«Mes Couleurs», le premier album solo de Pamela Badjogo

0

«Mes Couleurs», ce premier album solo de Pamela est le fruit d’une collaboration avec le musicien-arrangeur Manjul. Enregistré au Mali, cet opus nous plonge dans un univers résolument afro-jazz où se mêlent sonorités mandingues et bantoues. De son timbre grave chaleureux, Pamela nous fait vibrer au fil de 11 titres dans lesquels elle jongle avec le français, l’anglais, le bambara ou le bankaningui, sa langue maternelle. C’est le cas dans Koulé,  une chanson rythmée et entraînante et dans Bô, l’interprétation d’une berceuse que lui chantait sa mère.

«Mes Couleurs» est l’occasion de livrer, avec beaucoup d’émotion, un véritable témoignage de vie dévoilant la richesse de ses rencontres et de ses influences. Dans «Initié», elle rend un vibrant hommage à son pays d’adoption, invitant le virtuose du violon traditionnel, Zoumana Téréta, et la griotte Babani Koné. Paco Séry, Cheick Tidiane Seck ou le Rappeur Penzy font également partie des invités ayant offert leur teinte à l’album.

Pamela Badjogo est née en 1982 à Libreville au Gabon où elle grandit, avant de s’installer au Mali en 2005, pour poursuivre ses études de microbiologie. En 2007, elle conquiert le public malien et africain lors de la première édition de Case Sanga, émission de téléréalité musicale diffusée sur la chaîne panafricaine Africable, dont elle remporte la seconde place. Elle prête sa voix dans la comédie musicale Kirikou & Karaba  et s’illustre sur scène et en studio comme choriste aux côtés d’artistes de renom, tels que Salif Keïta, Oumou Sangaré, Cheick Tidiane Seck, Dee Bridge Water, Tiken Jah Fakoly, Mathieu Chedid Danakil…

Parallèlement, elle présente pendant quatre ans l’émission culturelle hebdomadaire «Artiste à la Une» sur Africable. Pétillante et débordante d’énergie, Pamela exprime son amour de la scène au sein de son groupe Bamakool Jazz en 2011 et 2012, à l’occasion des Jams qu’elle organise à l’Institut français du Mali, au dernier festival «Notes d’une vallée d’été» (Corrèze-en 2015) ou encore avec «Les Amazones à la Fiesta des Suds» (Marseille en 2015).

Gabriel TIENOU/Stagiaire

PARTAGER