez Amadou et Mariam, un dîner chez Toumani Diabaté, un autre chez Salif Keïta et chez Fantani Touré.

Personne ne comprenait vraiment la raison de cette prolongation du séjour des deux jeunes femmes. C”est lors de la première présentation de l”Opéra du Sahel "Bintou Wéré" que les Go ont fait part de leur désarroi à certains artistes et chanteurs. Selon elles, un tel comportement de la part de leur partenaire supposé inexplicable. "On ne peut pas confier son travail à quelqu”un qui vous fait tourner en rond. Soit le travail est fait, soit il n”est pas fait". Elles estiment que Aly Landouré a abusé de leur confiance et qu’il voulait, en fait, les escroquer, car il n”y avait rien de concret de réalisé par lui dans le sens d”une promotion d”album. "Nous n”avons pas senti qu”il y avait un événement en vue. Personne ne parlait de notre album. Nous avons payé pour ces prestations et le travail n”a pas été fait, nous avons donc décidé d”arrêter avec lui ".

En écoutant ces explications, bon nombre d”artistes et de chanteurs ont assimilé l’affaire à une tentative d’escroquerie. Selon eux, Awa et Maaté ont bien fait de laisser tomber Landouré. Selon certaines indiscrétions, les affiches et ainsi que d”autres supports de communication étaient en cours de préparation, seulement certains fournisseurs n”ont pas reçu leur argent à temps. C”est pourquoi ils ont bloqué les affiches, ce qui a révolté les Go et leur patron Souleymane Koly qui a été le premier à rallier Abidjan, avant Awa et Maaté qui ont quitté Bamako le dimanche 18 février dernier, très en colère contre leur producteur malien.

Mais cette fâcheuse situation ne les empêchera de continuer à faire leur travail, et elles vont donner la chance à un autre producteur pour que l”album sorte enfin à Bamako. "C”est notre souhait le plus ardent, parce que nous avons beaucoup d”albums qui ne sont pas sortis au Mali. Donc nous allons chercher un nouveau producteur pour que l”album soit enfin sur le marché malien ". Déjà, le nom du producteur de Oumou Sangaré, Mama, est sur toutes les lèvres, en ce qui concerne un pro capable de prendre la relève et de mener à bien le travail.

Rappelons que le sixième album des Go "WAF: West african feeling", qui est sur le marché depuis le 16 octobre 2006. C”est, selon Awa Sangho, le fruit d”un long métissage qu”elle a vécu à Abidjan. "Parce qu’Abidjan était la plaque tournante de la musique et du show biz ouest africain. C’est cela qui nous permis de nous rencontrer. En fait, l”aventure a commencé avec le Koteba d”Abidjan".

Dans WAF il y a des chansons en khasonké, sonrhaï, français et malinké. L”enregistrement a été supervisé par Cheick Tidiane Seck «J”ai fait deux chansons en khasonké parce que ma mère est khasonké et une en sonrhaï, ethnie de mon père. Il y aussi des rythmes du Wassoulou».

Kassim TRAORE

Commentaires via Facebook :

PARTAGER